En 1965, la liste du maire sortant, Etienne Devulder, avait été battue très nettement par la liste d'Union de la Gauche emmenée par Francis Thélu, puisque celle- ci avait obtenu la totalité des sièges de conseillers municipaux (le scrutin est alors "à panachage" c'est à dire que l'on peut voter nominalement, sans nécessairement voter "liste entière").
 
Après un mandat de six ans, en mars 1971, Francis Thélu se présente une nouvelle fois à la tête d'une liste d'Union de la Gauche. Il doit affronter la liste "d'Union et d'Action Locale", conduite par Marcel Perrin et Raymond Kefsi.
 
La victoire est encore plus nette que six ans auparavant, puisque la moyenne des voix de la liste Thélu est de 1 063 contre 531 à la liste Perrin. Une nouvelle fois, la liste est élue au complet.
 
Le 16 mars 1971 est installé le nouveau conseil municipal. Oscar Bridoux est, selon l'expression consacrée, "le premier dans l'ordre du tableau", puisque c'est lui qui a obtenu le plus de voix.
 
Francis Thélu est réélu maire par 20 voix sur 21 votants.
 
Camille Vin est élu premier adjoint par 20 voix sur 21 votants.
 
Jean Arnaud est élu second adjoint par 20 voix sur 21 votants.
 
Le 26 mars 1971, André Hermant est élu adjoint supplémentaire par 19 voix sur 21 votants.
 
Au cours de la même séance, les indemnités sont fixées en indices et pourcentages, et on procède à l'élection des commissions.
 
C'est au cours de cette même année 1971 que madame Chamoux devient concierge de la mairie en remplacement de son mari, que Gérard Hédin est nommé gardien de police, et que Michel Oudin devient animateur socio- culturel.
Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.
 
  • Régis Renoncourt .          
Retour à l'accueil