Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles récents

Les cordonniers auxilois au recensement de 1911.

9 Août 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #commerces...

Rue d'Amiens (suite).

Alfred Cordier, né le 17 juilet 1876 (35 ans) à Auxi est cordonnier chez Angel.

Son épouse, Jeanne Petit, est née le 14 janvier 1880 (31 ans) à Auxi.

Alferd est né le 19 décembre 1900 (11 ans) à Auxi.

Jeanne est née le 12 août 1902 (9 ans) à Auxi.

Suzanne est née le 26 avril 1906 (5 ans) à Auxi.

 

Daniel Bourgeois, né le 28 mars 1873 (38 ans) à Authieule est cordonnier chez Bully.

Son épouse, Léonie Bartoux, est née le 27 janvier 1880 (31 ans) à Auxi.

André est né le 20 juillet 1899 (12 ans) à Auxi.

Marcel est né le 24 janvier 1907 (4 ans) à Auxi.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série M des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

 

Lire la suite

Les cordonniers auxilois au recensement de 1911.

8 Août 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #commerce - artisanat - industrie

Joseph Bartoux, né le 1er mars 1871 (40 ans) à Auxi, est cordonnier chez Bully.

Son épouse, Marie Mallard, est née le 29 juillet 1870 (41 ans) à Auxi .

René est né le 15 octobre 1896 (15 ans) à Auxi.

Mariette est née le 22 juin1903 (8 ans) à Auxi.

Gilberte est née le 24 février 1905 (6 ans) à Auxi.

Yves Brantôme, de l'assistance publique, né le 18 juin 1893 (18 ans) est apprenti cordonnier chez Bully.

Augustin Mastin, de l'assistance publique, est né le 5 janvier 1900 ( 11 ans).

Emile Bachelier, de l'assistance publique, est né le 7 janvier 1903 (8 ans).

René Bachelier, de l'assistance publique, est né en 1905 (6 ans).

 

Georges Mallard, né le 13 mars 1880 (31 ans) à Auxi est cordonnier chez Rivière.

Son épouse, Pauline Bartoux, est née le 12 novembre 1882 (29 ans) à Auxi.

Georges est né le 11 novembre 1903 (8 ans) à Auxi.

Georgette est née le 23 avril 1905 (6 ans) à Auxi.

La belle-mère, Eugénie Bartoux, est née le 20 février 1843 (68 ans) à Auxi.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série M des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

L'actualité de l'association.

6 Août 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #notre association

Pour l'instant, l'appel que j'avais lancé, il y a quelques mois, en direction des bonnes volontés susceptibles de consacrer un peu de leur temps à l'Histoire locale par le biais de notre association, cet appel est resté sans écho. Il y a sans doute d'autres priorités et nous le comprenons fort bien.

En attendant, nous préparons notre exposition des journées du patrimoine des 18 et 19 septembre 2015. Le titre en sera "un lieu, une Histoire" et aura pour thème l'évolution du "groupe scolaire" depuis l'époque du couvent des Brigittins jusqu'à celle de la mise en place de la médiathèque, en passant, bien sûr, par celle des écoles de garçons, de filles, maternelle et aussi du "premier" collège.

Si vous avez de la documentation sur le sujet, vous pouvez nous la faire parvenir de la façon qui vous conviendra le mieux. Merci.

Régis Renoncourt.

 

Lire la suite

Les cordonniers auxilois au recensement de 1911.

5 Août 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #commerce - artisanat - industrie

Suite de la rue d'Amiens.

Maurice Couvillers, né le 28 novembre 1893 (18 ans) à Auxi, est cordonnier chez Lesieurs.

Sa mère, Hortense Candas, veuve Couvillers, est née le 18 janvier 1851 (60 ans) à Auxi.

 

Alfred Carton, né le 28 javier 1869 (42 ans) à Auxi, est cordonnier chez Hayden.

Sn fils Alfred est néle 30 janvier 1891 (20 ans) à Auxi.

 

François Bourgeois, né le 27 avril 1864 (47 ans) à Auxi, est cordonnier chez Bully.

Léonie est née le 26 mai 1890 (21 ans) à Auxi.

Daniel est né le 14 juin 1896 (15 ans) à Auxi.

 

Gustave Ducrocq, né le 10 décembre 1856 (55 ans) à Auxi, est cordonnier chez Laurent.

Son épouse, Pascale Marie est née le 3 avril 1863 (48 ans) à Paris.

Madeleine est née le 5 octobre 1893 (18 ans) à Auxi.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série M des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Le Noël des sapeurs-pompiers 1975.

3 Août 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #fléaux - incendies - inondations - maladies

 
"L'Abeille de la Ternoise" du 10 janvier 1976 note que c'est avec un peu de retard que les sapeurs-pompiers ont fêté Noël en famille le 4 janvier 1976.
"La salle des fêtes s'était transformée en salle de restauration et de cinéma. En effet, les sapeurs-pompiers s'étaient réunis pour fêter Noël avec leurs familles au complet.
L'après-midi récréative débuta, dit le journal, par une projection filmée de dessins animés qui captivèrent les enfants, heureux de retrouver sur un grand écran leurs chers héros de télévision et de bandes dessinées. Un film fort apprécié fut aussi celui de la Noël 74 où tous les invités eurent beaucoup de plaisir à se reconnaître.
Un goûter, des friandises, des cadeaux, c'est un peu jouer les prolongations pour les hommes du lieutenant Boitez qui ont souvent l'occasion de travailler pendant que les autres se divertissent. C'était tout compte fait normal que les sapeurs pompiers fêtent Noël en retard sur les autres".
Sur l'une ou l'autre des quatre photos, on reconnaît quelques figures locales bien connues dont certaines sont aujourd'hui disparues: Robert Leclerc, Jean-Paul Philippart, Paul Senave. 
Ces photos sont aux archives du cercle historique.
 
Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du Cercle Historique d'Auxi et de ses environs.
 
  • Régis Renoncourt 
Lire la suite

Parking et passerelle en projet à Auxi en 1986.

2 Août 2015 , Rédigé par Régis Renoncourt Publié dans #voirie et moyens de communication

 

"L'Abeille de la Ternoise" du 19 avril 1986 relate la réunion du conseil municipal d'Auxi du 27 mars 1986 au cours de laquelle le budget primitif a été adopté par 19 voix et 3 abstentions, un conseiller municipal étant absent.

Au cours de cette réunion, on évoque l'acquisition d'immeubles appartenant à "l'Avenir Rural", acquisition qui permettrait l'aménagement d'un parking d'une cinquantaine de places de stationnement nécessaires au centre-ville.

De l'autre côté de l'Authie, l'acquisition de l'immeuble Hannedouche permettrait d'aménager une passerelle pour piétons.

Un conseiller municipal fait remarquer qu'il faut en premier lieu être sûr que la passerelle pourra être construite, celle-ci déterminant l'intérêt du parking.

Ces réserves étant formulées, il y a accord de principe du conseil municipal pour l'acquisition de ces immeubles.

L'intérêt de l'Histoire est évidemment de toujours connaître quelle sera la suite. On le sait, le bâtiment de l'AVRU sera démoli, le parking sera aménagé, la passerelle sera construite, le bâtiment de l'autre côté de l'Authie sera rénové mais l'auteur de ces lignes qui était présent lors de cette réunion peut vous dire que ce jour-là rien n'était absolument certain dans l'esprit des participants.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du Cercle historique.

  • Régis Renoncourt.
  •  
Lire la suite

Un accord au sujet d'une rente à Buire au Bois en 1704.

1 Août 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #Buire au Bois

En l'absence de crédit organisé, la forme la plus courante, tout au moins dans les campagnes, est la rente: ainsi les parents de Jeanne Thérouanne ont reçu, le 18 mars 1700, de Lefebvre, tailleur d'habits à Bachimont, une somme de 100 livres. Ils lui ont donc constitué une rente au capital de 100 livres. Le paiement des intérêts ne diminue pas le montant de la rente à rembourser.

A la mort de ses parents, Jeanne Thérouanne et son frère cadet "héritent" de la rente et, en outre, d'un arrérage d'intérêts de 6 livres 5 sols. Pour se libérer de cet arrérage, Jeanne Thérouanne va donner à son créancier la jouissance; pour un an, de trois quartiers de terre, soit un peu plus de 3 000 m2. Cette terre est en mars (avoine ou seigle) et en jachères, alors que la terre voisine, qui reste à Jeanne Thérouanne, est avestie (semée) en blé. Nous avons ici, en résumé, le système de l'assolement triennal.

Si les bailleurs veulent vendre à Lefebvre la parcelle pour racheter la rente, ils pourront le faire mais ils devront rembourser à celui-ci "les amendements, améliorations et autres mises s'il s'en trouve".

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Les cordonniers auxilois au recensement de 1911.

31 Juillet 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #commerce - artisanat - industrie

Suite de la rue d'Amiens:

Emile Sallé, né le 26 avril 1896 (15 ans) à Auxi est apprenti cordonnier chez Rivière.

Son père joseph, né le 15 décembre1863 (48 ans) à Auxi est manouvrier aux chemins de fer du Nord.

Sa mère, Ilma Quénot est née le 2 décembre 1863 (38 ans) à Beauvoir-Rivière.

 

Jules Dubos, né le 8 juilet 1881 (30 ans) à Auxi est cordonnier chez Laurent.

Son épouse, Berthe Foubet, née le 30 mars 1882 (29 ans) à Auxi est couturière à son compte.

 

Alfred Ducrocq, né le 13 mars 1861 (50 ans) est cordonnier chez Hayden.

Son épouse, Julie Couvillers, est née le 28 septembre 1866 (45 ans) à Auxi.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série M des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Si vous nous soumettez des articles émanant de vos recherches personnelles en histoire locale, nous les publierons sous votre signature.

Lire la suite

Un moment clé de la Révolution : Thermidor.

30 Juillet 2015 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #politique -élections

Le 9 thermidor an II (27 juilet 1794), c'est l'élimination et la mort des chefs de la Montagne parmi lesquels l'Arrageois Maximilien Robespierre et le Fréventin Philippe Lebas.

A Auxi-la-Réunion (nom que porte notre commune depuis le début de 1793 suite à la fin de l'épisode de la séparation en deux municipalités qui a duré d'octobre 1791 à février 1793), cet événement ne suscite apparemment pas de mouvement particulier. On s'occupe beaucoup, en cette période, du recensement des chevaux et de l'alimentation de la salpétrière en bois car la guerre continue de faire rage sur la frontière nord quoique la victoire de Fleurus, en Belgique, le 8 messidor an II (26 juin 1794) ait contribué à détendre la situation. Probablement s'affaire-t-on aussi à la moisson car il faut approvisionner le front et les civils et l'agriculture manque de bras, beaucoup de jeunes étant à l'armée : le 22 thermidor an II ( 9 août 1794), des citoyens cultivateurs se plaignent du manque de main-d'oeuvre.

Ceux qui ont contribué à la chute de Robespierre et que l'on appelle les Thermidoriens se montrent "libéraux" tant en politique qu'en économie. A Auxi, les détenus arrêtés en l'an II sont libérés de l'été 1794 à l'hiver 1794-1795. Parallèlement, les membres du Comité de Surveillance sont pris à partie tant par la municipalité que par la Société Populaire. Le Comité est dissout en fructidor an II (début septembre 1794).

Mais l'attaque en règle contre "les anciens terroristes, amis de Joseph Lebon" a lieu au cours de la séance du Conseil Général (conseil municipal) du 25 floréal an III (14 mai 1795). On sait qu'à Paris, le 12 germinal an II (1er avril 1795), les sans-culottes (révolutionnaires radicaux) ont envahi la Convention en réclamant du pain et la démocratie c'est-à-dire  la Constitution montagnarde de l'an I. Ces événements où la Convention a finalement le dessus peuvent expliquer l'offensive locale contre ceux qui, en l'an II, se sont compromis avec les robespierristes.

Le 23 germinal an III (12 avril 1795), la municipalité est réorganisée par le représentant (député) en mission Florent-Guyot: Léon Boistel redevient maire.

Sur-le-champ, Jean Treuet, commandant de la garde nationale, accusé d'avoir éprouvé un "plaisir secret" en opérant les arrestations de l'an II, est désarmé.

Le 7 prairial an III (26 mai 1795), les derniers "terroristes" que Florent-Guyot avait gardés dans la municipalité (par exemple Ferdinand Quillet) sont désarmés et remplacés par un "revenant", Sulpice Duboille, un inconnu, Bocquillon, un jeune qui occupera diverses fonctions par la suite, Baillencourt dit Courcol.

Il n'y a aucune épuration brutale, cependant, et aucun des éliminés du printemps 1795 n'est définitivement mis hors du jeu politique.      

 

 Régis Renoncourt                                       

Lire la suite

Les cordonniers auxilois au recensement de 1911.

29 Juillet 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #commerce - artisanat - industrie

Suite de la rue d'Amiens:

Jules Jumel, né le 13 mai 1858 (53 ans) à Auxi, est cordonnier chez Higuet.

Son épouse, Marie Dufétel, est née le 7 décembre 1861 (50 ans) à Auxi.

Jules, né le 10 janvier 1891 (20 ansà à Auxi est maçon dans l'entreprise Elie Dubos.

Berthe, née le 16 septembre 1894 (17 ans) à Auxi, est couturière chez le tailleur Triboulet.

Joseph, né le 17 avril 1896 (15 ans) à Auxi est manouvrier chez Jules Carton. Il sera tué à la guerre 14-18.

 

Joseph Cordier, né le 13 avril 1888 (23 ans) à Auxi, est cordonnier chez Hayden.

Sa soeur Maria, née le 18 septembre 1890 (21 ans) à à Auxi est apprêteuse en chaussures chez Hayden.

Son père Joseph, né le 19 février 1850 (61 ans) à Auxi est manouvrier chez différents employeurs.

Sa mère, Julie Fourdrinier, est née le 3 octobre 1850 (61 ans) à Auxi.

Son frère Marcel est né le 1er juillet 1898 (13 ans) à Auxi.

Lucien Pintaparis, né le 5 mars 1891 (20 ans), de l'assistance publique, est manoeuvre dans l'entreprise Elie Dubos.

Charles Vazet, né le 7 novembre 1899 (12 ans) est aussi de l'assistance publique ainsi que Lucien Lanvin, né le 1er juillet 1900 (11 ans).

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série M des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

 

Lire la suite