Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #armee - guerre - commemorations tag

Général Déplanque, 1889.

24 Décembre 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #armée - guerre - commémorations

Les obsèques du général Déplanque qui ont eu lieu le 12 février 1889 font l'objet du compte-rendu dans "l'Abbevillois" du 16 février.

Le général Déplanque était président de l'association amicale du collège d'Abbeville.

Le 25 juillet 1889 a lieu une cérémonie au collège d'Abbeville avec apposition d'une plaque commémorative.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série B des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Général Déplanque , 1903.

22 Décembre 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #armée - guerre - commémorations

Voici un extrait du "journal de Saint-Pol" du 19 avril 1903:

"M. Pruvost déclare très franchement (dans la conférence du 13 avril 1903) qu'il abandonne en son héros (le général Déplanque) l'homme avec ses grands défauts. Il sait qu'il était brusque,bourru, que son caractère était détestable et que, dans sa conversation, on rencontrait parfois le terme trivial".

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série B des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

général Déplanque, 1903.

20 Décembre 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #armée - guerre - commémorations

Voici un extrait de la conférence donnée par M. Pruvost le 13 avril 1903:

"La petite ville d'Auxi-le-Château, dans le cimetière de laquelle reposent les restes du général Déplanque sous un très simple monument funéraire de famille peut, à juste titre, être fière; elle doit même se montrer heureuse d'avoir donné le jour à ce vaillant soldat qui fut en même temps un honnête homme et un homme de coeur".

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série B des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Général Déplanque, 1903.

17 Décembre 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #armée - guerre - commémorations

Dans "l'Avenir d'Arras et du Pas-de-Calais" du mardi 13 janvier 1903, Théodore Pruvost qui est un peu son parent et son biographe, écrit à propos du général Déplanque:

"Dans notre mémoire d'enfant s'est profondément incrusté le masque énergique du général Louis Déplanque, souvent rencontré sur la route de Doullens à Aauxi-le-Château. Il était difficile, en effet, à un âge pour lequel une auréole d'épopée environne surtout les vieux guerriers en retraite, de ne pas ressentir une vive et durable impression devant cette rude figure, ornée de la traditionnelle barbiche, déplaisante et revêche de prime abord, mais au front singulièrement vaste et intelligent et où le regard; malgré sa dure acuité, avait une indéfinissable et paradoxale impression d'indulgence et de bonté".

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série B des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt. 

Lire la suite

La mère du général Déplanque.

14 Décembre 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #armée - guerre - commémorations

La mère du général Déplanque meurt le 18 avril 1880, alors que lui-même, mis à la retraite, est revenu à Auxi où il a d'ailleurs un fils naturel, Guislain Delporte, fils de Joséphine Delporte.

Le général a toujours entretenu une correspondance avec sa mère; voici deux "morceaux choisis":

En 1859, il écrit à sa mère, au sujet d'une tante Dercourt, qu'elle est une femme bien respectable, d'un caractère rare, bien rare pour avoir passé sa vie à Auxi.

En 1864, il écrit: "Autrefois, on avait un café (le café "Victor" Wimart, près de l'hôtel de ville). Aujourd'hui, il n'y a plus que des cabarets dans lesquels on est souvent insulté. Auxi n'est qu'un village, malgré son luxe d'hôtel de ville (celui-ci, en 1864, est tout juste achevé; son prix et des défauts de construction alimentent probablement les conversations...et les critiques) et ses pittoresques trottoirs. C'est inhabitable".

A noter que, 11 ans plus tard, le général viendra quand même y habiter.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série B des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Général Déplanque, 1875.

12 Décembre 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #armée - guerre - commémorations

Le 14 mai 1875, le général Déplanque prend, à Périgueux, le commandant de la 47ème brigade d'infanterie de la 24ème division du 12ème Corps d'armée.

Mis en disponibilité le 31 décembre 11875, il revient à Auxi. Il a alors 55 ans.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série B des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Général Déplanque, 1870-71.

10 Décembre 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #armée - guerre - commémorations

Le colonel Déplanque reçoit, le 22 septembre 1870, l'ordre de former trois bataillons de guerre de 1 000 hommes chacun.

Ils arrivent à Toulon (venant d'Algérie) le 11 octobre et sont dirigés sur Blois pour prendre part à la campagne de la Loire.

Général le 3 octobre 1870, il est à la tête de la 2ème brigade de la 1ère division du 16ème corps soit 7 000 hommes.

Il participe à la victoire de Coulmiers le 9 novembre 1870.

Il est blessé le 3 décembre.

L'armistice est signé le 29 janvier 1871.

Il ne prend pas une part active à la répression de la Commune.

Le 28 juin 1871, le général Déplanque reprend du service en Algérie.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série B des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt. 

Lire la suite

Général Déplanque, jeunesse.

9 Décembre 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #armée - guerre - commémorations

Le "général Déplanque" est issu d'une vieille famille auxiloise aussi bien du côté paternel que du côté maternel.

Les trois frères Déplanque sont nés dans les années 1820.

Louis Joseph le 23 février 1820.

harles Gustave le 21 mai 1822.

Charles Antoine Henri le 21 février 1828. 

Il fait ses études d'abord au collège d'Auxi, dirigé par Duquesnoy et de "bonne réputation", puis comme son frère cadet, au lycée d'Abbeville puis à Saint-Cyr.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série B des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Le 36ème anniversaire du 8 mai 1945.

7 Décembre 2016 , Rédigé par Régis Renoncourt Publié dans #armée - guerre - commémorations

Deux photos illustrent un article de "l'Abeille de la Ternoise" du 16 mai 1981, article qui s'intitule : "MM. Claude Caron et Albert Hecquet à l'honneur lors du 36ème anniversaire du 8 mai 1945".

La première est une vue d'ensemble de l'assistance: visiblement, Claude Caron, président des Anciens Combattants s'avance vers le monument aux morts; ses deux vice-présidents, Gilbert Chamoux et Raymond Kefsi se tiennent en retrait et discutent; le trésorier-secrétaire, Gilles Guilbert qui porte aussi un drapeau les regarde; derrière lui, Jean Arnaud, 1er adjoint au maire; à droite de la photo, les pompiers se tiennent au garde-à-vous: on voit nettement Pierre Ogez; parmi l'assistance, des visages ou des silhouettes connus, René Dubos, par exemple.

La seconde photo représente de gauche à droite Gilbert Chamoux, Claude Caron, Albert Hecquet, Raymond Kefsi qui est de loin le plus gradé (il est colonel; né en 1899, il a participé aux deux guerres mondiales) et le plus médaillé.

A l'occasion de cette journée, Albert Hecquet, responsable de la sous-section de Beauvoir-Wavans reçoit la médaille commémorative et le diplôme de reconnaissance de la Nation; puis Gilbert Chamoux remet la croix du combattant au président Claude Caron.

Participent également à cette cérémonie, Francis Thélu, maire d'Auxi; le maréchal-des-logis-chef Delabre, le lieutenant Paul Leclercq, chef du centre de secours du S.IV.O.M.; c'est Roger Decaux qui dirige la fanfare municipale. 

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt.

 

Lire la suite

Général Déplanque, 1854.

6 Décembre 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #armée - guerre - commémorations

Les trois frères Déplanque sont militaires. Le "général Déplanque" est l'aîné.

Il sont tous trois en Crimée en 1854-56. Les deux aînés sont chevaliers de la Légion d'Honneur à la fin de la campagne. L'aîné devient chef de bataillon.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série B des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>