Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Les élections législatives du 14 octobre 1877 dans la circonscription de Saint Pol sur Ternoise: la campagne.

19 Février 2012 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #politique -élections

La campagne du député sortant, le marquis de Partz, faite surtout au niveau de la propagande écrite, par l'intermédiaire du journal "le Pas-de-Calais", s'en prend d'une part à Thuillier, nous en avons déjà vu des exemples, car il est accusé de vouloir diviser les forces conservatrices, d'autre part à Georges Graux, l'adversaire républicain.

On insiste sur sa jeunesse donc, sous entendu, sur son inexpérience: "Nous sommes obligés d'apprendre au jeune avocat...; nous espérions en avoir fini avec la prose du jeune avocat...; monsieur Graux paraît ignorer complétement l'histoire électorale de son pays...; ce mot effarouche peut-être le jeune avocat parisien...; monsieur Graux commet une faute politique énorme et irréparable.... ; qu'il s'arrête dans la voie où sa jeunesse inexpérimentée l'a engagé !..."

On lui reproche d'être un radical qui fait le jeu de la Révolution: "il a abandonné les honorables traditions de son père et de sa famille pour s'allier avec les radicaux".

"Le Pas-de-Calais" peut se permettre de rappeler qu'en février 1876, il a soutenu un Républicain conservateur comme Ernest Deusy, à Arras, contre le candidat bonapartiste, Sens. Mais "la République conservatrice étant devenue une plaisanterie surannée depuis surtout la mort de Monsieur Thiers", les "363" ne peuvent être que des radicaux qui menacent l'ordre social et, cette fois, "le Pas-de-Calais" soutient Sens contre Deusy.

Le 7 octobre, une semaine avant le scrutin, le journal dramatise: "Et si, par malheur, les radicaux venaient à triompher, lorsque le calme serait enfin rendu à notre France ruinée et ensanglantée, nous verrions ces transfuges que les révolutionnaires traînent aujourd'hui à leur remorque, nous les verrions alors venir sur des ruines demander pardon à Dieu et aux hommes de leurs funestes erreurs; il serait bien temps! Prenez garde, Monsieur Georges Graux, prenez garde Monsieur Deusy, vous vous en allez en mauvaise compagnie !".

A quoi Georges Graux répond, par l'intermédiaire de "l'Avenir d'Arras", le journal républicain, que "pendant la Commune, il a failli avoir le sort des otages" et il justifie son attitude à cette époque. Il assimile 1871 à 1877 et compare Rigault -dirigeant de la Commune- à Fourtou -Ministre de l'Intérieur du gouvernement qui suit le 16 mai 1877-. Il ajoute que "son caractère et sa situation de fortune rendent également ridicules les attaques de ceux qui le représentent comme un révolutionnaire".

On l'accuse d'avoir assouvi des vengeances personnelles -par exemple déplacement d'un instituteur d'une commune voisine de Saint-Pol - "au temps de sa faveur en haut lieu" quand il était chef de cabinet de Louis Martel et on s'en prend à son action au Conseil Général de 1875 à 1877 où "il s'est perdu dans une minorité qui remplit sans utilité les séances...de sa turbulente opposition"; on lui reproche de ne pas avoir tenu sa promesse faite en 1875 "de parcourir chaque année une partie des communes du canton de Saint-Pol et d'écouter les réclamations qui lui seraient adressées"; on lui reproche de ne pas avoir défendu les intérêts des planteurs de tabac aussi bien "dans son rapide passage au pouvoir" que dans son action au sein du Conseil Général.

On se demande si sa qualité d'avocat suffit pour qu'il représente "un arrondissement essentiellement agricole" et si un "candidat rural ne fait pas mieux l'affaire" que quelqu'un qui habite Paris comme Georges Graux.

Après lui avoir reproché d'avoir été, en 1871, avec Gambetta, un partisan de "la guerre à outrance", le journal monarchiste dit "ne pas avoir entendu parler de ses exploits " à lui, Georges Graux.

Par l'intermédiaire de "l'Avenir d'Arras", Georges Graux justifie son attitude sur la question des tabacs au Conseil Général, il souligne le peu de travail législatif du marquis de Partz; il rappelle les propos tenus par le journal bonapartiste "Le Courrier du Pas-de-Clais" sur le candidat légitimiste en 1869 et accuse celui-ci d'être une "girouette". 

Il insiste également sur le fait que "le Courrier du Pas-de-Calais" prend ses distances avec Thuillier tout en soulignant avec force que sur les dix candidats du Maréchal, "le Pas-de-Calais" peut en prendre un à son actif, pas davantage, les neuf autres candidats pouvant être, sans conteste, revendiqués comme siens par la "feuille bonapartiste".         

Cet article a été écrit par Régis Renoncourt                        fête des mères 2011 11

Lire la suite

Comme le temps passe vite: réponse au "jeu" n° 9.

19 Février 2012 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #"jeux": localisation dans le temps ou dans l'espac

Il fallait classer des événements dans l'ordre chronologique:

  • la pose de la première pierre à l'îlot n° 1 a lieu en 1949; il marque le début de la "reconstruction".
  • C'est en 1968 qu'a lieu l'inauguration de la "Maison de la Presse"
  • En 1978, a lieu l'ouverture du musée des Arts et Traditions Populaires créé sous l'impulsion de Michel Oudin, animateur socio-culturel de la commune depuis 1971.
  • Les Premières Floralies d'Auxi, organisées par le Comice Agricole, ont lieu en juillet 1987
  • Le club de tarots est créé en 1993
  • En 2004, le Comice Agricole reçoit le professeur Cabrol.                         

Nous espérons que vous avez eu "tout bon". Merci de votre fidélité. L'équipe du Cercle Historique.                                             

Lire la suite

Un contrat de mariage à Vaulx en 1696.

19 Février 2012 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #vaulx les auxi

Le 5 janvier 1696 est signé le contrat de mariage entre Louis Langlois représenté par son père Charles Langlois, charron à Vaulx et l'épouse en troisièmes noces de celui-ci, Louise Bridoux, accompagnés de Jacques Petit, sergent de la seigneurie, Jean, Gabriel et Etienne Langlois, tous trois au service de Sa Majesté en garnison à Arras, frères du marié et Marie Langlois, soeur du marié.

et Catherine Balavoine, fille à marier de défunt Charles Balavoine et Jeanne Prévost, de Vaulx, accompagnée de Jean et Charles Balavoine, frères de la mariée, demeurant à Vaulx, de Jean Dimont, oncle par alliance (mari de Marie Ballavoine) ainsi que Jean et Antoinette Godaillier, cousins, eux aussi de Vaulx.

Le marié apporte de son père la moitié des effets mobiliaires et grains secs battus et à battre et les bois à usage de charron qu'il a en sa possession, à partager au jour du mariage.

Quant aux autres outils du métier de charron, Louis aura ceux qu'il a achetés de son frère Charles.

Ceux du père lui appartiennent au décès de celui-ci.

Le marié pourra rester avec son père "si bon lui semble". 

Le marié aura en outre 60 verges de blé vert our la dépouille en août (il paiera le rendage), un quartier de lin pour la dépouille en août, la moitié de la dépouille des grains et chanvre du jardin du père pour la dépouille en août, deux ruches avec les abeilles.

Le marié a sa part des 50 livres à l'encontre de ses frères, Nicolas, Jean, Gabriel et Etienne, sur la maison des héritiers de Charles Langlois fils où demeure le père.

Il aura aussi la moitié des terres que le père tient à ferme (il paiera la moitié des loyers).

La mariée apporte de sa mère deux journaux de terre en deux pièces, au jour du mariage, les avesties d'une mesure de blé vert prise dans une pièce de trois journaux, à partager à la gerbe au mois d'août, une vache, un lit complet, un coffre, trois paires de drap de lit, une seille, une maie, un pot à feu, un chaudron d'airain, un minchoir, une flourière, une crémaillère de fer, une cuvette, une cheraigne, un demi cent de fourrages, une table dressoir, deux pierres de lin, un quartier de chanvre écouché, une année de jouissance d'une demi mesure de mars avec dépouille en août que la donatrice fera labourer et rendra prête à ensemencer, 20 boisseaux de blé sec mesure d'Auxi, au jour du mariage.   

Lire la suite

Généalogie de Antoine Lecouvé au couple Léonce Labaeye x Charlotte Caumartin mariés en 1929.

19 Février 2012 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #généalogie - familles - couples

Antoine Lecouvé      x       Françoise Dufour       1668

!

Jean Lecouvé     x     Isabeau Tellier    1696

!

André Delgove      x       Marguerite Lecouvé     1720

!

Charles Dufétel    x    Marie Marguerite Delgove    1741

!

François Dufétel     x    Marie Isabelle Soloy    1775

!

Antoine Dufétel     x    Marie Françoise Couvillers     1808

!

Jean François Dufétel     x   Marie Narcisse Courtois    1842

!

Charles Dubos     x     Narcisse Dufétel    1865

!

Léon Caumartin     x   Juie Dubos    1893

!

Léonce Labaeye    x     Charlotte Caumartin    1929.             

Lire la suite

Généalogie de Jacques Dercourt au couple Onésiphore Petit x Jeanne Ternisien mariés en 1923.

19 Février 2012 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #généalogie - familles - couples

Jacques Dercourt    x      Marguerite Dacquet     1703

!

Jacques Dercourt      x    Marguerite Briois      1732

!

Antoine Langlois        x      Jeanne Dercourt    1769

!

Pierre Langlois    x    Marie Françoise Wimart    an 7

!

François Deveaux     x     Ursule Langlois    1836

!

Henri Ternisien     x       Caroline Deveaux    1862

!

Alfred Ternisien     x    Sophie Lucas    1904

!

Onésiphore Petit    x     Jeanne Ternisien    1923               

Lire la suite

Lettre du sous préfet au maire d'Auxi, en date du 14 mai 1818 concernant un rapport des bâtiments civils.

19 Février 2012 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #écoles

Suite au rapport faisant l'objet du précédent article, le sous-préfet de Saint-Pol écrit au maire d'Auxi, Michel Delienne, la lettre suivante:

"Monsieur le Maire,

 

Le Ministre de l'Intérieur a fait examiner par le Conseil des bâtiments civils le projet qui évalue à 5 474 francs les travaux à faire à une maison que votre commune doit acquérir pour l'établissement de deux écoles.

Cet examen a donné lieu à des observations importantes et d'où il résulte la nécessité de recomposer le projet, suivant un meilleur système.

Vous trouverez ci-inclus, les plans et devis avec la copie de ces observations d'après lesquelles l'architecte est invité à réétudier son travail.

Recevez, Monsieur, l'assurance de ma parfaite considération."                        

Lire la suite

Extrait d'un rapport fait au Conseil des bâtiments civils, le 10 avril 1818.

19 Février 2012 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #écoles

On a vu qu'au cours du mois de juillet 1817, le conseil municipal avait envisagé d'acheter une maison pour y loger les écoles et qu'il avait confié l'établissement d'un devis à un entrepreneur local.
Ce travail est soumis au Conseil des bâtiments civils qui rend son rapport intitulé "sur de grosses réparations à faire au bâtiment des écoles à Auxi-le-Château", le 10 avril 1818.
Observations sur les plans.
Comme on a tout lavé d'une même teinte, on n'y voit pas assez non plus d'ailleurs que dans le devis plus que succinct ce qui est conservé et ce que l'on changera dans ce bâtiment à acquérir pour obtenir le besoin de ces écoles.
Si, par exemple, le grand escalier n'existe pas, comme le fait présumer le devis, je croirais préférable de le mettre en long, à droite dans la cour, comme je l'ai tracé en masse, au crayon; on y arriverait par un vestibule moins large, d'autant que des voitures ne doivent pas y passer, en ce qu'elles ne pourraient circuler dans la cour: on réserverait, sous l'échappée des marches, un dégagement pour aller aux latrines, cela donnerait plus d'air à la cour, vis-à-vis la cuisine des Soeurs et en tenant le vestibule un peu moins large, l'école des filles y gagnerait d'autant en étendue.
Le surplus pourrait rester mais ce qu'il importe de connaître c'est la hauteur des étages pour que ces grandes salles d'étude aient la salubrité et le jour convenables. Le devis n'en dit rien.
Etat des dépenses
Ce n'est qu'un aperçu jeté au hasard, sans détail.
Pour connaître ce qu'on dépense, il faut absolument un devis proprement dit, avec les développements d'usage.
Avis
Je crois que cette maison peut convenir aux écoles des deux sexes.
On aura à décider si l'instituteur doit ou non y être logé; car, dans l'affirmative, il faudrait que ce logement soit combiné de manière à ne pas gêner ceux des Soeurs, même par la vue.
Pour connaître ce qui existe et ce que l'on veut faire, il est indispensable d'avoir des plans de l'état actuel des choses à chaque étage; on laverait sur ces plans en noir ce qui existe et que l'on conserve, en jaune ce que l'on démolit; en rouge ce que l'on change et construit.
On y joindrait la face principale et une coupe sur toute la longueur dans laquelle apparaîtrait la façade de l'aile des Soeurs; il suffirait que ces derniers dessins fussent un simple trait avec une échelle.
On arrangerait le grand escalier comme je le propose si le Conseil l'adopte.
La coupe et la face latérale indiqueraient exactement le niveau du sol extérieur contigu à ces bâtiments.
On ferait un devis régulier, avec cahier des charges d'adjudication dans lequel on transcrirait littéralement les articles 1792 et 2270 du Code Civil sur les responsabilités.
Je n'ai pas perdu un instant pour faire ce rapport, afin que les documents et rectifications y indiquées puissent être fournies sans délai et que l'on exécute cette année en bonne saison. Aussitôt que le tout reviendra au Conseil, il en serait donné un avis définitif sur le champ.
Ce rapport est adopté par le Conseil à Paris le 13 avril 1818.                             
 
  • Régis Renoncourt
Lire la suite

Dates des baptêmes, mariages, décès à Noeux en 1739.

18 Février 2012 , Rédigé par régis renoncourt Publié dans #Noeux les Auxi

En rose, les baptêmes
en bleu, les mariages
en gris, les décès.
 
janvier................................8
février.................................2        19        26
mars...................................12       23
avril....................................6         10        11         12          12        28
mai....................................6         28         30
juin....................................3          8           22
juillet..................................11         22        29
août..................................12          26
septembre.......................2            22
octobre............................15         29
novembre........................1        9       18
décembre........................11        15       31  
 
  • Régis Renoncourt.
Lire la suite

Généalogie de Alexis Vimeux au couple Marcel Foubet x Germaine Pernes mariés en 1920.

18 Février 2012 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #généalogie - familles - couples

Alexis Vimeux      x      Marie Angélique Roussel     1774

!

Jean François Vimeux     x   Louise Mouret       1811

!

Louis Dubos     x     Aimable Vimeux     1831 

!

Henri Dubos         x    Marie Leurin    1807

!

Louis Foubet    x    Berthe Dubos    1895

!

Marcel Foubet    x    Germaine Pernes    1920.                       

Lire la suite

Généalogie de Louis Boitez au couple Jules Dubos x Berthe Foubet mariés en 1906.

18 Février 2012 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #généalogie - familles - couples

Louis Boitez         x       Marie Leroy

!

Claude Boitez     x     Geneviève Varlet     1729

!

Eustache Boitez      x    Marie Hélène Leconte     1761

!

Louis Paris      x     Marie Louise Boitez     an     13

!

César Foubet       x   Marie Charlotte   Paris        1824

!

Delphin Foubet     x   Eléonore Bardoux          1858

!

Jules Foubet      x     Reine Couvillers        1880

!

Jules Dubos      x    Berthe Foubet    1906.                 

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 > >>