En 1681, nous dit l'abbé Vitasse ("histoire d'Auxi", 1892), c'est un artisan auxilois du nom de Wimart qui a construit la chaire de l'église Saint Martin remaniée en 1804 et les confessionnaux remplacés en 1804.

Il n'y a, à l'époque, d'après les registres de catholicité (baptèmes, mariages, sépultures) que deux hommes adultes du nom de Wimart, deux frères, François et Nicolas.

 Ils sont tous deux maîtres menuisers sculpteurs sur bois et c'est, selon toute vraisemblance, l'un d'eux qui a construit chaire et confessionnaux, à moins qu'ils ne se soient associés en la circonstance.

On sait peu de choses de ces deux hommes sauf en ce qui concerne leurs dernières années. En effet, les registres de catholicité présentent une longue lacune de 1635 à 1668 c'est-à-dire la période où ils sont nés et se sont mariés. En outre, pour le premier tiers du XVIIème siècle, on ne possède que les registres de naissances.

Néanmoins, on peut affirmer que les Wimart sont relativement nombreux à Auxi dès cette époque. Constant est parrain en 1604, Pierre en 1604, Nicolas en 1628, Jean en 1629; Nicole est marraine en 1604, Madeleine en 1612 et 1613, Françoise en 1611, 1613, 1618 et 1619, Marguerite en 1625 et 1629.

Cinq hommes adultes procréent en ce premier tiers du XVIIème siècle:

  • Pierre Wimart époux de Christine Degalley a un fils Pierre en 1604.
  • Nicolas Wimart époux de Claire Conan a un fils Nicolas en 1627.
  • Jacques Wimart époux de Isabelle ? a un fils Antoine en 1616.
  • Houbart Wimart époux de Jeanne Boitel a deux filles Brigitte et Marie en 1629 et 1632.
  • Nicolas Wimart époux de Antoinette Dacquet a cinq garçons, Guillaume, Alexandre, Pierre, André et Charles et quatre filles de 1617 à 1632.

Il est possible que l'un des deux frères qui ont construit la chaire de l'église soit ce Nicolas, fils de Nicolas Wimart et Claire Conan qui est né, on l'a vu, en 1627. Il aurait alors 49 ans en 1676 quand naît Nicolas, son fils d'un second mariage. Dans ce cas, son frère François serait né  après 1635, là où s'arrêtent provisoirement les registres ou bien ne serait pas né à Auxi, ce qui est improbable ou bien aurait été "oublié" sur les registres, ce qui est également improbable pour une famille apparemment bien implantée à Auxi.

Il est aussi possible que les deux frères soient nés après 1635 de l'un des trois couples Wimart (Nicolas, Jacques, Houbart) qui procréent à cette époque.

Ce qui est certain, cependant, c'est que au moins six garçons du nom de Wimart, nés entre 1616 et 1632, "disparaissent" au cours de la période suivante, soit en mourant avant l'âge de procréer, soit en ne donnant pas de descendance masculine. Il est vrai que cette époque est encore très dure et que, en particulier, la mortalité infantile y est très forte.   

 

 

  •  Régis Renoncourt
Retour à l'accueil