Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le réveil de l'Union Commerciale à Auxi, 2003. Auteur : régis renoncourt

30 Juin 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #commerce - artisanat - industrie

C'est le titre d'un article de "l'Abeille de la Ternoise" du 24 décembre 2003:

"Après quatre ans d'un long sommeil, l'union commerciale s'est réveillée pour organiser le marché d'antan et surtout pour préparer les commerçants à l'arrivée de la grande surface "SuperU".

Les 38 exposants qui ont participé au marché de Noël ont été obligés de se réfugier à la salle des fêtes. Les rafales de vent et la pluie ont découragé les organisateurs à maintenir le marché de Noël non loin de la mairie. Ils ont eu raison d'accueillir les visiteurs au chaud et surtout au sec.

En déambulant au milieu des stands, il était possible d'acheter des fleurs, du chocolat, des jouets, de la charcuterie, des disques...

En organisant le marché d'antan, les commerçants auxilois ont voulu démontrer que le chef-lieu de canton avait toujours la chance d'avoir 52 commerces.

L'union commerciale, qui prendra un nouveau départ au mois de janvier, souhaite vanter les atouts du comerce de proximité qui devra faire face à l'implantation d'un supermarché."

On sait que le superU ne s'est pas implanté et que le magasin ED a fermé ses portes. Mais il n'en reste pas moins vrai que le commerce local a raison de faire preuve de dynamisme.

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt

Lire la suite

Engagement dans la milice, 1707. Auteur : régis renoncourt.

28 Juin 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #armée - guerre - commémorations

La milice est, sous l'Ancien Régime, une sorte de service militaire de second ordre.

Les communautés de Acquet, Neuilly-le-Dien, Cumonville doivent fournir un milicien.

Pour se dégager de cette obligation, elles contactent François Duparcq fils de défunt Nicolas Duparcq.

Le 1er mars 1707, il s'engage, moyennant 250 livres, à aller à Doullens pour s'y faire enrôler et prendre les ordres de Mr le sous délégué de Monseigneur l'Intendant.

La somme sera déposée chez Claude François, bailli de la berrie d'Auxi dans les 3 mois ou plus tôt s'il est incorporé.

S'il est en péril de mort, les 210 livres seront partagées ainsi : le tiers à sa mère; le tiers à sa soeur; le tiers en prières à la discrétion de Claude François.

Si la mère et la soeur décèdent, leur part sera convertie en prières,

Si l'une décède, l'autre aura sa part.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

régis renoncourt.

Lire la suite

Une "cession", 1705. Auteur : régis renoncourt.

27 Juin 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #la vie quotidienne autrefois

Le 10 décembre 1705, comparaissent devant notaire:

  • Charles Dorion, marchand à Auxi, et son fils Louis Dorion, demeurant à ParIs.
  • Charles Thuillier, tailleur d'habits, époux de Marie Dorion, celle-ci étant la soeur de Louis Dorion.

L'affaire porte sur deux maisons mitoyennes rue d'Amiens (aujourd'hui rue du général Leclerc) hypothéquées d'une rente de 250 livres à un habitant de Rue.

Il est probable que cette rente a été "héritée" en même temps que les maisons et probablement du chef de l'épouse de charles Dorion (sans doute décédée), mère de Louis et Marie Dorion.

Thuillier et sa femme ont remboursé cette rente qui permet de "dégager" les deux maisons de l'hypothèque.

Charles et Louis Dorion s'obligent à payer à Thuillier 50 livres à la mi-mars 1706 et 50 livres 5 ans après.

Pour les autres 150 livres, ils cèdent les usufruits et jouissances sur les deux maisons pendant 9 ans.

Charles Dorion s'oblige en outre à ne vendre, charger, aliéner ni même donner la part de ces maisons sanqs l'exprès consentement de son héritier apparent.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Salle d'asile, 1851. Auteur : régis renoncourt.

26 Juin 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #écoles

Dans sa séance du 24 mars 1851, suite à la démission de Mle Marcelline Samier comme directrice de la salle d'asile (ancêtre de l'école maternelle) le conseil municipal d'Auxi confirme la candidature de Mle Joséphine Touzet, munie du certificat d'aptitde et avantageusement connue pour sa moralité et sa bonne conduite.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilté l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Cimetière, 1863. Auteur : régis renoncourt.

25 Juin 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #église - presbytère - cimetière...

Il y a un commissaire de police à Auxi depuis 1841. Le 4 juilet 1863, il reçoit du maire d'Auxi, Joseph Varlet, la lettre suivante au sujet du cimetière:

"J'ai déjà eu l'occasion d'appeler votre surveillance sur les désordres qui se commettent journellement dans le cimetière notamment pendant les offices; j'ignore si vous vous en êtes occupé; mais de nouvelles plaintes m'ayant été adressées, je viens itérativemnt vous inviter à ne point perdre de vue cet objet important de vos attributions.

Les personnes et les enfants mêmes qui visitent le cimetière doivent s'y comporter avec la décence et le respect que commande sa religieuse destination.

Je viens de rappeler aux habitants les dispositions du réglement de police publié et approuvé par M. Le Préfet. Vous voudrez bien tenir la main à son exécution et m'en rendre compte".

Notons que Joseph Varlet repose, ainsi que d'autres maires ou personnalités dans le vieux cimetière d'Auxi.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Musique, 1870. Auteur : régis renoncourt.

23 Juin 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #fêtes - loisirs et sports

Au cours de la séance du conseil municipal d'Auxi du 13 juin 1870, le maire expose qu'un concours de musique a lieu à Doullens le dimanche suivant. La musique naissante d'Auxi-le-Château s'est fait inscrire pour prendre part à cette lutte pacifique.

On ne peut qu'encourager, ajoute-t-il, les efforts des jeunes musiciens, les seconder dans leurs espérances de succès et répandre dans la commune le goût d'un art vraiment moralisateur.

En conséquence, le maire propose d'allouer à titre d'indemnité des frais de voyage au concert de Doullens une somme de 100 francs qui sera prise sur les fonds disponibles du budget additionnel de 1870.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

V.C.A., 1987. Auteur : régis renoncourt.

22 Juin 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #fêtes - loisirs et sports

"Au Véloce club auxilois, l'école de cyclisme est officiellement ouverte", c'est sous ce titre que "l'Abeille de la Ternoise" du 11 avril 1987 nous apprend la nouvelle dans un article accompagné d'une photo.

Ouverte pour les enfants de 10 à 14 ans, elle propose un apprentissage de la sécurité et de l'adresse à bicyclette, en effectuant des exercices concrets. Formés par MM. Boulard et Masson, les jeunes cyclistes acquièrent une totale maîtrise de cette discipline dès le début des cours. Ceux-ci ont lieu chaque samedi de 14 h à 17h.

A l'inauguration de l'école, 14 élèves répondent présents.

Le président du V.C.A., en 1987, est Jean-Marie Pétrus. Celui-ci cède la présidence à Patrice Boulard peu de temps avant sa mort en 2002.

Sur la photo figurent, outre les jeunes élèves et leurs formateurs, Jean-Pierre Déalle-Facquez, maire de la commune; Camille Ogez, adjoint aux sports; Henri Dejonghe, de la jeunesse et Sports; Marceau Vasseur, secrétaire du V.C.A.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Canteleux, 1998. Auteur : régis renoncourt.

20 Juin 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #villages

Dans "l'Abeille de la Ternoise" du 12 juin 1998, en page 38, le journal publie "quelques notes historiques sur Canteleux" sous la signature de Marcel Bayart.
Ainsi, en 1896, si la commune la moins peuplée de France compte 19 habitants, Canteleux, qui est la commune la moins peuplée du Pas-de-Calais, compte 49 habitants soit une augmentation de 2 depuis 1891.

Elle avait eu 5 feux (maisons, foyers) et 29 âmes (habitants) en 1698.

Elle avait connu son chiffre maximal, soit 121 habitants, en 1820 et son chiffre minimal, soit 17 habitants en 1982. Autrment dit, une diminution de 104 habitants en 162 ans.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Télégraphie, 1870. Auteur : régis renoncourt.

19 Juin 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #voirie et moyens de communication

Alors que la France est en guerre, au cours de sa séance du 22 septembre 1870, le conseil municipal d'Auxi alloue 100 francs à Mlle Guillot, directrice de la télégraphie à St Pol qui "a mis beaucoup d'empressement et d'exactitude à adresser officiellement les nouvelles télégraphiques qui intéressent à un si haut degré la population toute entière".

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Les orgues de l'église d'Auxi, 1987.

18 Juin 2016 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #patrimoine communal

Qu'une séance spéciale du conseil municipal d'Auxi ait pour objet la restauration des orgues de l'église St Martin montre l'importance de l'objet comme nous le relate "l'Abeille de la ternoise" du 28 novembre 1987.

Plusieurs experts assistent à cette réunion et apportent des informations: l'église a été classée en 1910, le buffet d'orgue en 1908 et l'orgue lui-même en 1980.

Cet orgue est le seul exemplaire encore existant du facteur d'orgues Adrien Carpentier. Il date de 1745 et a éré plusieurs fois maltraité par des restaurations malhabiles.

La commune, si elle donne suite au projet, devra prendre à sa charge 25% du devis de restauration soit 425 000 F.

Les nombreuses questions émanant des élus montrent l'intérêt que ceux-ci portent au projet. Les experts y répondent à chaque fois précisément.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt

Lire la suite
1 2 3 > >>