Attention! Pas de confusion: il s'agit bien de 1815 et non de 1915! 

Après les défaites de Napoléon 1er la France est soumise à une occupation de plusieurs années, aggravée par le retour de Napoléon de l'île d'Elbe au printemps 1815 (les Cent Jours); notre région est occupée par les Anglais. La lettre du maire d'Auxi, Sulpice Duboille, au sous-préfet de Saint-Pol en date du 9 novembre 1815 (soit 4 mois après Waterloo) montre que les Anglais se comportent réellement en troupe d'occupation.

"Monsieur,

Par votre état de répartition que vous avez fait pour assigner un contingent aux communes y désignées, dont je vous joins copie, je vous observe, Monsieur, que le contingent d'avoine, loin de correspondre aux rations avec le foin sur lequel il faut douze livres pour chaque, est à la différence de 9 173 kilogrammes ou 18 346 livres, l'hectolitre calculé sur 88 livres. Vous verrez qu'il est impossible de subvenir aux besoins de la troupe avec une semblable différence, que sur ce qui est requis il n'est encore arrivé au magasin que trop peu d'avoine et de blé.

Je vous prie de suppléer à ce manquement le plus promptement possible. Je crois devoir vous mettre sous les yeux que les communes de Willencourt, Le Ponchel, Buire, Noeux, Vaulx, Erquières et Fontaine l'Etalon n'ont point logé et qu'ils peuvent suppléer pour quelque chose dans la fourniture d'avoine. Au reste, vous ferez à ce sujet ce que vous trouverez bon, vous savez qu'il faut que rien ne manque, surtout envers des hommes qui n'entendent pas toujours raison et qu'un défaut de subsistance me causerait non seulement de l'embarras mais des désagréments que je ne pourrais éviter quoiqu'agisant avec fermeté.

J'ai l'honneur de vous saluer. Signé Duboille".                                                     

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil