Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles récents

Cercle historique, 2003.

25 Décembre 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #notre association

"L'Abeille de la Ternoise" du 10 avril 2003 consacre un article à une réunion de travail du cercle historique d'Auxi sous le titre "Remettre à l'honneur le passé":

"C'est sous la présidence de M. Claude Boitez que se sont retrouvés les membres du cercle historique d'Auxi-le-Château.

Cette réunion e travail permettait notamment de faire le point sur les différents travaux mis en chantier pour remettre à l'honneur le passé des associations locales et de la ville, sans oublier une aide précieuse apportée pour la réédition de certains livres racontant l'histoire de la ville.

C'est ainsi qu'un gros travail est en préparation pour publier l'historique du véloce club auxilois. Ce document a pour vocation de rassembler à Auxi les grands noms du cyclisme français et de présenter une exposition des grands moments de ce club de sa crétion à nos jours.

Par ailleurs, M. Renoncourt travaille sur les mémoires de M. Louis Boutin pendant la guerre 14-18. En ce début de l'année 2003, l'association a été contactée par les éditions Lorisse pour effectuer une biographie sur l'abbé Vitasse à l'occasion de la réédition de son livre d'histoire sur Auxi.

En 2004, il est prévu d'effectuer l'historique du Comice Agricole avec son rôle dans le développement de l'agriculture au 20ème siècle."

Notons, 13 ans plus tard que le livre sur le véloce club a été réalisé...sans la participation du cercle cependant; dans l'intervalle, Claude Boitez est décédé accidentellement.

Par contre, l'exposition sur le Comice Agricole et l'agriculture a eu lieu en 2004 et l'exposition sur le journal de guerre de Louis Boutin a eu lieu en 2006; j'ai, pour ma part, largement contribué à l'élaboration du contenu de ces deux expositions qui furent suivies, jusqu'à nos jours, d'une dizaine d'autres.

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt

 

Lire la suite

Général Déplanque, 1889.

24 Décembre 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #armée - guerre - commémorations

Les obsèques du général Déplanque qui ont eu lieu le 12 février 1889 font l'objet du compte-rendu dans "l'Abbevillois" du 16 février.

Le général Déplanque était président de l'association amicale du collège d'Abbeville.

Le 25 juillet 1889 a lieu une cérémonie au collège d'Abbeville avec apposition d'une plaque commémorative.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série B des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

François Champion 29 fois parrain en 13 ans.

23 Décembre 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #généalogie - familles - couples

 François Champion fut 29 fois parrain en 13 ans. Nous publions la liste de ces baptêmes: d'abord la date, ensuite le couple des parents du nouveau-né, enfin le nom de la marraine.

 

23 février 1690          Jean Belleguise x Marie Samier               Antoinette Ringard

21 avril 1690              Guy Vassal x Marie Talva                         Louise Vassal

14 décembre 1690     Toussaint Legris x Marie Ducrocq            Barbe Geffard

1er janvier 1691         Jean Turbet x Catherine Déplanques      Marie Ringard

26 mars 1691             Denis Talva x Catherine Talva                 Catherine Hecquembourg 

7 juillet 1691               Adrien Poiré  x Marguerite Gelé               Marie Lecouvé          

24 août 1691              Jean Denoyelle x Marie Oignere               Angélique Quillet

25 octobre 1691         Nicolas Parmentier x Françoise Boitel       Cécile Longuet

17 octobre 1692         Hector Treuet x ?  Roger                           Marie Jouve 

3 novembre 1692        Pierre Carpentier x Marie Gente                Jeanne Devis

4 septembre 1692       François Treuet x Barbe Devis                   Madeleine Devis

16 avril 1693               Sébastien Grienche x Marie Déplanques   Antoinette Talva

20 janvier 1694           Gaspard Wallart x Elisabeth Lemercier      Madeleine Devis

22 février 1694            Adrien Treuet x Marguerite Treuet             Madeleine Devis

22 juillet 1694              Antoine Grenier x Antoinette Leroy            Marguerite Tirmon

3 août 1694                 Antoine Rimbourg x Françoise ?               Madeleine Devis

5 septembre 1694       François Baillet x Marie Lecouvé               Marie France Périer 

1er avril 1695              François Trogneux x Charlotte Levé          Anne Trogneux

3 mai 1695                  Guislain Lemercier x Marie Ducauroy       Catherine Hecquembourg

5 décembre 1695        François Gelé x Marie Devis                     Isabelle Darcourt

25 mars 1696              Thomas Boyaval x Marguerite Trogneux   Marie François

9 octobre 1697       Nicolas Patte x Marie Ponthieu                 Antoinette Talva  

25 mars 1699               Jacques Devis x Isabelle Dumeige           M. Jeanne Dumeige 

25 avril 1699                 Nicolas Viart x Barbe Bacon                     Isabelle Grenier

30 décembre 1700       Nicolas Champion x Isabelle Dacquet       Jeanne Vaudet

 7 décembre 1701     Louis Hecquembourg x Jeanne Trogneux Catherine Talva 

15 février 1702          Guillaume Lenglet x Marie Anne Callais    Marie Jouve

6 août 1702               Antoine Leroy x Marie Roquette               Antoinette Pruvost

30 avril 1703               Etienne Trogneux x Antoinette Talva     Louise Treuet

 

  • Régis Renoncourt. 
Lire la suite

Général Déplanque , 1903.

22 Décembre 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #armée - guerre - commémorations

Voici un extrait du "journal de Saint-Pol" du 19 avril 1903:

"M. Pruvost déclare très franchement (dans la conférence du 13 avril 1903) qu'il abandonne en son héros (le général Déplanque) l'homme avec ses grands défauts. Il sait qu'il était brusque,bourru, que son caractère était détestable et que, dans sa conversation, on rencontrait parfois le terme trivial".

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série B des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Le menu du banquet du conseil de révision du 8 mai 1890.

21 Décembre 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #conseil de révision

Ja'i déjà évoqué le conseil de révision. Après "l'examen" des nouvelles recrues, les notables se retrouvaient autour d'une table bien garnie. Voici le menu (il s'agit de plats qui se suivent et non de plats au choix, précisons-le):

 

Potage velouté

Hors d'oeuvre

Radis. Sardines. Crevettes. Saucisson de Lyon.

Relevé

Saumon sauce crevette hollandaise

Entrée

Tête de veau en tortue

Gigot de présalé aux flageolets

Filets de boeuf sauce madère

Légumes

Petits pois à la Française

Asperges en branches

Rôtis

Dindon rôti et salade

Pièce froide

Galantine de volaille truffée

Entremets

pièce montée

Desserts variés

Vins: Madère, Bordeaux, Bourgogne, Champagne. 

Café. Cognac. Liqueurs.

S'ensuivaient probablement quelques discours patriotiques.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi.

Régis Renoncourt                                          

Lire la suite

général Déplanque, 1903.

20 Décembre 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #armée - guerre - commémorations

Voici un extrait de la conférence donnée par M. Pruvost le 13 avril 1903:

"La petite ville d'Auxi-le-Château, dans le cimetière de laquelle reposent les restes du général Déplanque sous un très simple monument funéraire de famille peut, à juste titre, être fière; elle doit même se montrer heureuse d'avoir donné le jour à ce vaillant soldat qui fut en même temps un honnête homme et un homme de coeur".

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série B des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Visite de l'école de Tollent en 1878.

19 Décembre 2016 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #écoles

Voici un  extrait du rapport fait à la délégation cantonale d'Auxi-le-Château le 15 décembre 1878.

"L'école de Tollent est basse, petite, pas trop éclairée: placée vers le nord, elle voit peu le soleil. Quarante six élèves y sont tassés. L'instituteur, faute de places, est obligé de mettre les plus petits sur le pas de la chaire. Il résulte de cette agglomération et de ces diverses circonstances que l'air y est vicié. La commune de Tollent ferait bien d'aviser à changer cet état de choses.

L'instituteur, Monsieur Léger, a une très bonne tenue, beaucoup de zèle pour ses fonctions. Un garçon de son école écrit facilement l'orthographe, sait bien la géographie et l'histoire de France et possède l'arithmétique à fond. L'école a de lui des cartes de cantons, d'arrondissements, faites d'après la carte routière mais sur une échelle plus grande. Cet élève était de la première classe, l'an passé. Une partie de ceux qui le suivent promettent d'atteindre le même niveau de connaissances.

Cet instituteur, pour arriver à ce résultat, doit se donner beaucoup de peines car les élèves, en général, ne sont point assez assidus, retenus chez eux depuis la fin d'avril jusqu'au mois de novembre pour la garde des bestiaux et même pendant une partie de ce dernier mois pour le triage du tabac".

 

Un article est paru antérieurement sur la visite à l'école de Fontaine l'Etalon par le même délégué. Nous sommes en 1878, quelques années seulement avant les grandes lois de Jules Ferry sur l'enseignement primaire.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi.

Renoncourt Régis;                                                                  

Lire la suite

Du bon usage des cimetières: 1734.

18 Décembre 2016 , Rédigé par Régis Renoncourt Publié dans #église - presbytère - cimetière...

Les cimetières n'ont pas toujours été ces lieux souvent désertés, exclusivement réservés aux morts et à leurs visiteurs, lieux de recueillement et de silence.

Jusqu'à la loi de Séparation de l'Eglise et de l'Etat de 1905, l'église paroissiale Saint Martin d'Auxi a, comme toutes les autres, une fabrique, mot qui désigne à la fois les biens de l'église et les personnes chargées d'administrer ces biens dont le président est le marguillier.

Ces messieurs tiennent donc le 28 novembre 1734, à l'issue de la messe, une assemblée où ils décident de permettre, moyennant finances, aux tirtainiers du bourg (la tirtaine est une étoffe en laine pure ou mélangée) représentés par Jacques Machy et Pierre Rouget, de tendre et faire sécher dans le cimetière de l'église et attacher aux arbres les pièces de serge ou tirtaine qu'ils fabriquent, à la réserve des arbres qui bordent le presbytère et de ceux qui sont en face du portail de l'église. Ils ne pourront endommager les arbres et ne pourront étendre leurs marchandises sur l'herbe de cimetière et faire pâturer cette herbe par leurs chevaux. Ils pourront, par contre, planter et déplanter des pieux pour attacher leurs tirtaines.

Le bail, dont la jouissance débute à la Saint-Rémy (15 janvier), durera 9 ans. Le loyer est de 15 livres par an. On précise qu'il s'agit d'un renouvellement de bail car on usera du cimetière "comme il a été usé ci-devant". Les tirtainiers fourniront, à leurs dépens, une copie de l'acte qui sera mise aux archives de l'église.

 

Pour écrire cet  article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

  • Régis Renoncourt     
  •                                                                                 
Lire la suite

Un brevet d'apprentissage à Willencourt en 1700.

18 Décembre 2016 , Rédigé par Régis Renoncourt Publié dans #Willencourt

A cette époque, on fait souvent le même métier de père en fils. Les études que l'on appellerait aujourd'hui secondaires restent le lot d'une infime minorité. L'apprentissage est le moyen le plus courant d'accéder à un métier manuel.

Le 19 mai 1700, Pierre Daussy, papetier à Willencourt, engage Jacques Riquart, jeune homme à marier, comme apprenti.

Daussy s'engage à apprendre Riquart "à faire papier gris et botteleux sans en rien cacher et comme un maître doit faire à son apprenti", le nourrir à sa table, le loger pendant deux ans continuels et consécutifs, à commencer au 1er juin.

Riquart promet d'obéir bien et "dûment", de "travailler le mieux qu'il lui sera possible" au profit de son maître. A la fin des deux ans, Daussy donnera à Riquart 60 livres. Si Riquart quitte Daussy avant la fin des deux ans, sans son consentement, Daussy pourra prendre un autre ouvrier à sa place et à "ses dépens" c'est-à-dire que Riquart devra indemniser Daussy à proportion du temps qu'il aurait dû rester à son service. 

 

  • Régis Renoncourt.
Lire la suite

Général Déplanque, 1903.

17 Décembre 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #armée - guerre - commémorations

Dans "l'Avenir d'Arras et du Pas-de-Calais" du mardi 13 janvier 1903, Théodore Pruvost qui est un peu son parent et son biographe, écrit à propos du général Déplanque:

"Dans notre mémoire d'enfant s'est profondément incrusté le masque énergique du général Louis Déplanque, souvent rencontré sur la route de Doullens à Aauxi-le-Château. Il était difficile, en effet, à un âge pour lequel une auréole d'épopée environne surtout les vieux guerriers en retraite, de ne pas ressentir une vive et durable impression devant cette rude figure, ornée de la traditionnelle barbiche, déplaisante et revêche de prime abord, mais au front singulièrement vaste et intelligent et où le regard; malgré sa dure acuité, avait une indéfinissable et paradoxale impression d'indulgence et de bonté".

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série B des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt. 

Lire la suite