Les marais, très importants le long de l'Authie, tiennent traditionnellement une grande place dans la vie des Auxilois ainsi, bien sûr, que dans celle des habitants des villages de la vallée.

Ils fournissent la tourbe, l'exploitation des bois et aussi le pâturage pour les troupeaux.

En ce qui concerne cette dernière ressource, voici l'arrêté pris par Michel Delienne, maire d'Auxi, le 20 avril 1822 (sous la Restauration, à la fin du règne de Louis XVIII):

"Article 1er: il ne sera admis dans le marais, que des bestiaux de l'espèce de ceux qui ont coutume d'y paître, lesquels seront livrés à des gardiens qui en prendront la charge annuellement par adjudication publique au rabais à raison d'une rétribution par tête dont ils feront le recouvrement eux-mêmes sur les propriétaires des bestiaux.

 

Article 2 : l'animal une fois livré au pâturage et qui n'en aura point été retiré par les ordres de l'autorité en vertu des règlements à ce relatifs, devra la rétribution entière, à moins toutefois qu'il ne soit mort ou n'ait été vendu. 

 

Article 3 : les gardiens seront responsables envers les habitants des accidents qui arriveront par leur faute ou négligence aux bestiaux qui leur seront confiés, ils seront aussi garants envers ceux qu'il appartiendra, des dommages causés aux propriétés d'autrui par les mêmes bestiaux pendant le temps qu'ils leur seront confiés.

 

Article 4 : les bestiaux livrés aux gardiens et reconnus dans le cas de blesser ou endommager les autres, tels notamment que les chevaux entiers, seront reconduits chez leur propriétaire par les dits gardiens qui demeureront tenus de nous en faire à l'instant leur rapport.

 

Article 5 : l'ouverture du pâturage sera déterminé par nous, il en sera donné avis de la manière ordinaire. Depuis cette ouverture jusqu'au 1er juin, les gardiens partiront à 8 heures du matin et reviendront à 5 heures du soir. Du 1er juin au 10 septembre, les gardiens partiront à 4 heures et demie du matin et reviendront à 11 heures du matin, ils retourneront à 2 heures de l'après-midi pour revenir à 8 heures et demie du soir. Du 10 septembre au 1er novembre, époque de la fin du pâturage, les gardiens partiront à 8 heures du matin et reviendront à 5 heures du soir.

 

Article 7 : les plantations communales seront soigneusement garanties de l'approche et des dégâts des bestiaux par les gardiens.

 

Article 9 : pour favoriser autant que possible les cultivateurs qui désireront avoir le droit de faire paître dans les marais, les dimanche et fêtes, leurs chevaux servant à la culture, il leur sera libre de le faire moyennant la rétribution de 75 centimes par tête                         

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

 

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil