Le 26 mars 1711 soit un peu plus de 4 mois après son veuvage, Nicolas Wimart se remarie avec Isabelle Darras. Ce délai peut paraître trop court mais il n'a rien d'inconvenant à l'époque surtout pour un homme chargé d'une famille dont il faut s'occuper. Isabelle Darras est la fille de Jean Darras, marchand cordier auxilois.
De 1711 à 1723 (il a entre 35 et 47 ans) lui naissent au moins 4 enfants du second lit en tenant compte qu'il y a une lacune dans les registres de catholicité entre 1717 et 1721.
  • Marie Marguerite naît le 30 décembre 1711.
  • Nicolas naît le 31 août 1713. Pour le distinguer de son frère consanguin (du premier lit), il est surnommé "le jeune" alors que l'autre, également prénommé Nicolas, de 12 ans plus âgé est "l'aîné".
  • Nicolas naît en 1720. Pour le distinguer, on l'appelle "le faiseur de cherens" du nom de son métier, la cheren ou cheraigne étant la baratte à main pour faire le beurre.
  • Marie Antoinette naît en 1723.
Nicolas Wimart a donc 7 enfants vivants quand il meurt le 30 avril 1734, à l'âge de 58 ans.
  • L'aîné, Jean François, a 34 ans. Il a épousé en 1724 Marie Isabelle Retourné. Il été d'abord menuisier comme son père et son grand-père puis cabaretier et brasseur. Il est donc le premier à quitter les métiers du bois. L'un de ses descendants sera huissier et conseiller municipal d'Auxi.
  • Nicolas dit "l'aîné" a 33 ans. Il est le plus proche de son père, en tout cas par la signature, seul signe qui nous soit accessible. Il a épousé, en 1730, Marie Jeanne Toulouze.
  • Pierre a 28 ans. Il a épousé Marie Françoise Gauduin en 1725.
  • Marie Marguerite a 23 ans.
  • Nicolas dit "le jeune" a 21 ans.
  • Nicolas le futur "faiseur de cherens" a 13 ans.
  • Marie Antoinette a 11 ans.
Ces deux derniers sont dits "en bas âge". Tous les enfants du second lit sont encore célibataires.
Il a plusieurs petits-enfants, cela est dû à son mariage relativement précoce et à sa relative longévité (pour l'époque évidemment). L'un de ceux-ci, fils de Pierre, meurt 9 jours avant lui, le 21 avril 1734.                                                                                                                       
 
  •      Régis Renoncourt .
Retour à l'accueil