A la séance du conseil municipal d'Auxi du 12 mai 1821, on délibère sur la possible réunion de Willencourt à Auxi. La réunion est demandée par divers habitants. Le conseil municipal de Willencourt s'y oppose.
 
Willencourt, selon Michel Delienne, maire d'Auxi, ne compte que 200 âmes et son territoire est de 400 mesures de terre (une mesure = 4192 m2, cela fait 1,6 km2). Elle est sujette à des inondations annuelles très considérables et toujours dommageables pour ses rues qui sont plus basses que l'Authie. Elle doit entretenir un pont en bois ; le curement (employé ici au sens de "curage") des fossés est nécessaire, pour empêcher la stagnation des eaux et pour faciliter la culture des terres. C'est donc un "objet dispendieux" que les conseillers municipaux sont chargés d'examiner. Voilà pour les arguments "contre".
 
A l'inverse, on fait remarquer que la réunion permettrait de faire des économies au niveau administratif (salle, greffier), au niveau des garde- champêtres (ceux d'Auxi doivent tous les jours traverser le pont de Willencourt pour surveiller les champs). Le curage des fossés demanderait peu d'efforts supplémentaires, il y a des marais indivis et les contestations cesseraient. Le territoire de Willencourt est enclavé dans celui d'Auxi. On fait remarquer que "certaines maisons de La Neuville sont tellement voisines de celles de Willencourt qu'elles paraissent, aux yeux des étrangers, en faire partie".
 
Presque tous les habitants de Willencourt se reconnaissent de fait habitants d'Auxi (c'est tout au moins l'opinion de la majorité des conseillers municipaux auxilois). C'est dans l'église d'Auxi qu'ils viennent tous les dimanches entendre la messe, quelques- uns envoient leurs enfants dans les écoles d'Auxi ; il est évident que cette réunion est avantageuse à la grande majorité des habitants de Willencourt, d'autant plus qu'ils espèrent jouir des mêmes avantages que les habitants de La Neuville, qui ne paient rien pour leur pâturage de leurs bestiaux dans le marais commun. En effet, l'impôt se perçoit sur le produit d'une partie de la location de ce marais, dont ils ont le tiers et que la jonction à la commune d'Auxi les exempterait également des corvées annuelles pour l'entretien des chemins dont La Neuville est dispensée, vu que ces travaux sont payés par la caisse communale (il s'agit des "prestations en nature" que l'on peut racheter).
 
Le conseil municipal reconnaît toutefois que la réunion de Willencourt à Auxi peut être utile au bourg en augmentant la masse de sa population, de ses usines (un grand mot quand on sait qu'il s'agit de moulins n'employant que quelques personnes) et de ses revenus sans augmenter notablement ses dépenses.
 
Le conseil municipal d'Auxi se prononce pour la réunion "dans l'intérêt des deux communes".
 
Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.
 
  •      Régis Renoncourt  .
Retour à l'accueil