Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Auxiloise, 1995.

31 Mai 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #fêtes - loisirs et sports

Le numéro du 25 août 1995 de "l'Abeille de la Ternoise" consacre une pleine page à "l'Auxiloise", le club emblématique de notre commune, sous le titre "du sang neuf à l'Auxiloise", article signé J.L. Rue.

"Un nouvel entraîneur, un nouveau président, des nouveaux joueurs, un vent de changement souffle sur l'Auxiloise qui, nous le savons, fit vibrer les foules la saison dernière lorsque, pour la première fois de son histoire, elle atteignait le 8ème tour de la Coupe de France.

A l'instar de tous les autres clubs, l'Auxiloise prépare le démarrage de cette nouvelle saison avec, en premier lieu, un match contre l'équipe réserve de Friville-Escarbotin, pour le compte de cette Coupe.

"Même si nous avons l'avantage du terrain, nous n'ignorons pas la qualité de cette équipe qui a de surcroît l'avantage de s'entraîner avec la nationale" souligne le jeune président Bertrand Hédin.

Ce dernier dispose désormais de ce poste après la non réélection de M. Gardin qui garde toutefois un regard vigilant suer le club.

Homme influent (membre du comité directeur et du district Ponthieu) M. Gardin se vit récompensé de la médaille de la jeunesse et es sports pour 25 années de bons et loyaux services envers le football.

Cependant, force est d'admettre le droit aux jeunes de prendre les rênes, voilà qui est fait."

Une photo des footballeurs à l'entraînement accompagne cet article. Cette photo est aux archives du cercle historique.

 

A suivre...

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Transfert de dettes, 1713.

31 Mai 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #la vie quotidienne autrefois

Sous l'Ancien Régime, tout accident de la vie est lourd de conséquence et l'on est amené souvent à s'endetter.

Le 16 mai 1713, la famille de Willencourt passe chez le notaire. Louise Hunet, veuve de Sébastien de Willencourt, est accompagnée de ses trois filles Isabelle de Willencourt, veuve de Pierre Cailly, Marie-Madeleine et Marie-Louise de Willencourt, toutes deux célibataires, les trois filles et la mère demeurant ensemble.

La veuve et ses deux filles célibataires ont, envers Isabelle de wIllencourt, une dette de 430 livres, soit 280 livres en argent prêté et 150 livres par accord devant notaire du 14 janvier 1713.

Sans doute pressée par Isabelle, elles lui cèdent pour 385 livres 8 sols d'"obligations" c'est-à-dire de créances qu'elles ont envers deux particuliers.

  • Charles Legris, de Boffles, pour une somme de 192 livres, tant en grains qu'en argent, prêtée en trois fois, le 1er février 1702, le 10 juin 1702 et le 27 juillet 1711.
  • Pierre Leclercq, de Wavans, pour une somme de 193 livres 8 sols, prêtée le 5 décembre 1712.

Il est à noter que ces deux sommes ont été prêtées par le couple alors que Sébastien de Willencourt vivait encore.

Le 2 décembre 1715, Isabelle de Willencourt reconnaît avoir reçu la somme de 385 livres 8 sols sous forme d'obligations.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt

Docteur de l'Université.

Lire la suite

Les 75 ans d'Aubecq en 1995.

31 Mai 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #commerce - artisanat - industrie

Le numéro du 5 mai 1995 de "l'Abeille de la Ternoise" consacre, sous le titre "Noces d'émail pour l'usine Aubecq, des perspectives d'embauche à Auxi-le-Château" et sous la signature de Pascal Guillemet, une pleine page à cet événement, page que nous allons reproduire au fil de la prochaine semaine car nous savons que tout ce qui touche Aubecq touche Auxi.

"Les émailleries Aubecq ont soufflé leurs 75 bougies sur le gâteau d'anniversaire en présence de M. Aubecq qui a été élevé "citoyen d'honneur de la cité" par M. Déalle-Facquez, maire d'Auxi-le-Château.

Un maire qui se félicitera certainement d'apprendre qu'une centaine d'emplois pourrait être créés dans les quatre années à venir avec la fabrication d'une poulie révolutionnaire.

L'histoire de la Société Aubecq a voulu que le même jour de la cérémonie marquant le 75ème anniversaire des Emailleries Aubecq à Auxi-le-Château, se déroule sur trois véhicules des tests d'une nouvelle poulie révolutionnaire dans un centre de recherches automobile français.

Une poulie amortisseur de vibration qui devrait révolutionner le maché de l'automobile.

Après 18 à 24 mois de recherches, 15 à 20 millions de francs d'investissement, une nouvelle page de l'histoire de la Société Aubecq pourrait se tourner à la fin de l'année 95 ou au début de l'année 96.

M. Guy Guével, directeur général, annonce prudemment la création d'une centaine d'emplois dans les trois à quatre ans à venir."

 

Une photo de M. Aubecq accompagne cet article; cette photo est aux archives du cercle historique.

 

A suivre...

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du Cercle historique.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Un marché d'avesties de lin en 1713 .

30 Mai 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #la vie quotidienne autrefois

Le 7 septembre 1713, Pierre Ballavoine, fermier à Lannoy,

vend

à deux frères, François et Jacques Toulouse, de Hiermont,

l'avesties de deux journaux et demi de lin qu'ils ont dépouillé (moissonné) sur le terroir d'Auxi Ponthieu, tenant au bois de Lannoy et au chemin d'Auxi à Acquet ( ce chemin est le seul qui mène à Crécy, à l'époque; la route actuelle par la vallée de Misère a été construite vers le milieu du 19ème siècle).

Le prix est de 120 livres payables au 1er février 1714.

En outre, Ballavoine doit voiturer le lin chez les frères Toulouse. Ceux-ci "ménageront" le lin comme il leur conviendra sans payer de taxe.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Un marché d'avesties de lin en 1713 .
Lire la suite

Label à "l'Auxiloise", 2007.

30 Mai 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #fêtes - loisirs et sports

Sous le titre "football à l'Auxiloise: remise de label régional", "l'Abeille de la Ternoise" du 11 octobre 2007 nous apprend que le club de football a été récompensé après plusieurs années d'un dur et permanent travail à la salle des sports.

Le club a en efftet obtenu le précieux label régional d'école de foot.

Messieurs Dejonghe, maire de la commune, Hostyn, président de la communauté de communes, Gardin, président d'honneur et Glavieux, pésident du district de la Somme, ont fait le déplacement pour cet événement majeur dans la vie de ce club.

Conséquence heureuse de la bonne santé de ce dernier, de nombreux(ses) joueurs(euses) ont intéré le club.

Gérard Gacquière, président de l'Auxiloise, tient à remercier vivement l'ensemble des bénévoles oeuvrant au sein du club et les incite à doubler les efforts pour une future récolte du label national.

 

Sur la photo qui accompagne l'article, on reconnaît aisément Armand Gardin, Gérard Gacquière, Henri Dejonghe.

Cette photo est aux archives du cercle historique.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Une vente de bois en 1706.

30 Mai 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #la vie quotidienne autrefois

Nicolas Petit a acheté, lors d'une adjudication, des bois pour une somme de 166 livres 17 sols, frais compris.

Nicolas Patte l'aîné et Marie Ponthieu, son épouse, lui ont servi de caution.

Or, Nicolas Petit est décédé avant d'effectuer le paiement auprès du receveur Maximilien François Legrand.

Celui-ci se retourne donc vers les cautions et, pour éviter un procès, le couple accepte, le 19 octobre 1706, de payer chaque année à la Toussaint 30 livres.

S'ils n'effectuent pas ce paiement, ils pourront être saisis.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Une vente de bois en 1706.
Lire la suite

COM de COM de l'Auxilois, 2007.

29 Mai 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #politique -élections

Dans la rubrique "Auxi et son canton ", le numéro du 1er février 2007 de "l'Abeille de la Ternoise", sous le titre "communauté de communes de l'Auxilois, le centre de secours: une priorité", fait le compte-rendu de la dernière réunion de cette instance.

  • lundi dernier, la communauté de communes de l'Auxilois se réunissait sous la présidence d'Yves Hostyn.
  • De mauvaises nouvelles, des actions qui stagnent mais aussi un bouquet de projets qui verra le jour.

Yves Hostyn accueillit les représentants par une réitération de bons voeux pour 2007.

Puis madame Riss, maire de Beauvoir, amorça la séance par une mauvaise nouvelle avec l'annonce d'une baisse de 60% des fonds européens concernant le PLIE.

En effet, la subvention se montera à 92 500 euros au lieu de 240 ooo euros pour son fonctionnement.

Une action sera intentée. Le financement actuel est de un euro par habitant au niveau des 5 communautés de communes. Un budget prévisionnel sera présenté lors d'une réunion de positionnement du pays du Ternois.

D'autre part, Michel Bézu, représentant du syndicat mixte, mettra l'accent, cette année, sur l'animation. Visites dans les écoles, expositions, visites de déchetterie.

A contrario, 9 emplois "aidés", prévus au niveau du Ternois en collaboration avec le PLIE, seront peut-être sur la tangente, vu la baisse des aides.

La construction du centre est toujours d'actualité. Le projet de la ZAL est à déposer auprès de la DDR pour le 1er mars (date butoir) et cette implantation serait la 1ère du lot.

Elle se situerait au niveau de la patte d'oie, direction Crécy, sur un terrain de 5 000 m2, un site propice au raisonnement sur la rapidité de sortie avec de nombreux avantages à la clé émanant de la réorganisation avec la Somme.

Quelques principes fondamentaux, dûs à l'attente, sont mis en avant: redistribution des professionnels (Frévent-Auxi), projet de fusion (Auxi-Frévent), problèmes de délais opérationnels, sans oublier le budget.

Une réalisation qui nécessitera des investissements conséquents mais qui reste une priorité."

Il aurait été intéressant pour le commun des mortels de rappeler ce qu'était le PLIE. Si nous avons, parmi nos visiteurs, des élus locaux, peut-être pourrait-ils nous éclairer sur la signification de ce sigle?

La photo qui accompagne l' article représente Yves Hostyn. Cette photo est aux archives du cercle historique.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt.

Lire la suite

Un accord de partage en 1706.

29 Mai 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #la vie quotidienne autrefois

François Retourné et Marie Retourné sont frère et soeur

et tous deux enfants des défunts Antoine Retourné, marchand, et Jacqueline Halloy.

Ils passent un accord le 30 octobre 1706:

Marie aura la maison rue des Courtieux (actuelle rue Wallart).

Elle renonce à ses droits sur un enclos situé dans la rue allant à Noeux (il s'agit sans doute de l'actuelle petite rue de Noeux).

Elle renonce également aux sommes prévues par le testament de son père, sans que ces sommes soient précisées.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Un accord de partage en 1706.
Lire la suite

L'A.G. de la pétanque en 2007.

28 Mai 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #fêtes - loisirs et sports

La pétanque auxiloise a 54 licenciés en 2007.

C'est ce que nous apprend "l'Abeille de la Ternoise" du 15 novembre 2007 qui relate la tenue de l'assemblée générale de cette association:

"Gérard Pintaparis, président du club de pétanque d'Auxi, a organisé vendredi soir l'assemblée générale dans une salle de la mairie où s'est retrouvé le comité paritaire.

Monsieur le maire, Henri Dejonghe, ainsi que monsieur Roland Delalain adjoint aux sports, ont fait le déplacement et constaté la bonne santé du club.

En effet, 54 licenciés et 11 cartés (licence loisir) composent l'effectif de ce club où règnent la bonne humeur ainsi qu'une constante convivialité.

Le bilan financier est équilibré et s'autorise le refus de subvention municipale préférant laisser ces fonds aux clubs plus nécessiteux.

La municipalité a, en contrepartie, offert trois superbes trophées qui seront, dans les concours futurs, mis en jeu.

Le club se félicite également de sa bonne représentation aux divers championnats et concours."

 

Sur la photo qui accompagne l'article, on reconnaît, côte à côte, Henri Dejonghe et Gérard Pintaparis.

Le cercle historique a cette photo en archive.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt.

 

 

Lire la suite

Le prix du chanvre et du lin en 1707 .

28 Mai 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #la vie quotidienne autrefois

Antoine Roussel, journalier, et son épouse, Marie Trogneux,

vendent

à Pierre Leroy, journalier, et à son épouse, Marie Portiaut,

les avesties de chanvre et de lin

croissant sur trois pièces de terre de un journal et demi, un journal et un quartier, à Auxi Ponthieu

pour le prix de 126 livres en deux paiements à la Toussaint et à Pâques 1707 et 1708.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Le prix du chanvre et du lin en 1707 .
Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>