Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Nous avons pu lire récemment.

31 Décembre 2011 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #notre association

  • Dans "Historia" de janvier 2012 n° 781: "les fêtes: à l'origine de nos traditions".
  • Dans "l'Histoire" : "sociétés coloniales: du côté des femmes".
  • Dans "Marianne" n° 765/766: "de Rome à aujourd'hui: les hommes de l'ombre qui ont fait (ou défait) l'Histoire".
  • Dans "le Nouvel Observateur" n° 2228: "les années 1960".
  • Dans "le Nouvel Observateur" hors série:  "les Arabes des origines à nos jours".

L'Histoire ce n'est évidemment pas que l'Histoire locale.               

Lire la suite

Une occupation oubliée: celles des troupes anglaises après 1815.

31 Décembre 2011 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #armée - guerre - commémorations

On a déjà dit, lors d'un précédent article, qu'après Waterloo (juin 1815) et selon les clauses du second traité de Paris, les troupes "alliées" qui ont vaincu Napoléon 1er devaient occuper la France de 1815 à 1818. Notre région reçoit les troupes anglaises. il faut évidemment les approvisionner.

 

Sulpice Duboille, maire d'Auxi, écrit à ses collègues, maires des communes du canton, la lettre suivante le 7 août 1815:

"Messieurs et chers collègues,

Je reçois à l'instant une lettre de monsieur le sous-préfet datée d'Hesdin qui me prévient de regarder comme non avenue la réquisition faite des bêtes à cornes pour le canton d'Auxi-le-Château, attendu qu'il vient d'obtenir du Comité de Bienveillance des approvisionnements de la place d'Hesdin la faculté de disposer de cinquante de ces bêtes sous la condition de les restituer si elles sont demandées et, dans ce cas, me prévient que son intervention ne sera point nécessaire.

J'ai l'honneur de vous saluer. Signé Duboille."

 

Le 25 octobre 1815, le maire d'Auxi écrit au sous-préfet de Saint-Pol:

"Monsieur,

D'après la répartition du contingent assigné à cette commune pour la fourniture des subsistances nécessaires aux troupes étrangères dans laquelle elle se trouve portée pour six hectolitres de blé froment et 25 hectolitres d'avoine, vous devrez faire trouver dans cinq sacs les six hectolitres de blé et dans dix huit autres sacs 23 hectolitres d'avoine que j'ai obtenus par réquisition mais il me manque de cette réquisition deux hectolitres d'avoine; j'espère que vous me donnerez les moyens de les faire livrer par les récalcitrants et en même temps ceux d'en obtenir le paiement.

J'ai l'honneur de vous saluer . Signé Duboille."    

 

Il faut aussi loger les troupes -nous y reviendrons- et cela provoque d'inévitables tensions entre communes et, on l'imagine, entre particuliers.

 

Le 6 novembre 1815, Sulpice Duboille écrit au sous-préfet de Saint-Pol:

"Monsieur,

D'après l'honneur de la vôtre en date d'hier, vous me chargez d'assurer le logement pour 150 hommes de troupes anglaises et autant de chevaux. J'ai pourvu pour aujourd'hui aux rations qui m'ont été exigées qui se montent à 199. Quant à la nourriture des hommes, elle a été fournie par les habitants qui ont logé. J'ai eu le désagrément de voir emporter des fournitures pour la commune de Wavans pour la subsistance de 34 chevaux sans avoir rien fourni. J'attends votre présence pour ordonner et faire les distributions nécessaires comme vous me le mandez par votre lettre.

Je vous observe que je ne sais pourquoi et comment les communes de Willencourt et Le Ponchel ne sont point logées. Aucune subsistance de la part des villages circonvoisins n'a encore paru à Auxi. Je vous avoue que ce retard me met à l'école, répondez-moi et assurez-moi une marche pour satisfaire à ce moment pressant.

J'ai l'honneur de vous saluer. Signé Duboille."

 

Le même jour, 6 novembre 1815, il s'adresse au maire de Wavans:  

"Monsieur, les subsistances que monsieur le sous-préfet devait faire fournir par voie de répartition n'étant point encore arrivées pour la troupe anglaise et la commune d'Auxi-le-Château ayant pourvu aux besoins pour un jour, la vôtre doit à raison de son logement fournir les rations nécessaires pour plusieurs jours à charge de déduction sur votre contingent que vous devez supporter, savoir 68 boisseaux d'avoine, autant de bottes de foin et de paille, demain huit heures du matin. Cependant, si vous n'obtempériez pas à ma demande, je serai obligé d'en faire part au commissaire anglais qui prendra des mesures militaires pour vous faire fournir car le dépôt des vivres et fourrages est dans ma commune, comme je vous l'ai communiqué.

J'ai l'honneur de vous saluer. Signé Duboille."                              

 

Cet article a été écrit par Régis Renoncourt   fête des mères 2011 11 pour le Cercle historique d'Auxi.

Lire la suite

Suite de l'inventaire de 1825 chez Alexandre Courtois fermier de la ferme du château.

31 Décembre 2011 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #Courtois

abeille

Dans la cave, on trouve:

  • 6 tonneaux cerclés en fer, remplis de cidre
  • 2 chantiers, une douzaine de jattes à couler, un couloir, deux cherennes à beurre
  • 9 baquets à bestiaux, 3 cuviers à lessive, 3 plats, un seau, une petite cuvelle
  • un panier avec deux douzaines de cuillers en étain, deux douzaines de fourchettes, deux douzaines d'assiettes à soupe
  • un lot d'outils en fer, marteaux, hache, serpe, vieux fers, scie.

Dans le grenier, on trouve:

  • deux calendriers
  • un mont de blé
  • un tas d'avoine
  • quatre hectolitres de fèves
  • un vieux coffre, une balle de houblon
  • 15 kg de laine
  • des cordes

Dans le cabinet du garçon d'écurie, on trouve:

  • deux lits d'écurie garnis
  • un coffre, deux selles dont une vieille, deux torques (ou torches) des brides, deux manteaux, un drap bleu.

Le cheptel: les chevaux

  • une jument hors d'âge à poil noir 
  • une jument hors d'âge à poil rouge
  • une jument de 10 ans à poil rouge
  • un cheval entier bai
  • un cheval entier bai
  • un cheval hongre de 4 ans
  • un cheval entier hors d'âge
  •  une jument de 9 ans
  • une jument de 4 ans
  • un bidet hors d'âge
  •  une jument blonde de 4 ans
  • un poulain mâle de 30 mois
  • une pouliche noire de 10 mois
  •  une pouliche grise 
  • un laitron mâle
  • une pouliche noire
  • une pouliche baie
  • une pouliche baie
  • un poulain gris mâle.

Le cheptel: les vaches:

  • une vache rouge de 10 ans
  • une vache de 8 ans, pleine
  • une vache rouge de 4 ans, pleine
  • une vache gris blanche de 4 ans
  • une vache rousse
  • un taureau
  •  un jeune taureau
  • une génisse pleine
  • un boeuf
  • une génisse non pleine
  • une génisse pleine
  • une génisse pleine
  • 5 veaux de lait

Dans une autre étable

  • une vache à lait rousse à tête blanche
  • une vache brune de 6 ans
  • une vache pleine rousse sortie d'âge
  • une vache pleine à tête blanche

Dans la bergerie  

  • 30 antenois
  • 40 agneaux gris
  • 100 brebis vieilles pleines

Les porcs et le petit cheptel

  • trois truies et une pleine
  • quatre coureurs
  • quatre coureurs
  • sept cochons de lait
  • deux porcs en graisse
  • 50 poules
  • 10 paires de pigeons

Les récoltes

  • une meule de blé composée d'un mille de gerbes
  • une meule de blé composée de deux milles de gerbes
  • 3 000 gerbes de blé
  • 600 bottes d'ivernaches
  • un mille de fèves à bisaille
  • deux mille de trèfle, sainfoin, minette

Divers

  • le fumier de la cour
  • 12 stères de bois à brûler, 400 fagots de saule, un tas de tourbe

Le matériel

  • 4 chariots tout montés
  • un tombereau
  • une petite charrette
  • deux charrues montées
  • 4 binots
  • 3 herses de bois, deux à buser, un rouloir, un poutroir (?)
  • les claies du parc et la charette du berger 

Les récoltes à venir

  • 18 ha 89a ( 44 mesures) de terres ensemencées en blé
  • 1 ha 72 a (4 mesures) de terres ensemencées en seigle
  • 2 ha 15 a (5 mesures) de terres ensemencées d'ivernaches
  • 12 ha 88 a (30 mesures) de terres labourées pour semer en mars
  • 5 ha 15 a (12 mesures) de terres préparées pour jachères
  • 5 ha 15 a (5 mesures) de terres préparées pour mars
  • 2 ha 5 a (5 mesures) de terres fumées

Les dettes actives

  • Jean Baptiste Montier manouvrier au Ponchel doit      200,00 fr
  •  Jean Baptiste Ducros ménager à Auxi doit     170,00 fr
  • Léon Froideval cabaretier doit           880,00 fr
  • François Ducros tisserand à Auxi doit      80,00 fr

Les dettes passives

  • contributions       100,00 fr
  • salaires des garçons de ferme    200,00 fr
  • fermages et rendages des terres de l'exploitation de la ferme      1 200,00 fr

Papiers

  • contrat de mariage Courtois-Joly du 27 vendémiaire an 4 passé chez le notaire Dupré à Crécy; il n' y a pas de déclaration d'apport.
  • 12 pièces d'acquisitions d'immeubles à La Neuville, Auxi, Wavans, Beauvoir-Rivière.

 

.Cet article et le précédent donnent une idée de ce que pouvait être une ferme relativement importante au début du XIXème siècle.

Lire la suite

Généalogie de Nicolas Wimart au couple Robert Wimart x Marthe Coint mariés en 1920.

26 Décembre 2011 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #généalogie - familles - couples

Nicolas Wimart       x       Catherine Lenglet

!

Nicolas Wimart     x     Elisabeth Darras        1711

!

Nicolas Wimart    x     Dorothée Degrez     1734

!

Jean François Wimart      x    Marie Anne Fourdrinier       1792

!

Etienne Wimart      x  Geneviève Sellier

!

Marie Françoise Julie Wimart

!

Charles Wimart    x    Clémence Potier    1896

!

Robert Wimart     x   Marthe Coint      1920.

Lire la suite

Le testament de Marie Marguerite Wimart le 17 août 1770.

26 Décembre 2011 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #Wimart

Ayant obtenu l'autorisation de son mari, Jean Baptiste Baclet, Marie Marguerite Wimart, très malade, fait son testament le 17 août 1770. Le couple n'a pas d'enfant survivant. Elle a 59 ans. Elle est la fille aînée du second mariage de Nicolas Wimart avec Isabelle Darras. Sa soeur cadette, Marie Antoinette, née en 1723, est célibataire. Elle mourra l'année suivante, le 5 novembre 1771.  Elles ont aussi deux frères, Nicolas "le jeune" marié à Dorothée Degrez et Nicolas, "le faiseur de cherens" marié à Marie Millart. Ces quatre enfants du second lit ont aussi des demi-frères, nés du prmier mariage de Nicolas Wimart avec Isabeau de Willencourt: Jean François, Pierre, Nicolas "l'aîné" . Nous avons respecté  le style et l'orthographe du document.

" In Nomine domini amen

Par devant moÿ Jacques César Dumas notaire royal d'Artois resident au bourg d'Auxÿ le Château costé d'Artois soussigné. En la présence de François ploiart tisserand et de Jean Baptiste Evrard taillandier tous deux demeurant aud Auxÿ le Château costé d'Artois temoins requis et appellés à défaut d'un second notaire aussÿ soussignés fut présente Marie Marguerite Vilmart femme de Jean Baptiste Baclet menager demeurant aud Auxÿ le Château costé d'Artois etant au lit malade de corp seulement toutefois saine d'esprit et jugement ainsÿ qu'il est apparu à moi dit notaire et témoins par ses bons propos et entendement laquelle ne voulant mourir intestat a faite dictée et nommée à moÿ dit notaire presens lesdits témoins son present testament et ordonnance de dernière volonté comme il suit à ce duement autorisée dud Baclet son marÿ par acte passé par devant notaires aud Auxÿ le Château Artois ce jourd'huÿ.

premièrement comme bonne chrétienne je recommande mon ame à Dieu le père tout puissant le supliant par les merites infinis de Jesus Christ notre seigneur de vouloir la recevoir au nombre de ses élus, je veux et ordonne qu'il soit dit et célébré pour le repos de ma dite ame les messes d'enterrement et services ordinaires ensemble soixante messes basses le plus tôt que faire se pourra.

Quant à mes biens temporels de libre disposition sans en rien retenir ni réserver je les aÿ tous donnée et léguée à Marie Antoinette Vilmart ma soeur fille de Nicolas Vilmart l'instituant à cet effet ma legataire universelle.

Quant à mes autres biens dont je ne peux disposer je les laisse à mes hériters le tout à la charge pour ma dite légataire universelle de payer mes dettes obsèques et funérailles et messes avant ordonnées.

Mon intention étant ainsÿ lecture faite par moÿ dit notaire présent lesdits temoins a la ditte Vilmart testatrice de son présent testament elle a déclarée avoir le tout bien entendûe qu'il contient ses dernières volontés ÿ a persistée et interpellée par moÿ dit notaire presens lesdits temoins de le signer elle a déclarée ne scavoir le faire ni écrire ce fut le dit testament ainsÿ fait dicté et passé au dit Auxÿ le Château costé d'Artois en la maison de lad testatrice sur les onze heures avant midÿ par devant moÿ dit notaire en presence desdits témoins le dix de août mil sept cent soixante dix."                                                                                      

Lire la suite

En 1770, Marie Marguerite Wimart reçoit de son mari l'autorisation de faire son testament.

26 Décembre 2011 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #Wimart

Sous l'Ancien Régime, une femme mariée ne peut passer d'actes notariées sans avoir préalablement reçu l'autorisation de son mari.

Marie Marguerite Wimart, née en 1711, est l'une des filles de Nicolas Wimart et de son épouse en secondes noces Isabelle Darras. Elle a épousé Jean Baptiste Baclet de qui elle doit obtenir l'autorisation de faire son testament, le 17 août 1770. Sans doute très malade, elle mourra quatre jours plus tard.

"Par devant les notaires royaux d'Artois soussignés fut présent Jean Baptiste Baclet ménager demeurant au bourg d'Auxÿ le Château costé d'Artois lequel a par ces présentes autorisé et autorise Marie Marguerite Wimart sa femme à faire tous testaments et dispositions de dernière volonté qu'elle jugera à propos luÿ donnant à cet effet par ces présentes tous consentement et autorité à ce nécessaires promettant avoir le tout pour agréable et l'exécuter

ainsÿ fait et passé au bourg d'Auxÿ le Château costé d'Artois avant midÿ en l'étude le dix septième jour du mois d'août l'an mil sept cent soixante dix et a déclaré ne scavoir écrire ni signer de ce faire interpellé par les notaires soussignés après lecture."                                   

Lire la suite

Le contrat de mariage de Adrien Philippe Wimart et Marie Anne Darras en 1761.

25 Décembre 2011 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #Wimart

Adrien Philippe Wimart est le petit-fils de Nicolas Wimart et Isabeau de Willencourt.

Le 23 juin 1761 a lieu la signature de son contrat de mariage avec Marie Anne Darras.

 

Adrien Philippe Wimart est garçon majeur usant de ses droits. Il exerce la profession de brasseur comme son père, Jean-François Wimart. Celui-ci est décédé. Sa mère, Marie Isabelle Retourné s'est remariée avec Nicolas Leroy, également brasseur.

Assistent à la signature du contrat, outre sa mère et son beau-père:

  • Isabelle Deguisne, veuve Prévost, marchande à Auxi Artois, marraine
  • François Petit, messager, marié à Marie-Anne Wimart, beau-frère
  • Noël, Nicolas, Jean-Baptiste Isidore Leroy, tous trois jeunes hommes à marier (célibataires), frères utérins
  • Nicolas Wimart, menuisier à Auxi Artois, oncle (fils de Nicolas Wimart et Isabeau de Willencourt)
  • Nicolas Wimart, menuisier sculpteur à Auxi Artois, oncle (fils de Nicolas Wimart et Isabelle Darras)
  • Nicolas Wimart, faiseur de cherens à Auxi Picardie, oncle (fils de Nicolas Wimart et Isabelle Darras)
  • Marie Marguerite Wimart, épouse de Jean Baptiste Baclet, demeurant à Auxi Artois, tante (fille de Nicolas Wimart et Isabelle Darras)
  • Maître Jean Baptiste Lefebvre, notaire à Auxi Artois, cousin germain du côté maternel (du côté d'Isabelle Retourné)

La mariée, Marie Anne Darras est la fille majeure et usant de ses droits de Louis Darras, marchand cordier à Auxi Artois et Marie Anne Caron.

Assistent à la signature du contrat, outre ses parents:

  • Catherine Rose, Geneviève, Sabine Charlotte Darras, toutes trois soeurs à marier
  • Jacques François Adrien Darras, jeune homme à marier usant de ses droits, faiseur de bas au métier à Auxi Artois, cousin germain du côté paternel
  • Louis François de Fourdrinoy, vivant de ses biens, demeurant à Auxi Picardie, cousin issu de germain du côté paternel.

Le marié apporte:

  • sa part et portion qui lui revient de la succession de son père selon la prisée du  8 juin 1741 (un article a été publié antérieurement sur cette prisée) à laquelle sa mère et son beau-père renoncent.
  • la mère apporte ("autorisée" par son second mari et les autres héritiers) aux enfants à naître, à raison d'une tête à l'encontre des oncles et tantes de ces futurs enfants, sa part de future succession tant mobiliaire qu'immobiliaire.
  • le marié est "bien lingé et habillé".

La mariée apporte:

  • par donation d'entre vifs pure simple et irrévocable, fonds et propriété d'un manoir amasé de maison, chambres, greniers, caves, granges, écuries, cour, jardin à Auxi Artoix, à usage de cabaret "La Croix Blanche" 
  • trois mesures de terres labourables, ue de Noeux.

Les donateurs se réservent la totalité de l'usufruit sur le manoir et la moitié après le décès de l'un d'eux ainsi que l'usufruit seulement pour le père en ce qui concerne les trois mesures de terre

  •  100 livres le jour du mariage dont elle jouira et profitera franchement sans aucune charge de quint, douaire, blanc bois, catheux et maréchaussée après le dit usufruit fini et expiré (ce sont des termes techniques ; le mot "douaire" est évidemment le plus connu aujourd'hui)

Elle renonce au profit de ses soeurs aux successions tant mobiliaires qu'immobiliaires de ses parents.

Elle est bien habillée et alingée.

 

Le survivant aura des droits à l'encontre des héritiers du prédécédé suivant la coutume de leur domicile et emportera par préciput et avant-partage de leur future communauté ses habits, lit garni et linges servant à son corps et si c'est  la mariante qui survit, elle aura encore de préciput ses bagues et joyaux sans préjudice à son douaire coutumier.

Les parties s'obligent sur leurs biens venus et à venir.

 

L'acte est passé en la maison de Louis Darras.

Tous signent sauf Marie Isabelle Retourné, Nicolas Wimart sculpteur et Marie Marguerite Wimart.                                                                                                                                                       

Lire la suite

Auxi: le legs Lemerchier et la délibération de 1737.

25 Décembre 2011 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #la vie quotidienne autrefois

Guislain Lemerchier a légué une partie de ses biens aux communautés d'Auxi Artois et d'Auxi Picardie afin d'assurer l'éducation d'un certain nombre d'enfants pauvres. Cette délibération a pour objet l'acceptation de ce legs. Nous avons respecté style et orthographe.

" L'an mil sept cent trente sept ce septième de juillet jour du saint Dimanche au bourg d'Auxÿ le chateau costé d'Artois par devant les notaires royaux d'artois soussignés en conséquence de l'annonce faite par monsieur le curé de ce lieu au prosne de sa messe de paroisse et des autres avertissements et son de cloche faits en la forme et manière accoutumée au sortir de la dite messe de paroisse de ce bourg au devant du portail de l'église se sont assemblés les habitans communauté des paroissiens deced lieu tant au costé d'artois que de ponthieu pour délibérer de nouveau sur l'acceptation du legs fait à la communauté desd paroissiens par le feu sieur Guislain Lemerchier en son testament du dix neuf octobre mil sept cent vingt six et par là satisfaire par iceux paroissiens à la sommation à eux faite par le sieur François Delavallée exécuteur testamentaire dud sieur Lemerchier suivant l'exploit de Dovergne sergeant royal du bailliage d'Hesdin presens temoins du vingt quatre juin dernier,

la matière mise en délibération les dits habitans paroissiens dud bourg d'Auxÿ le chateau assemblés ont unanimement résolu et délibéré d'accepter comme par ces présentes ils acceptent purement et simplement le legs de sept mesures de terres (trois hectares) reprises audit testament dud feu sieur Lemerchier devant datté aux charges clauses et conditions portés au mesme testament autorisans lesd paroissiens par les présentes messieurs Lejeune curé de cette paroisse et Quillet notaire royal et lieutenant de ce même bourg costé du ponthieu pour faire aux noms desd paroissiens signifier le présent acte d'acceptation dud legs aud sieur de la Vallée au domicile par luy élu chez me Lefebvre notaire en ce lieu, ainsi que de passer avec luÿ tous actes nécessaires et de s'obliger à l'entière exécution dud testament dud sieur Guislain Lemerchier au sujet dud legs desd sept mesures de terre, sans que la présente délibération puisse nuire ni préjudicier aux droits des habitans dud Auxÿ tant du costé d'Artois que Picardie ni tirer à conséquence pour ce qui regarde leurs différents intérêts et les droits qu'ils ont de s'assembler chacun de leur costé et sans qu'ils puissent estre regardés comme ne composant qu'une seule communauté  icelle délibération restant faite et souscrite par les dits habitans qu'es qualité de paroissiens et comme estans tous d'une mesme paroisse."                                             

Lire la suite

Le renouvellement triennal du conseil municipal d'Auxi en 1834 (2).

25 Décembre 2011 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #politique -élections

Après les "préliminaires" relativement longs dont nous avons parlé dans un précédent article, le conseil municipal va procéder aux étapes successives du tirage au sort proprement dit.

"Le conseil municipal ayant reconnu l'exactitude de l'exposé de monsieur le maire, on dépose dans un vase trois bulletins contenant les lettres qui désignent chaque section pour connaître par la voie du sort quelle sera celle qui ne devra perdre que trois membres en 1834. Le plus jeune des conseillers , sur l'invitation de monsieur le maire, s'approche du bureau pour procéder au tirage. Il prend un bulletin et le remet à monsieur le maire qui le déplie et y lit la lettre A; il déclare en conséquence que cette section ne perdra que trois de ses membres et, attendu qu'il y a dans cette section vacance de deux membres, il ne sera tiré qu'un nom pour compléter le nombre que cette section doit perdre.

Pour la section désignée par la section B, trois noms et pour celle désignée par la lettre C aussi trois noms.

Les noms de chacun de messieurs les conseillers actuellement en fonction ont été écrits séparément par monsieur le secrétaire sur des feuilles de papier blanc d'égale dimension et préparées à cet effet; monsieur le maire a donné lecture de ces bulletins, les a successivement pliés d'une manière uniforme et les a déposés dans trois boëtes correspondantes à chaque section, portant les lettres A, B , C , placées sur le bureau et qu'il a préalablement ouvertes afin que l'assemblée pût s'assurer qu'elles étaient vides. Il a ensuite invité monsieur Déplanque-Flécheux, le plus jeune des conseillers (c'est Louis Joseph Déplanque, le père du futur général; il a 35 ans), à s'approcher du bureau pour procéder au tirage des noms; la boëte A ayant été agitée à plusieurs reprises, monsieur Déplanque-Flécheux a déplié ce bulletin et a annoncé qu'il portait le nom de monsieur Nicolas Petit et l'a passé au secrétaire qui a inscrit le nom et a fait circuler ce bulletin entre les mains de tous les membres qui ont voulu en prendre connaissance.

 Le second bulletin, premier de la boëte désignée par la lettre B portait le nom de monsieur Loir; le troisième bulletin portait le nom de monsieur Vincent, le quatrième de monsieur Cadet-Déplanque, le cinquième premier de la boëte désignée par la lettre C portait le nom de monsieur Wimart, le sixième portait le nom de monsieur Tellier et le septième portait le nom de monsieur Dufossé

Ces sept bulletins ayant été successivement tirés, lus et vérifiés de la même manière, il résulte de cette opération que messieurs Petit, Loir, Vincent, Cadet-Déplanque, Wimart et Dufossé ont été désignés comme devant sortir du conseil municipal et cesseront d'en faire partie après l'installation des nouveaux membres qui seront nommés par l'assemblée des électeurs communaux convoqués pour le deux novembre prochain.  

Les opérations pour lesquelles le conseil municipal avait été convoqué étant terminées, le président a déclaré la séance levée, après lecture du présent procès-verbal qui a été clos et signé à l'instant, en double expédition par tous les conseillers présents."                          

 

Cet article a été écrit par Régis Renoncourt                                         fête des mères 2011 11

Lire la suite

Généalogie de Louis Ternisien au couple Léon Ternisien x Adèle Petit mariés en 1910.

25 Décembre 2011 , Rédigé par Cercle Historique d'Auxi le château Publié dans #généalogie - familles - couples

Louis Ternisien          x         Jeanne Legris      1716

!

Louis Ternisien      x       Marie Anne Evrard    1742

!

Louis François Ternisien      x   Marie Louise Rimbour    1781

!

François Ternisien     x     Françoise Lefebvre    1815

!

Louis François Ternisien     x         Basilice Candas            

!

Jules Ternisien      x     Julie Petit     1871

!

Léon Ternisien     x       Adèle Petit    1910.

Lire la suite
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>