Le bail de la ferme de l'abbaye de Willencourt en 1716 (1).

Publié le par régis renoncourt

En 1716, les dames abbesse et religieuses de l'abbaye de Willencourt tiennent "clôture" en la ville d'Abbeville mais elles continuent de posséder des biens dans ce qui est à l'époque un hameau de Vitz-sur-Authie comme le montre un document du 17 décembre 1716 qui est un bail passé par leur fondé de pouvoir, devant notaires, avec François Dumont, laboureur, et Marie Marguerite Thélu, sa femme, "de lui suffisamment et agréablement autorisée à l'effet des présentes" (la femme est à l'époque, et cela durera encore longtemps, considérée comme mineure sauf si elle est veuve non remariée ou célibataire majeure, "fille ancienne").

 

Les biens loués consistent en :

  • la maison abbatiale et la ferme du dit Willencourt où les preneurs résident (il s'agit donc d'un renouvellement de bail) avec les bâtiments qui en dépendent.
  • les enclos, pés à faire foin, les aulnois, consistant en 26 journaux (11 ha 15 a), y compris les prés nommés les prés du Planty dont le fermier du Planty jouit en partie.
  • 50 journaux (21 ha 45 a) de terres à labour et de terres en friche qui servent de pâturages aux "bestiaux" du fermier.
  • la maison située au devant de l'abbaye " laquelle servait de fournil et à présent de brasserie".
  • le bois à couper chaque année sur un demi journal (2 145 m²) à prendre sur les bois de l'abbaye, "ni bons, ni mauvais".

L'annonce des biens à louer a été faite "par affiches et publications" au principal portail de l'église d'Auxi par "trois jours de dimanche et fetes consécutifs".

Dumont et sa femme "qui se tiennent contents" des biens ainsi décrits pour en avoir "parfaite connaissance et en avoir joui" depuis 9 ans sont les "plus offrants et derniers enchérisseurs" (on sait par d'autres études qui ont été faites que les fermiers en place disposaient de moyens de pression pour le renouvellement des baux). Le bail est en fait renouvenable à mi-mars 1717 et les dames abbesses sont dispensées du métrage et de "rien fournir par cordes et mesures".

 

Pour écrire cet article, nous avons consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

  • Régis Renoncourt.

 

Publié dans Willencourt

Commenter cet article