Depuis 1825, l'éclairage public, à Auxi, fonctionne "à l'huile" et il demande un allumage quotidien. C'est le travail de celui qui a remporté l'adjudication publique.

D'autre part, il y a, depuis 1841, un commissaire de police dont l'une des fonctions est, précisément, de vérifier si le service marche bien.

Le 20 octobre 1860, il fait son rapport:

"Nous, Fayet Adolphe, Pierre, Désiré, commissaire de police des ville et canton d'Auxi-le-Château, arrondissement de Saint-Pol, département du Pas-de-Calais, rapportons que, sortant aujourd'hui de notre bureau vers les huit heures du soir et parcourant la rue d'Hesdin pour nous rendre à notre domicile, nous avons constaté que le nommé Bailleul Etienne, entrepreneur de l'éclairage de la ville, demeurant au dit lieu, avait négligé d'allumer les réverbères, fait qui constitue une contravention.

En conséquence et en conformité des articles 471 n° 15 du code pénal et 3 du cahier des charges, du 10 juillet 1861, nous avons rédigé le présent procès-verbal pour, par le tribunal de simple police, être statué ce que de droit."

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil