Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

les chinois morts pour la France

28 Février 2014 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #guerre 14-18

 

En plein coeur de la guerre, en1916, dans le but d'assurer l'entretien des routes et des pistes menant au front, des milliers de travailleurs chinois ont été recrutés par les gouvernements français et anglais, dans le but d'aider les soldats. Ils ont été "accueillis" dans un camp a Noyelles sur Mer. Après un voyage interminable sur de vieux cargos, ils débarquent en France. Vétus de leurs vétements traditionnels, ils suscitent d'abord la curiosité des habitants locaux , puis l'hostilité. Victimes d'une discipline draconienne,  de mauvais traitements, d'une nourriture inappropriée, malgré le travail de forçats qui était leur lot quotidien, ils étaient vulnérables, et beaucoup sont morts de maladie, notamment de la grippe espagnole. Dans la nuit du 23 mai 1918, un dépot de munitions situé dans une localité voisine, a sauté, provocant une panique dans le camp. De nombreux chinois, arrachant les barbelés se sont enfuis dans la nature. Nombre d'entr'eux ont été retrouvés mourants ou morts. Aujourd'hui, 850 sont inhumés dans la plus grande nécropole chinoise de France, située à Nolette, petit hameau de Noyelles sur Mer  Dans cet espace au gazon bien entretenu, en plein champ, sont figés à jamais, la souffrance, et la misère de ces malheureux coolies, qui avaient tiré le mauvais numéro à la loterie de la vie.                R.Thibaut 

Lire la suite

Un aspect des difficulté financières du père du général Déplanques.

28 Février 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #la vie quotidienne autrefois

abeille

 

Faut-il rappeler que le général Déplanques (1820-1889) dont une rue d'Auxi porte le nom était un officier supérieur appartenant à une vieille famille auxiloise qui exerçait le métier de brasseur depuis plusieurs générations.

L'arrière-grand-père du général a été procureur-syndic de l'éphémère municipalité d'Auxi-Somme (octobre 1791-février 1793) au début de la Révolution. Il était aussi propriétaire de l'auberge du Bras d'Or, l'actuel C.P.I.E. Le père du général, Louis Joseph Déplanques, était lui aussi brasseur au moment de son mariage relativement précoce avec Eléonore Flécheux, nièce de Martial Flécheux, maire d'Auxi de 1852 à 1828. Ce dernier, on l'a vu à l'occasion de plusieurs articles, a contribué à installer l'éclairage public à Auxi.

Il y a donc quelques biens dans la famille mais il semble qu'assez rapidement Louis Joseph Déplanques connaisse des difficultés financières. Il n'est bientôt plus question de son métier de brasseur. Les trois garçons du couple font des études ce qui, à l'époque, coûte cher. Louis Joseph Déplanques a la réputation d'un homme dévoué à la chose publique et même généreux. Capitaine des pompiers, il équipe à ses frais la Compagnie. Trop généreux peut-être et sans doute mauvais gestionnaire. C'est sans doute plus par intérêt que par goût qu'il accepte, dans les dernières années de sa vie, de devenir fonctionnaire municipal, rémunéré comme tel. Il est régisseur des propriétés communales et commissaire de police.

Cela ne suffit pas puisque nous voyons, au fil des actes notariés, se déliter inexorablement la fortune familiale.

En 1842, Louis Joseph Déplanques a un peu plus de 40 ans. Le 12 novembre 1842, il passe obligation à Louis Lefebvre de la Houplière d'une somme de 6 000 fr pour trois ans au taux de 5% (il s'agit donc d'un emprunt de ce montant).

Il faut bien sûr des garanties: il hypothèque donc 5 pièces de terre (l'acte sera passé au bureau compétent, à ses frais)

  • 9 ha 45 ca 
  •  1 ha 50 a 19 ca
  • 1 ha 93 a 10 ca
  • 1 ha 93 a 20 ca
  • 42 a 91 ca (cela correspond à une mesure), toutes ces terres sont situées sur le terroir d'Auxi.  

Plus grave, le même acte notarié nous apprend que Louis Joseph Déplanques a passé semblables obligations avec Lefebvre de la Houplière trois fois déjà:

  • le 26 décembre 1833 pour une somme de 6 000 fr
  • le 13 mars 1836 pour une somme de 4 000 fr
  • le 30 janvier 1839 pour une somme de 5 000 fr.

A la demande de Déplanques, Lefebvre de la Houplière consent à proroger jusqu'au 12 novembre 1845 le terme d'exigibilité de ces trois obligations à la condition expresse que les intérêts des sommes soient acquittées annuellement à partir du 12 novembre sans avoir égard aux dates fxées antérieurement

 

Pour écrire cet article, nous avons consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Le mot du président suite à l'assemblée générale du 26 février 2014.

28 Février 2014 , Rédigé par régis renoncourt

abeille

 

L'assemblée générale du Cercle Historique d'Auxi-le-Château et de ses environs a eu lieu le mercredi 26 février dernier.

Ont été présentés successivement le rapport d'activité, le rapport financier et le rapport moral.

A l'occasion du 10ème anivesaire de la mort de Claude Boitez, président fondateur de l'association, Régis Renoncourt a retracé brièvement les activités du Cercle Historique de 1987 à 2004 en soulignant l'originalité de la démarche entreprise par les fondateurs de l'association et la justesse de leur intuition. Il a rendu hommage à un homme qui a beaucoup donné au Cercle, tout en restant très  modeste. La modestie est d'ailleurs le trait marquant de la démarche historique.

Puis il a fait un bilan, tout aussi bref, des réalisations de ces dix dernières années : 9 expositions, 8 revues, et, depuis mai 2011, un blog qui compte à ce jour 2 700 articles.

Pourquoi, me direz-vous, parler ici de l'association? Tout simplement parce que, sans elle, il n'y aurait pas ce blog, votre blog. En effet, on ne visite pas régulièrement un blog sans qu'il devienne un peu le sien. On dit bien d'un journal qu'on lit régulièrement "mon journal".

Ce blog, il peut devenir un peu plus le vôtre, en y ajoutant des commentaires, par exemple. Vous pouvez aussi nous apporter des documents - écrit, objet, témoignage - qui deviendront des éléments d'articles. Enfin, vous pouvez aussi nous envoyer des articles que nous publierons avec votre accord. Comme en toutes choses, on commence souvent par ce qui semble le plus facile puis on progresse vers le plus compliqué.

Enfin, vous pouvez assister à notre prochaine réunion car le jour et l'heure sont toujours indiqués sur le blog quelque temps à l'avance.  Vous pourrez vous exprimer. Vous pourrez d'autant mieux le faire que vous n'arriverez pas "les mains  vides". Celui qui consulte régulièrement notre blog depuis deux ans et demi a acquis un solide bagage en Histoire locale. Mais rassurez-vous, il reste énormément à faire : 99 % des archives auxiloises n'ont pas encore été exploitées. Il suffit d'y consacrer un peu de temps. A bientôt, peut-être.

Régis Renoncourt.

 

Lire la suite

L'hommage de la commune d'Auxi-le-Château à Louis Joseph Déplanques en 1854.

24 Février 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #la vie quotidienne autrefois

abeille

 

Au cours de la séance du conseil municipal d'Auxi du 6 novembre 1854, le nouveau maire, Gustave Deslavier, également conseiller général, rappelle que lors de la mort de Louis Joseph Déplanques (c'est le père du futur général Déplanques dont le nom a été donné à une rue d'Auxi), commissaire de police et surveillant des propriétés communales, bon nombre de conseillers municipaux et d'habitants de la commune, "voulant reconnaître les services par lui rendus jusqu'à ses derniers moments à la commune dans l'exercice de ses fonctions et lui en donner une dernière marque de reconnaissance" ont émis la pensée de voir le consseil municipal se charger des frais de son enterrement et inhumation.

Le conseil municipal s'associe à l'unanimité à cette proposition et vote l'ouverture du crédit demandé.

Une étude assez poussée que nous avons réalisée lors de la préparation de l'exposition de 2001 sur les cabaretiers et les brasseurs nous a permis de constater que Louis Joseph Déplanques connaissait depuis plusieurs années déjà des revers de fortune: il avait vendu la presque totalité de ses biens et avait contracté des emprunts importants. D'autre part, la correspondance de son fils, le futur général, avec sa veuve montre qu'il lui apporte non seulement une aide morale mais aussi une aide financière.

On peut aussi penser que le conseil municial n'aurait pas eu le mauvais goût de payer les funérailles d'un homme à la situation financière florissante, quels que soient les services rendus par celui-ci.

 

Pour écrire cet article, nous avons consulté les archives communales d'Auxi; nous remercions celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

abeille

Lire la suite

La location de la chasse à Auxi en 1859.

24 Février 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #patrimoine communal

abeille

Au cours de la séance du conseil municipal d'Auxi du 14 novembre 1859, le maire, Gustave Deslavier, expose que la mise en vente de terrains communaux pour la reconstruction de l'hôtel de ville (parmi ces terrains, celui des "Carrières, aujourd'hui "pâture mille trous") va priver la commune d'une portion notable de ses réserves et qu'il est utile de chercher à combler le déficit qui doit en résulter en créant autant que possible de nouvelles ressources.

Au nombre de ces ressources, se trouve la location de la chasse sur les propriétés communales.

Les avis sont partagés, 6 voix sont pour cette proposition et 5 voix contre.  On décide donc que la location aura lieu après approbation du Préfet.

Pour écrire cet article, nous avons consulté les archives communales d'Auxi; nous remercions celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

abeille 

 

 

Lire la suite

Achat d'une "maisonnette" par la commune d'Auxi en 1857.

24 Février 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #patrimoine communal

abeille

 

La petite place qui entoure le monument aux morts s'est longtemps appelée "place des maisonnettes"...tout simplement parce qu'il y avait autrefois de petites maisons sans étage à cet endroit.

En 1857, il y en a encore puisque le conseil municipal, dans sa réunion du 16 novembre, décide l'acquisition de la maison Bonnave (celle-ci est probablement "à vendre") afin de procéder à l'élargissement de le rue du pont (on appelait ainsi le tronçon de rue qui va du pont à l'hôtel Saint-Martin).

 Au cours de la séance du 12 août 1862, on décide la démolition des dernières maisonnettes.

Pour écrire cet article, nous avons consulté les archives communales d'Auxi; nous remercions celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

abeille

 

Lire la suite

L'extraction des moellons à Auxi en 1850.

24 Février 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #la vie quotidienne autrefois

abeille

 

"Les Carrières", lieu-dit aujourd'hui connu sous le nom de "pâture mile trous" est, en 1850, propriété communale.

C'est un lieu où, traditionnellement, les gens extraient des moellons pour le bâtiment.

Le 18 août 1850, le conseil municipal constate que certains particuliers extraient aussi des moellons pour faire de la chaux donc dans un but lucratif.

Le conseil municipal décide donc que ces moellons seront désormais payés 25 centimes le m3 à la commune.

Pour écrire cet article, nous avons consulté les archives communales d'Auxi; nous remercions celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

abeille

 

Lire la suite

Le nombre de bestiaux au pâturage à Auxi en 1850.

24 Février 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #autour de l'authie

abeille

 

Au cours de la réunion du conseil municipal d'Auxi du 23 avril 1850, il est indiqué qu'en moyenne des huit dernières années le nombre de bestiaux a été pour le marais communal de 367 bêtes et de 110 chevaux de labours qui ont produit à la caisse municipale 600 fr.On décide, par ailleurs, une majoration du tarif à partir de la troisième bête.

Pour écrire cet article, nous avons consulté les archives communales d'Auxi; nous remercions celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

abeille

 

 

Lire la suite

Généalogie de Charles Couvillers au couple Léonce Labaeye x Charlotte Caumartin mariés en 1929.

24 Février 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #généalogie - familles - couples

abeille

 

Charles Couvillers    x     Marie Anne Lamourette

!

Gabriel Couvillers    x   Marie Madeleine Tillier    1770

!

Antoine Dufétel     x    Marie Françoise Couvillers    1808

!

Jean François Dufétel     x     Marie Narcisse Courtois   1842 

!

Charles Dubos      x     Marie Ernestine Dufétel   1865

!

Léon Caumartin      x      Julie Dubos    1893

!

Léonce Labaeye    x    Charlotte Caumartin    1929.

 

Régis Renoncourt

 

Lire la suite

La nomination d'un régisseur des propriétés communales à Auxi en 1847.

24 Février 2014 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #patrimoine communal

abeille

 

Au cours de la séance du 11 février 1847, le maire, Benoît Léturgez, reconnaît que, depuis trois ans qu'il exerce son mandat, il lui est impossible d'administrer fructueusement toutes les propriétés communales, bâties on non bâties (il faut noter qu'à l'époque le personnel communal est des plus réduits: un secrétaire de mairie, un commissaire de police, un sergent de ville, un cantonnier, deux garde-champêtres). Il énumère ensuite les propriétés:

  • l'église monumentale.
  • trois écoles primaires y compris la salle d'asile (école maternelle).
  • une école secondaire ou collège.
  • la maison curiale (le presbytère).
  • la maison vicariale (celle-ci est située rue d'Amiens, aujourd'hui rue du général Leclerc).
  • la maison communale (mairie) et le bâtiment des pompes.
  • des terrains labourables affermés, prairies, pépinières, marais laissés à la dépaissance, le tout sur 180 ha 29 a 49 ca, en 5 parties: Grand Marais, Mont Blanc, Maraîchons, marais de Lannoy, marais de La Neuville.

D'une extrémité à l'autre de ce marais, il y 5 km.

Partout, ajoute-t-il, les bornes et limites sont à reconnaître, à soigner et maintenir, objet fort important, surtout quand ces limites sont en grande partie des fossés sur lesquels les anticipations ou les plantations sont souvent tentés par les voisins.

Léturgez propose la nomination de Déplanques, le père du futur général Déplanques dont une rue d'Auxi porte le nom, comme régisseur de toutes les propriétés, au traitement annuel de 600 fr. Son intellligence et son expérience, dit-il, sont bien connus du conseil. En ce qui concerne son traitement, à titre de comparaison, les garde-champêtres gagnent chacun 350 fr.

Déplanques devra visiter les propriétés avec l'esprit et l'intérêt d'un propriétaire, indiquer les entreprises ou usurpations qui pourraient être faites, les réparations et améliorations nécessaires, reconnaître la quantité de pieds d'arbres existants et en faire un rapport exactement détaillé; indiquer les travaux d'amélioration et exécuter ceux prescrits par l'administration tant sur les terrains communaux que sur tous les chemins en général, enfin éclairer l'administration par des rapports circonstanciés qui seront faits et déposés au moins à chaque session.

Cette proposition obtient l'accord du conseil municipal par 12 voix contre 1.

A noter qu'à cette date Déplanques, qui approche la cinquantaine, n'est plus brasseur et commence à connaître des revers de fortune qui l'obligent à vendre une partie de ses biens ou à emprunter auprès de ses connaissances.

 

Pour écrire cet article, nous avons consulté les archives communales d'Auxi; nous remercions celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

abeille    

Lire la suite
1 2 3 4 5 > >>