Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Publié par Régis Renoncourt

link         Il y a près de 3 siècles, on pouvait être "absent" de chez soi pendant longtemps sans que cela donne lieu à des recherches approfondies. Combien de militaires étaient-ils ainsi "absents" jusqu'au jour où ils réapparaissaient...à moins qu'ils ne disparaissent définitivement.

Ainsi, Charles Louchelart est-il absent. Son épouse, Anne Gaucher, qui demeure à Hesdin et qui est tutrice de leur fils unique, Charles, a intenté une action au Conseil d'Artois contre son mari pour être autorisée en justice à vendre ou aliéner une partie des biens de celui-ci pour sa propre subsistance et celle de son fils qui désire aller au séminaire pour parvenir aux Ordres Sacrés.

Mais "l'absent" a probablement encore des contacts puisque c'est son frère cadet François Louchelart, maître cordonnier et cabaretier à Auxi, qui agit en son nom pour passer une transaction avec Anne Gaucher:

  • Celle-ci "se déporte", renonce à l'instance.
  • François Louchelart accepte qu'il soit vendu 4 journaux de terre (1ha 67a) sur les 14 journaux (5ha 86a) que possède Charles Louchelart à Noyelles-en-Chaussée. Le prix de la vente ira pour moitié à son propriétaire, pour moitié à Anne Gaucher qui s'en servira pour que son fils prenne état honorable. Elle ne prendra sur la somme aucun "douaire" pour elle-même.
  • Pour que la mère et le fils puissent subsister honnêtement sans vendre ni aliéner, ils jouiront des revenus des autres biens de Charles Louchelart.
  • Les frais de procès déjà engagés seront partagés entre les parties.

A noter que Charles Louchelart est officier seigneurial puisqu'il est qualifié dans un autre document de "sieur de La Neuville".

Pour écrire cet article, nous avons consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

  • Régis Renoncourt.

Commenter cet article