Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Gendarmerie, 1848.

30 Novembre 2014 , Rédigé par régis renoncourt

En 1848, Auxi, contrairement à Frévent, n'a pas de brigade de gendarmerie et elle en réclame une régulièrement.

Au cours de la séance du 31 mai 1848, "un membre demande une brigade de gendarmerie et que le voeu soit appuyé par le conseil d'arrondissement (les conseillers d'arrondissement sont élus pour 6 ans à raison de un ou deux par canton, selon la population de celui-ci, et siègent au chef-liu d'arrondissement, en l'occurrence Saint-Pol; cette assemblée n'a qu'un rôle consultatif qui consiste à émettre des voeux qui seront ensuite examinés par le conseil général; les conseils d'arrondissement sont supprimés après la seconde guerre mondiale).

Ce membre rappelle que des faits coupables dont un incendie ont eu lieu récemment.

Le conseil municipal se dit prêt à assumer les frais de casernement pendant deux ans. Ensuite, le conseil général pourrait assumer la dépense et une caserne pourrait être construite aux frais de la commune ou du département.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Les bals, 1914.

29 Novembre 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #fêtes - loisirs et sports

1914, bien sûr, tout le monde sait aujourd'hui ce que cette date signifie mais en début d'année, malgré les bruits de bottes, nul ne peut pressentir que quelques mois plus tard commencera l'une des plus sanglantes guerres de l'Histoire.

La preuve, c'est qu'à Auxi on donne beaucoup de bals. Trop, même, au gré de trois entrepreneurs de bals publics qui se plaignent, comme le rapporte le compte-rendu de la réunion du conseil municipal du 10 février 1914, "du préjudice qui leur est causé par la fréquence des bals donnés dans la salle municipale des fêtes".

Le conseil municipal est d'avis que le prix de 10 francs demandé pour la location est trop peu élevé et qu'il y a lieu de fixer un tarif minimum et de limiter le nombre de bals qui pourront être donnés chaque année par des particuliers.

Le prix de location est donc doublé.

Autres temps, autres moeurs! Nul ne pourrait se plaindre aujourd'hui de la surabondance de bals ou de réjouissances publiques de même ordre!

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Eclairage public, 1912.

28 Novembre 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #voirie et moyens de communication

Au cours de la séance du conseil municipal du 12 février 1912, le Maire d'Auxi, Gustave Maincourt, donne lecture d'une pétition par laquelle quelques habitants des rues de Wavans (actuelle rue du général de Gaulle) et du Pont-Neuf se plaignent de l'insuffisance de l'éclairage de cette dernière voie très fréquentée à cause de son accès direct avec la rue de la gare et sollicitent l'installation d'un nouveau bec de gaz.

Le Maire fait remarquer que d'autres voies plus fréquentées encore ne sont pas mieux favorisées au point de vue de l'éclairage.

M. Duriez fait ressortir qu'il serait préférable de remplacer les becs existants par des becs Auer au lieu d'installer de nouvelles lanternes. Il ajoute que cette modification aurait pour résultat tant de doubler l'intensité de l'éclairage actuel que de produire une économie dans la consommation du gaz (onn est passé de l'éclairage au pétrole à l'éclairage au gaz en 1871).

Laquelle économie permettrait peut-être au Directeur de l'usine à gaz de remplacer à ses frais les becs existant actuellement par des becs Auer.

La question est renvoyée à une commission municipale compétente.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Notaire, 1911.

27 Novembre 2014 , Rédigé par régis renoncourt

Dans sa séance du 13 novembre 1911, le conseil municipal d'Auxi, suite au décès du notaire Mériaux, se prononce, à l'unanimité, pour le maintien de l'étude notariale.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Eclairage public, 1854.

26 Novembre 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #patrimoine communal

En 1854, l'éclairage public, à Auxi, existe depuis une trentaine d'années. Il est géré par un particulier selon le système de l'adjudication publique.

Au cours de la séance du 22 février 1854, on évoque le cas de Jules Riquier qui a obtenu l'adjudication de l'éclairage.

Vu la "cherté de l'huile", il demande l'exonération de sa patente ce qui est accordé par le conseil municipal si l'administration supérieure (entendez le Préfet) l'y autorise.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Courrier, 1912.

25 Novembre 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #la vie quotidienne autrefois

Dans sa réunion du 16 janvier 1912, le conseil municipal d'Auxi, dans l'intérêt du personnel du bureau de poste d'Auxi-le-Château donne, à l'unanimité, un avis favorable à la suppression du courrier de midi le dimanche et les jours fériés.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

 

Lire la suite

Garde-champêtres, 1891.

24 Novembre 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #patrimoine communal

A la fin du XIXème siècle, il y a , à Auxi, deux voire trois garde-champêtres. Il est vrai que le territoire cultivé ou boisé est très étendu.

Au cours de sa séance du 11 février 1891, le conseil municipal décide, par 8 voix contre 5, d'acheter une tenue de "parade" pour ces gardes-champêtres.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Rues d'Auxi, 1890.

23 Novembre 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #voirie et moyens de communication

Au cours de la séance du conseil municipal du 8 août 1890, un conseiller municipal, Decroix, prie le maire de rappeler aux habitants la défense de jeter des animaux morts sur la voie publique.

Un autre conseiller municipal, Sauvage, rappelle la défense de laisser divaguer des oies et des canards dans les rues.

Il n'y avait certes pas d'automobiles à l'époque. Mais cela pouvait gêner la circmation des engins hippomobiles agricoles ou autres.

D'un autre côté, ce devait être beaucoup plus pittoresque, pittoresque que l'on ne retrouve plus aujourd'hui que lors de fêtes "folkloriques" qui se font d'ailleurs de plus en plus rares (on songe à la fête "gothique" de 1976 qu'un article de ce blog a déjà évoquée).

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Un partage chez un entrepeneur auxilois en 1863.

22 Novembre 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #la vie quotidienne autrefois

Le 21 mars 1863, Jardinier Vandôme, entrepreneur à Auxi, veuf de Louise Petit, fait le partage anticipé de ses biens entre ses deux enfants:

  • Alexandrine  Vandôme, épouse de Joseph Bouvier, vétérinaire et brasseur.
  • Constant Vandôme représenté par sa grand-mère du côté maternel Augustine Saint-Aubin, veuve Petit.

Le total des biens s'élève à 12 000 francs plus le "chantier" de la rue Quincampoix (il s'agit de l'actuelle rue du cimetière) évalué lui aussi à 12 000 francs.

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Collège d'Auxi, 1885.

21 Novembre 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #écoles

Voici un extrait du registre d'appel de l'école secondaire de garçons pour le mois de juin 1885 qui rappelle tout d'abord les articles 10 et 11 de la loi du 8 mars 1882.

Article 10 : les directeurs et directrices doivent tenir un registre d'appel qui constate, pour chaque classe, l'absence des élèves inscrits. A la fin de chaque mois, ils adresseront au Maire et à l'Inspecteur Primaire un extrait de ce registre, avec l'indication du nombre des absences et des motifs invoqués.

Article 11 : Tout directeur d'école privée qui ne se sera pas conformé aux prescriptions de l'article précédent sera, sur le rapport de la Commission scolaire et de l'Inspecteur Primaire, déféré au Conseil départemental. Le Conseil départemental pourra prononcer les peines suivantes 1° l'avertissement; 2) le censure; 3) la suspension pour un mois au plus, et, en cas de récidive, dans l'année scolaire, pour trois mois au plus".

Voici donc la liste des élèves qui, pendant le mois de juin 1885, ont manqué au moins quatre fois une demi-journée; tous sont d'Auxi et le motif invoqué est toujours "l'indisposition".

Plouvier Henri  31

Degryse Alfred  5

Degryse Emile  5

Du Bellay Raoul  7

Delos Alphonse  5

Dingeon Raymond  7

Ternisien Maurice  4

Roger Paul  37.

 

On reconnaît ici quelques noms connus à l'époque: le propriétaire Du Bellay, les bouchers Degryse et Delos; le peintre Dingeon.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Lire la suite
1 2 3 4 > >>