Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #conchy sur canche tag

Un contrat de mariage à Conchy-sur-Canche et Fillièvres en 1696.

21 Mai 2012 , Rédigé par Régis Renoncourt Publié dans #Conchy sur Canche

Le 4 février 1696 est signé le contrat de mariage

Entre Pierre Lemoine, laboureur à Conchy-sur-Canche, accompagné de Pierre Tourel, ami.

Et Françoise Devis fille de défunts François Devis et Marguerite Hache, de Fillièvres, accompagnée de Marc Devis, son frère, arpenteur, Jean Gaise, son oncle par alliance (mari de Anne Devis), maître arpenteur, demeurant à Guinecourt, Antoine Devis, son cousin et maître Fourdrinoy, mari de Jeanne Devis, cousin par alliance. 

Le marié apporte ce qui lui appartient d'héritage soit:

  •  un demi manoir amasé de maison et autres bâtiments sur 7 quartiers (environ 7 300 m2) à Bonnières à l'encontre de son frère
  •  une mesure (4192 m2) de terre à Bonnières
  •  une demie mesure (2043 m2) de terre à Bonnières tenue de l'abbaye de Cercamp
  •  les meubles meublant sa maison
  •  les chevaux et autres bestiaux, une charrue, les harnais et autres ustensiles servant au labourage
  •  le blé vert, les blés secs et autres grains
  •  les effets mobiliaires.

La mariée apporte sa part dans la succession de ses parents avec ses frères et soeurs (le partage aura lieu dans 3 ans). Marc, son frère, lui fournit la dépouille de deux mesures (8384 m2) de blé et la dépouille de deux mesures de mars à titre d'avance.

 

Le marié "voulant bien favoriser sa future épouse et pour le bon amour et amitié qu'il lui porte" lui donne par donation irrévocable et autre meilleure forme que faire se peut les meubles, bestiaux, or, argent monnayé et à monnayer, vaisselles, grains, blés secs et verts, charrue, harnais et autres choses généralement quelconques, soit grain croissant en vert ou autres effets mobiliaires qui se trouveront appartenir au mariant en tels lieux et endroits qu'ils soient au jour de son décès pour par la mariée en disposer comme de choses à elle appartenant au moyen de la présente donation. Elle acquittera dettes, obsèques et funérailles.                                   

 

  • Régis Renoncourt .
Lire la suite

Le contrat de mariage d'un ménager de Conchy-sur-Canche en 1695.

12 Mars 2012 , Rédigé par Régis Renoncourt Publié dans #Conchy sur Canche

Le 18 mars 1695, est signé le contrat de mariage entre François Lemoine, ménager à Conchy-sur-Canche, fils à marier

et Jeanne Bacquet, fille à marier de défunt Pierre Bacquet et Rachel Porion, son frère François Bacquet étant présent

Le marié a en sa possession plusieurs bons meubles, une vache, plusieurs setiers de blé sec mesure d'Hesdin (qui n'est pas la même que la mesure d'Auxi; on n'est pourtant qu'à une dizaine de kilomètres).

La mariée apporte un journal de terre à Conchy (4 291 m2) à l'encontre de ses frères et soeurs car la terre n'a pas encore été partagée. Sa mère lui donne des meubles et effets mobiliaires qui lui appartiennent. En contrepartie, la mariée sera tenue de nourrir, entretenir, alimenter la donatrice "tant qu'il plaira à Dieu de la laisser en ce monde".

La mariée reçoit en outre sa part et portion dans un manoir amasé de maison et autres édifices à Conchy, provenant de défunte Marie Bacquet, sa tante, où elle demeure présentement.

Si le mari décède, la mariée emportera ses effets personnels; elle aura pour droit de douaire conventionnel au lieu de son partement mobiliaire 300 livres à prendre "sur les plus clairs et apparents biens du mariant". Ou bien elle pourra s'en tenir à ses droits communs et coutumiers. Dans le premier cas, elle ne sera tenue à aucuns frais d'obsèques et funérailles et ne paiera pas les dettes qu'il y ait enfant ou non.

Si la mariée décède, qu'il y ait enfant ou non, ses héritiers auront la moitié de la communauté en payant la moitié des dettes, obsèques et funérailles.

Rachel Porion pourra reprendre ses effets mais ne sera plus entretenue par son gendre.           

Pour écrire cet article, nous avons consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

  • Régis Renoncourt.
Lire la suite