Le 27 juillet 1854, les membres du conseil municipal entendent la lecture du budget de l'emprunt:

En recettes:

  • l'emprunt consenti par la caisse des dépôts et consignations : 8 772 francs
  • allocation à titre de secours du gouvernement pour être employée en travaux communaux : 2 500 francs
  • total : 11 272 francs.

En dépenses:

Secours en nature aux indigents:

  • a Duboille, fourniture de blé : 3 058,20
  • a Defrance, boulanger, pain : 1 418,30
  • a Delgove Joseph, boulanger, pain : 1 850,03
  • a Deplanques, boulanger, pain : 5,55
  • a Duboille fils, beurre, riz, haricots: 332,45
  • a Duboille père, carottes, légumes divers: 46,00
  • a Deslavier: 170,25
  • a Dufossé, veuve, sel, poivre: 39,10
  • a Dufossé Louise, beurre : 17,00
  • a Honoré Leroy, légumes divers : 10,00
  • a Calmont, carottes : 5,00
  • a Amand Courtois, carottes : 8,25
  • a Victor Wimart, oignons : 4,00
  • a Pierre Wimart, haricots : 3,50
  • a veuve Fardel, beurre : 15,30
  • a Legrand-Delgove, légumes divers : 13,00
  • a Joseph Dubos, légumes divers : 13,00
  • a veuve Tahon, au compte de Deslavier
  • a Joseph Bouvet, haricots: 3,00

(ces dernières fournitures ont été employées en délivrance de soupes aux indigents).

En dépenses en travaux communaux:

  • Deslavier, avances aux ouvriers : 3 742
  • Beaussart, avances aux ouvriers: 200
  • Vandôme, travaux et fourniture de barrière: 29
  • Duboille, avances aux ouvriers: 448
  • Déplanques, conducteur des travaux communaux: 100.

A l'occasion du 15 août 1854, jour de la fête de l'Empereur Napoléon III, des secours sont accordés aux indigents, comme d'habitude mais compte-tenu des efforts "énormes" déjà faits par la commune, ils sont restreints à une distribution de pain.

 

Notons en passant, pour nous situer chronologiquement, que 1854 c'est l'année de la mort de Louis Nicolas Guislain Wallart et de Louis Joseph Déplanques, père du futur général.  

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

 

Retour à l'accueil