Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Sainte Cécile, 2004. Auteur : Régis Renoncourt.

29 Novembre 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #fêtes - loisirs et sports

Voici un petit article de "l'Abeille de la Ternoise" du 25 novembre 2004 sous le titre : "Les Auxilois fêtent Sainte Cécile":

"Ce week-end, la fanfare municipale d'Auxi-le-Château, dirigée et présidée respectivement par MM. Wimart et Funten, a rendu hommage à leur sainte patronne Sainte Cécile.

Tout a commencé, samedi soir, dans les rues d'Auxi, sous un climat humide et frisquet; les musiciens ont réchauffé le coeur des habitants en interprétant quelques aubades devant les domiciles de MM. Dejonghe, Wimart et Funten, respectivement maire de la commune, directeur et président de la fanfare. Puis ce dimanche, toutes et tous ont participé à la messe à l'église Saint Martin, avec le concours de la chorale d'Auxi, dirigée par M. White. Enfin, pour clôturer ce week-end bien chargé, petite pause déjeuner au Ponchel."

Cete article est accompagné d'une photo.

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

V.C.A., 1983. Auteur : Régis Renoncourt.

28 Novembre 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #fêtes - loisirs et sports

Sous le titre "Coup de chapeau aux coureurs cyclistes du VCA", "l'Abeille de la Ternoise" du 11 juin 1983 nous indique que "Camille Huyghe (ancien coureur du Tour de France), Francis et Frédéric Andrieux et François Gilles ont brillamment remporté les six jours cyclistes à Frévent à l'occasion du jubilé René Quesnel.

Tirons un coup de chapeau à ces valeureux et sympathiques membres du Véloce Club Auxilois qui obtinrent une première place méritée au classement général devant l'équipe redoutable conduite par René Quesnel!"

Cet article est accompagné d'une photo.

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Stationnement, 1956. Auteur : Régis Renoncourt.

27 Novembre 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #voirie et moyens de communication

Au milieu des années 1950, le parc automobile s'est étoffé et il faut envisager sérieusement de régler un problème nouveau; le stationnement.

Dans sa séance du 11 mai 1956, le conseil municipal d'Auxi décide que, pour l'ensemble de la commune, le stationnement se fera du côté des numéros pairs pour les jours pairs et du côté des numéros impairs pour les jours impairs.

En outre, des parcs sont spécialement établis en vue de faciliter le stationnement place de l'hôtel de ville.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt

Lire la suite

Bruits d'incendie, 1834. Auteur : Régis Renoncourt.

26 Novembre 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #fléaux - incendies - inondations - maladies

Pendant longtemps, l'incendie est l'un des grands fléaux des agglomérations. Beaucoup de maisons sont en bois et en paille. Les incendies les plus spectaculaires dont nous ayons mention à Auxi ont lieu en 1844 et 1854.

Le 6 juillet 1834, le maire d'Auxi, Wallart, écrit au sous-préfet de Saint-Pol:

"J'ai l'honneur de vous informer que, depuis plusieurs jours, il circule dans le public des bruits d'incendie résultats de la malveillance.

Le département de la Somme paraît être le principal théâtre des incendiaires. Ces bruits ayant répandu l'alarme et les habitants des villages voisins montant la garde toutes les nuits, j'ai pensé qu'il était convenable pour tranquilliser tous les habitants d'Auxi de faire aussi monter la garde pendant la nuit dans la commune. J'ai en conséquence requis monsieur le Commandant de la Garde Nationale qui a ordonné un service de patrouille qui a commencé cette nuit."

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Voyage des aînés, 1980. Auteur: Régis Renoncourt.

25 Novembre 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #fêtes - loisirs et sports

"L'Abeille de la Ternoise" du 30 août 1980 donne le programe du voyage des aînés.

Départ: 7 h 30, retour : 19h30.

Arêts : place de l'hôtel de ville, place de Verdun.

Itinéraire: Auxi, Arras, Cambrai, Sars-Poterie (musée du verre, atelier du verre, artisanat, poterie).

Repas, détente à Avesnes-sur-Helpe.

Felleries (moulin des Bois Jolis), Bavay (ville romaine).

Cambrai, Arras, Auxi.

Prix du voyage : 20 F par personne.

Le repas pris au restaurant "La Grignotière" est composé de flamiche au maroilles, coq au vin, tarte maison pour le prix de 40 F , boissons en sus.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Un testament, 1704. Auteur: Régis Renoncourt.

24 Novembre 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #vie quotidienne autrefois

Le 10 novembre 704, Antoinette Gellé femme de Jean Prévost, serrurier, fait son testament.

Après les formules d'usage, on passe à la dévolution des biens matériels.

  • Ses terres sur le terroir d'Auxi vers Wavans seront partagées entre Jean, Marie, Antoine, Françoise, Jeanne, Isabelle, ses six enfants selon la coutume (celle-ci dépend du lieu: par exemple, elle n'est pas la même à Auxi Artois et à Auxi Picardie).
  • En plus, Jean, l'aîné, aura les droits qu'elle a sur la maison que son mari a retrait de François Champion devant les pères Brigittins sans que les autres puissent rien prétendre (le retrait lignager consiste à "revenir" sur une vente déjà faite, en la rachetant, si l'on est membre de la famille, du lignage, du vendeur).
  • En plus, Antoinette aura la moitié d'un autre manoir amasé (bâti) acquis avec son mari (celui-ci garde l'autre moitié) rue des Courtieux (actuelle rue Wallart) à condition que ses 4 soeurs demeurent avec elle jusqu'à ce qu'elles prennent état honorable (se marier ou entrer dans les Ordres) ou qu'elles voudront sortir. Antoinette leur donnera alors 20 livres. Ce manoir ne pourra être vendu, aliéné (loué) ou chargé (hypothéqué) qu'à cette charge expresse.
  • Les 5 filles se partageront meubles, linges, habits, bagues, joyaux.
  • Jean aura une pièce de toile blanche.
  • Les 6 enfants auront à se partager le fer, l'acier, le charbon, les ferrailles, outils et enclume et tout ce qui concerne la boutique de serrurerie (on peut donc supposer que la boutique de serrurerie appartient à la testatrice "en propre").

Les 6 enfants paieront par parts égales les frais d'obsèques et funérailles.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Facture Hoyez, 1935. Auteur: Régis Renoncourt.

23 Novembre 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #commerce - artisanat - industrie

Madame Hoyez est installée 4 rue d'Arras, actuelle rue du général de Gaulle.

Son magasin est une épicerie qui fait l'alimentation générale, les primeurs mais aussi les jouets.

Elle a livré le 8 juin 1935, à la ville d'Auxi, des jouets pour la somme de 66 francs.

Sans doute cette livraison a-t-elle été faite à l'occasion d'une fête organisée par la commune.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Henri Gauthrin , 1996 (3) . Auteur : Régis Renoncourt.

22 Novembre 2015 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château et de ses environs Publié dans #fêtes - loisirs et sports

Lorsqu'il entre dans son atelier, Henri pense certainement à toutes ces longues années qu'il a vécues en ferrant les chevaux, puis à la fabrique des outils agricoles et enfin des bétaillères de marque Gauthrin connues et reconnues dans de nombreuses foires.

"J'ai appris le métier à 14 ans à coup de pied dans le cul chez M. Ranson à Maizicourt" déclare avec un large sourire l'artisan.

De ces longues années, il n'a pas oublié la première bétaillère livrée à M. Lhomme à Le Boisle, la fabrication et le cerclage des roues de chariot, la coupe des queues de poulains chez M. Leprovost à Heuzecourt.

 

L'ensemble de l'article du journal est signé "Pascal Guillemet". Il est accompagné de deux photos l'une légendée ainsi : "le père d'Henri était cantonnier et sa mère a élevé 9 enfants et 23 enfants de l'Assistance publique" et l'autre :"les charrettes d'Henri ne sont pas à vendre".

Pour écrire cet article du blog, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Henri Gauthrin, 1996 (2). Auteur : Régis Renoncourt.

21 Novembre 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #fêtes - loisirs et sports

"Dans son atelier, plus de 6 heures par jour, après avoir fabriqué des petites chaises métalliques pour les fleurs de son épouse, des chandeliers, des grandes clefs,...il fabrique de très jolies charrettes avec roues tournantes et un cheval.

Il travaille sans les plans car il n'a pas oublié toutes les charrettes qu'il a vu défiler dans son atelier à Heuzecourt durant les trente cinq années de maréchalerie.

Chaque charrette représente plus de trois jours de travail. Aujourd'hui, il envisage d'en fabriquer une à quatre roues pivotantes avec toujours des banquettes amovibles qui pourraient être recouvertes de cuir ou de tissu, pour un attelage à quatre chevaux.

A suivre...

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Henri Gauthrin, 1996. Auteur : Régis Renoncourt.

20 Novembre 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #fêtes - loisirs et sports

Sous le titre "L'homme qui joue avec le fer et le feu, depuis une dizaine d'années, Henri Gauthrin fabrique des objets d'arts en fer", "l'Abeille de la Ternoise" du 29 novembre 1996 développe l'article suivant :

"Chaque jour ou presque, au numéro 13 de la rue du Pont Neuf, on peut entendre le bruit du marteau domestiquant le fer sur l'enclume.

Il n'y a pourtant pas d'artisan installé ici, mais un maréchal-ferrant à la retraite jouant avec le fer, l'eau et le feu dans son atelier. "Depuis que je suis à la retraite, je ne pouvais pas admettre que je ne pourrais plus entendre le bruit du marteau frappant l'enclume. J'ai donc décidé de continuer à travailler le fer mais autrement" déclare Henri Gauthrin 63 ans.

 

A suivre...

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt.

 

Lire la suite
1 2 3 > >>