Les enfants du premier lit (Nicolas Wimart a épousé Isabeau de Willencourt en 1698 et celle-ci est décédée en 1710) n'atteignent leur majorité que dans les années 1720 et le père est donc leur tuteur pendant plus de 10 ans.

 

Sébastien de Willencourt meurt peu de temps après sa fille Isabeau. Au nom de ses trois enfants mineurs, Nicolas est partie prenante de l'accord de succession du 14 janvier 1713.

 

Quatre filles de Sébastien de Willencourt et de Louise Hunet sont encore vivantes: Françoise est mariée, Isabelle est veuve, Marie Madeleine et Marie Louise sont célibataires et vivent avec leur mère. De François, présent au mariage de Nicolas en 1698, on dit qu'il est absent depuis plusieurs années et qu'on ne sait s'il est vivant ou mort, cette situation étant encore assez courante au début du XVIIIème siècle.

 

La mère et ses deux filles célibataires reçoivent les biens meubles de la succession de Sébastien de Willencourt. Elles donneront 150 livres à Françoise, 150 livres à Isabelle et 150 livres à Nicolas pour ses trois enfants mineurs. Louise Hunet a une obligation de 100 livres vis-à-vis de Nicolas et elle s'engage à rembourser ce prêt.

 

Françoise étant l'aînée, elle pourra si son frère est décédé, prendre ses droits sur la maison de son père.                                                                   

 

Pour écrire cet artcicle, j'ai consulté divers documents de la série 4E des archives départementales du Pas-de Calais à Dainville.

 

  •     Régis Renoncourt .
Retour à l'accueil