Nicolas Wimart naît le 10 mai 1676 du second mariage de Nicolas Wimart et de Catherine Lenglet. Louis XIV, le Roi-Soleil, a alors 38 ans. C'est, à Versailles l'époque de Colbert, de la duchesse de Montespan et de la guerre de Hollande.

Il sait sans doute lire et écrire. Il sait, en tout cas, signer avec une certaine aisance. Le 19 octobre 1689 (il a alors 13 ans), il est parrain et c'est sans doute la première signature qu'il appose sur le registre de catholicité. Est-ce l'émotion? Il oublie le "t" à la fin de son nom, ce qu'il ne fera plus ensuite.

Nicolas a deux soeurs consanguines nées du premier mariage de son père, Antoinette et Jeanne et une soeur germaine, née du même mariage que lui, Catherine.

Ses parents meurent à quelques jours d'intervalle, sa mère le 27 août 1694, son père le 31 août 1694, sans doute au cours d'une épidémie (ce sont deux des 338 victimes auxiloises de la crise démographique de 1693-1694). Nicolas a 18 ans. Il n'est pas majeur et, à la lumière d'autres actes, on peut penser que c'est son oncle François qui lui sert de tuteur.

Le 5 novembre 1698, il épouse Isabeau de Willencourt, fille du marchand auxilois Sébastien de Willencourt. Les mariés ont tous deux 22 ans, ce qui est un âge inférieur à la moyenne, à cette époque. Cela peut s'expliquer, en ce qui concerne le marié, par la disparition de ses parents.

 

Nicolas a au moins cinq enfants avec Isabeau de Willencourt:

  • Marie-Françoise naît le 14 juillet 1699 et meurt le 25 avril 1700.  
  • Jean-François naît en 1700.
  • Nicolas naît le 21 janvier 1701.
  • Pierre naît le 9 février 1706.
  • Elisabeth qui naît en 1710 est peut-être la cause involontaire de la mort de sa mère.

 

Le 11 novembre 1710,  Isabeau de Willencourt meurt. Sa fille, Elisabeth Wimart, meurt quelques jours plus tard, le 25 novembre 1710.                                                     

 

      Pour écrire cet article, nous avons consulté les archives communales d'Auxi et les archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

  •      Régis Renoncourt.
Retour à l'accueil