Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les cordonniers auxilois au recensement de 1911.

31 Juillet 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #commerce - artisanat - industrie

Suite de la rue d'Amiens:

Emile Sallé, né le 26 avril 1896 (15 ans) à Auxi est apprenti cordonnier chez Rivière.

Son père joseph, né le 15 décembre1863 (48 ans) à Auxi est manouvrier aux chemins de fer du Nord.

Sa mère, Ilma Quénot est née le 2 décembre 1863 (38 ans) à Beauvoir-Rivière.

 

Jules Dubos, né le 8 juilet 1881 (30 ans) à Auxi est cordonnier chez Laurent.

Son épouse, Berthe Foubet, née le 30 mars 1882 (29 ans) à Auxi est couturière à son compte.

 

Alfred Ducrocq, né le 13 mars 1861 (50 ans) est cordonnier chez Hayden.

Son épouse, Julie Couvillers, est née le 28 septembre 1866 (45 ans) à Auxi.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série M des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Si vous nous soumettez des articles émanant de vos recherches personnelles en histoire locale, nous les publierons sous votre signature.

Lire la suite

Un moment clé de la Révolution : Thermidor.

30 Juillet 2015 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #politique -élections

Le 9 thermidor an II (27 juilet 1794), c'est l'élimination et la mort des chefs de la Montagne parmi lesquels l'Arrageois Maximilien Robespierre et le Fréventin Philippe Lebas.

A Auxi-la-Réunion (nom que porte notre commune depuis le début de 1793 suite à la fin de l'épisode de la séparation en deux municipalités qui a duré d'octobre 1791 à février 1793), cet événement ne suscite apparemment pas de mouvement particulier. On s'occupe beaucoup, en cette période, du recensement des chevaux et de l'alimentation de la salpétrière en bois car la guerre continue de faire rage sur la frontière nord quoique la victoire de Fleurus, en Belgique, le 8 messidor an II (26 juin 1794) ait contribué à détendre la situation. Probablement s'affaire-t-on aussi à la moisson car il faut approvisionner le front et les civils et l'agriculture manque de bras, beaucoup de jeunes étant à l'armée : le 22 thermidor an II ( 9 août 1794), des citoyens cultivateurs se plaignent du manque de main-d'oeuvre.

Ceux qui ont contribué à la chute de Robespierre et que l'on appelle les Thermidoriens se montrent "libéraux" tant en politique qu'en économie. A Auxi, les détenus arrêtés en l'an II sont libérés de l'été 1794 à l'hiver 1794-1795. Parallèlement, les membres du Comité de Surveillance sont pris à partie tant par la municipalité que par la Société Populaire. Le Comité est dissout en fructidor an II (début septembre 1794).

Mais l'attaque en règle contre "les anciens terroristes, amis de Joseph Lebon" a lieu au cours de la séance du Conseil Général (conseil municipal) du 25 floréal an III (14 mai 1795). On sait qu'à Paris, le 12 germinal an II (1er avril 1795), les sans-culottes (révolutionnaires radicaux) ont envahi la Convention en réclamant du pain et la démocratie c'est-à-dire  la Constitution montagnarde de l'an I. Ces événements où la Convention a finalement le dessus peuvent expliquer l'offensive locale contre ceux qui, en l'an II, se sont compromis avec les robespierristes.

Le 23 germinal an III (12 avril 1795), la municipalité est réorganisée par le représentant (député) en mission Florent-Guyot: Léon Boistel redevient maire.

Sur-le-champ, Jean Treuet, commandant de la garde nationale, accusé d'avoir éprouvé un "plaisir secret" en opérant les arrestations de l'an II, est désarmé.

Le 7 prairial an III (26 mai 1795), les derniers "terroristes" que Florent-Guyot avait gardés dans la municipalité (par exemple Ferdinand Quillet) sont désarmés et remplacés par un "revenant", Sulpice Duboille, un inconnu, Bocquillon, un jeune qui occupera diverses fonctions par la suite, Baillencourt dit Courcol.

Il n'y a aucune épuration brutale, cependant, et aucun des éliminés du printemps 1795 n'est définitivement mis hors du jeu politique.      

 

 Régis Renoncourt                                       

Lire la suite

Les cordonniers auxilois au recensement de 1911.

29 Juillet 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #commerce - artisanat - industrie

Suite de la rue d'Amiens:

Jules Jumel, né le 13 mai 1858 (53 ans) à Auxi, est cordonnier chez Higuet.

Son épouse, Marie Dufétel, est née le 7 décembre 1861 (50 ans) à Auxi.

Jules, né le 10 janvier 1891 (20 ansà à Auxi est maçon dans l'entreprise Elie Dubos.

Berthe, née le 16 septembre 1894 (17 ans) à Auxi, est couturière chez le tailleur Triboulet.

Joseph, né le 17 avril 1896 (15 ans) à Auxi est manouvrier chez Jules Carton. Il sera tué à la guerre 14-18.

 

Joseph Cordier, né le 13 avril 1888 (23 ans) à Auxi, est cordonnier chez Hayden.

Sa soeur Maria, née le 18 septembre 1890 (21 ans) à à Auxi est apprêteuse en chaussures chez Hayden.

Son père Joseph, né le 19 février 1850 (61 ans) à Auxi est manouvrier chez différents employeurs.

Sa mère, Julie Fourdrinier, est née le 3 octobre 1850 (61 ans) à Auxi.

Son frère Marcel est né le 1er juillet 1898 (13 ans) à Auxi.

Lucien Pintaparis, né le 5 mars 1891 (20 ans), de l'assistance publique, est manoeuvre dans l'entreprise Elie Dubos.

Charles Vazet, né le 7 novembre 1899 (12 ans) est aussi de l'assistance publique ainsi que Lucien Lanvin, né le 1er juillet 1900 (11 ans).

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série M des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

 

Lire la suite

Les cordonniers auxilois au recensement de 1911.

28 Juillet 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #commerce - artisanat - industrie

Suite de la rue d'Amiens.

Henri Ternisien, né le 4 novembre 1868 (43 ans) à Auxi, est cordonnier pour la maison Rollerot de Paris.

Son épouse, Jeanne Anselin, née le 10 avril 1865 (46 ans) à Auxi, est modiste à son compte.

Sa belle-mère, Hortense Brasseur, veuve Anselin, est née le 9 mars 1824 (87 ans) à Auxi.

 

Géry Foubet, né le 12 février 1876 (35 ans) à Auxi, est cordonnier chez Lesieur.

Son épouse, Eugénie Canteleux, née le 13 juin 1877 (34 ans) à Auxi, est charcutière.

Suzanne est née le 17 juin 1902 (9 ans) à Auxi.

Emile Ducrocq, beau-frère, né le 23 février 1892 (19 ans) à Auxi, est cordonnier chez Lesieur.

Victoria Canteleux, épouse Ducrocq, est née le 10 janvier 1885 (26 ans) à Auxi.

Emile Ducrocq est né le 3 février 1907 (4 ans) à Auxi.

 

Jules Longuet, né le 2 mars 1849 (62 ans) à Auxi est cordonnier à son compte.

Son épouse, Henriette Ducrocq, est née le 1er mai 1836 (75 ans) à Auxi.

 

Jules Leurin, né le 13 mai 1842 (69 ans) à Auxi, est cordonnier chez Zéphirin Bartoux.

Son épouse, Louise Delgove, est née le 6 mars 1841 (70 ans) à Auxi.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série M des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Les cordonniers auxilois au recensement de 1911.

27 Juillet 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #commerce - artisanat - industrie

La rue d'Amiens, actuelle rue du général Leclerc, est une autre artère importante de la vile. Elle compte 68 familles dont 27 familles de cordonniers.

Elie Pernes, né le 27 juin 1867 (44 ans) à Auxi est cordonnier chez Laurent.

Son épouse, Marie Dufétel, est née en 1867 (44 ans) à Auxi.

Louise, née le 27 juin 1890 (21 ans) à Auxi, est lingère à l'ouvroir.

Paul, né le 2février 1892 (19 ans) à Auxi est apprenti cordonnier chez Laurent.

Joseph, né le 4 janvier 1895 (16 ans) est apprenti cordonnier chez Rivière.

Germaine est née le 9 avril 1898 (13 ans) à Auxi.

Lucien est né le 11 septembre 1900 (11 ans) à Auxi.

 

Joseph Secret, né le 17 mai 1883 (23 ans) à Auxi est cordonnier chez Fortin.

Son père, Alexandre, né le 23 septembre 1837 (74 ans) à Dompierre est charpentier chez Wintenberger.

Son frère Robert, né le 3 juillet 1892 (19 ans) est menuisier chez Sinot-Beaumont à Béalcourt.

 

Henri Joly, né le 18 décembre 1867 (44 ans) à Auxi, est cordonnier chez Lesieur.

Son épouse, Marthe Secret, est née le 10 janvier 1872 (39 ans) à Auxi.

Jeanne, née le 15 août 1893 (18 ans) à Auxi, est lingère à l'ouvroir.

Henri est né le 27 avril 1904 (7 ans) à Auxi.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série M des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Les cordonniers auxilois au recensement de 1911.

26 Juillet 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #commerce - artisanat - industrie

La rue du Fort où habitent 5 familles ne comporte aucune famille de cordonnier.

 

Dans la rue du Moulin ne vit qu'une seule famille, celle d'un cordonnier.

Alfred Paris, né le 21 juin 1877 (34 ans) à Auxi est cordonnier chez Rivière.

Son épouse, Eugénie Cayeux, est née le 9 novembre 1882 (29 ans) à Auxi.

Alfred est né le 9 décembre 1902 (9 ans) à Auxi.

Hinet Georges, né le 1er avril 1889 (22 ans) à Paris, cordonnier chez Hayden, habite également dans ce foyer.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série M des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Les cordonniers auxilois au recensement de 1911.

25 Juillet 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #commerce - artisanat - industrie

Suite de la rue des Varennes:

Jules Devienne, né le 19 février 1875 (36 ans) à Auxi est cordonnier chez Laurent.

Son épouse, Louise Bacon, est née le 27 décembre 1879 (32 ans) à Auxi.

Jules est né le 11 février 1900 (11 ans) à Auxi.

Louis est né le 23 janvier 1902 (9 ans) à Auxi.

Jeanne est née le 2 août 1904 (7 ans) à Auxi.

Suzanne est née le 12 avril 1909 (2 ans) à Auxi .

Jean Pécastings, enfant de l'assistance publique, est né le 14 mars 1905 (6 ans) à Paris.

 

Pauline Hermant, née le 25 février 1892 (19 ans) à Auxi, est piqueuse en chaussures chez Hayden.

Elle vit chez sa mère Félicia Citerne, veuve Hermant, née le 16 novembre 1859 (58 ans) à Maizicourt, matelassière à son compte.

 

Fernand Cousin, né le 27 décembre 1880 (31 ans) à Auxi est cordonnier chez Hayden.

Son épouse, Louise Marcotte, est née le 18 février 1880 (31 ans) à Auxi.

Paul est né le 19 juillet 1902 (10 ans) à Auxi.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série M des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

1858-1864 : Le calendrier des travaux de reconstruction de l'hôtel de ville

24 Juillet 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #patrimoine communal

 
Au cours des journées du patrimoine, il est généralement possible de visiter l'hôtel de ville d'Auxi et, en particulier la Salle d'Honneur, "relookée" au début des années 2000 dans le respect de sa structure d'origine, .
Avec le recul historique, nous disons que l'actuel hôtel de ville d'Auxi a été construit en 1860.
En réalité, cela a pris plusieurs années comme l'atteste le calendrier des déplacements d'Arras à Auxi de l'architecte départemental Epellet, chargé de la direction des travaux. Nous sommes dans les années 1860, sous le Second Empire, il n'y a pas de voie ferrée (la gare d'Auxi sera inaugurée en 1879) et, bien sûr pas de voitures automobiles. La seule traction est hippomobile.
Un premier mémoire présenté le 15 janvier 1861 couvre la période du 24 mai 1858 au 5 juillet 1860 (12 voyages à 40 francs soit 480 francs):
  •  24 et 25 mai 1858: présentation d'un premier avant-projet                            deux jours
  •  12 et 13 juin 1858: présentation d'un deuxième avant-projet                         deux jours
  •  10 janvier 1859: présentation du projet définitif                                          deux jours
  •  10 avril 1859 : conférence à Frévent avec le maire d'Auxi              pour mémoire (note: Epellet  a de la famille à Frévent et il est parent avec le maire d'Auxi de l'époque, Gustave Deslaviers)
  •  20 juillet 1859: adjudication des travaux                                                   deux jours
  • 19 septembre 1859 : établissement de l'édifice et plantation des piquets      deux jours
  • 18 octobre 1859 : vérification de l'établissement des fondations                    deux jours
  • 17 janvier 1860 : conférence avec monsieur le maire                                     deux jours
  • 13 mars 1860 : visite et reprise des travaux                                                 deux jours
  • 16 avril 1860 : visite des travaux par mon adjoint                                            trois jours
  • 30 avril 1860 :visite des travaux et pose de la première pierre                        trois jours
  • 24 mai 1860 : visite des travaux                                                                 deux jours
  • 5 juillet 1860 visite des travaux par mon adjoint                                                 un jour
Un second mémoire est présenté le 10 mai 1864 pour la période du 20 juilet 1860 au 5 mai 1864 (18 voyages à 40 francs soit 720 francs):
  •  20 juillet 1860 : visite des travaux                                                          deux jours
  •  20 août 1860 : visite des travaux                                                          deux jours
  •  5 octobre 1860 : visite des travaux                                                         deux jours
  •  7 novembre 1860 : visite des travaux                                                     deux jours
  •  19 et 20 mars 1861 : visite des travaux                                                 deux jours
  •  1er et 2 mai 1861 : visite des travaux                                                    deux jours
  •  28 et 29 mai 1861 : visite des travaux                                                  deux jours
  •  22 août 1861 : visite des travaux                                                       deux jours
  •  12 au 14 octobre 1861 : visite des travaux                                     trois jours
  • 22 et 23 novembre 1861 : visite des travaux                                         deux jours
  • 25 et 26 janvier 1862 : visite des travaux                                              deux jours
  • 17 au 19 avril 1862 : visite des travaux                                                trois jours
  • 2 au 4 juillet 1862 : visite des travaux                                                trois jours
  • 7 et 8 août 1862 : visite des travaux                                                 deux jours
  • 11 et 12 août 1862 : visite des travaux                                              deux jours
  • 11 et 12 avril 1863 : réception provisoire                                           trois jours
  • 14 au 17 septembre 1863 : vérification du plan des métrage                        trois jours
  • 5 et 6 mai 1864: réception définitive                                                      deux jours.  
Six années, donc, de déplacements qui jalonnent l'avancement des travaux.
Notons qu'en ce qui concerne les frais, il ne s'agit pas ici des honoraires de l'architecte départemental mais simplement du remboursement de ses frais de voyages. 
Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.           
 
  •      Régis Renoncourt  .
Lire la suite

Un contrat de mariage à Auxi en 1721.

23 Juillet 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #la vie quotidienne autrefois

Le 26 janvier 1721 est signé le contrat de mariage entre Louis Foubet et Angélique Tellier.

Louis Foubet est le fils cadet de Louis Foubet et Isabelle Lefebvre mariés avant 1689 et tous deux décédés en 1721. Il est tisserand comme beaucoup d'habitants de Lannoy à l'époque. Il est "assisté" de son frère aîné Michel Foubet qui habite également Lannoy.

Il apporte en "partement de mariage" 180 livres (la monnaie de l'époque) que sa défunte mère lui a laissé en dépôt chez Jean-François Lagade marchand à Auxi. Cela constitue un peu plus d'une demi-année de salaire d'un ouvrier.

Angélique Tellier est la fille aînée et encore mineure de Antoine Tellier journalier (ouvrier agricole) à Lannoy et Angélique Minart qui se sont mariés en 1696. 

Elle reçoit de ses parents une maison sise rue Bordeloise en "avancement d'hoirie", c'est-à-dire que l'on tiendra compte de cet apport au moment du décès des parents pour le partage entre les héritiers. Les parents gardent la jouissance de cette maison.

Elle reçoit aussi une vache et dix quartiers (un quartier est le quart d'une mesure de 4 192 m2; cela représente donc 1 ha 04 a) semés en chanvre et en lin. Ils paieront également deux ans de labours et les semences du manoir (terrain) où ils demeurent rue Bordeloise sans que la superficie soit précisée.

 

Il s'agit ici d'un tout "petit" contrat de mariage avec peu de "partement" mais ce contrat devait refléter une situation très courante à Auxi, surtout si l'on tient compte que la plupart des mariés ne passaient tout simplement pas  de contrat de mariage.

 

Note: le couple Louis Foubet x Angélique Tellier est "l'ancêtre" de Joseph, Jules et Robert Bacon, de Louis et Jules Devienne ainsi que du couple René Rimbault x Suzanne Devienne . Il est aussi, bien entendu, "l'ancêtre" de très nombreux couples auxilois aux XVIIIème, XIXème et XXème siècles.

 

En 1721, 6 ans après la mort de Louis XIV, le " Roi Soleil", nous sommes sous la Régence de Philippe d'Orléans qui exerce cette Régence en attendant la majorité de Louis XV.  

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.  

  •  

    Régis Renoncourt.
Lire la suite

Les cordonniers auxilois au recensement de 1911.

22 Juillet 2015 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #commerce - artisanat - industrie

Suite de la rue des Varennes :

Isidore Coint, né le 10 mai 1858 (53 ans) à Auxi, est cordonnier chez Dufétel-Douvry.

Son fils Joseph, né le 26 février 1888 (23 ans) à Auxi est cordonnier chez Hayden.

Sa fille Lucienne est née le 26 avril 1890 (21 ans) à Auxi.

Marthe est née le 3 août 1896 (15 ans) à Auxi.

Sa petite-fille Madeleine est née le 15 octobre 1908 (3 ans) à Auxi.

 

Marcel Foubet, né le 6 juin 1898 (13 ans) à Auxi est apprenti cordonnier .

Son père, Louis Foubet, né le 29 mars 1875 (36 ans) à Auxi est chaudronnier chez Belval-Berthe.

Sa mère, Berthe Dubos, est née le 25 décembre 1867 (44 ans) à Auxi.

Robert est né le 11 mai 1900 (11 ans) à Auxi.

Louis est né le 24 septembre 1902 (9 ans) à Auxi.

Maria Trouillé, enfant de l'assistance publique, est née le 16 février 1909 (2 ans) à Paris.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série M des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Lire la suite
1 2 3 > >>