La question du chef-lieu de canton empoisonne les relations entre Auxi et Frévent durant plus d'un siècle.

Rappelons les faits: en 1790, il y a deux (petits) cantons qui ont pour chefs-lieux Auxi et Frévent qui appartiennent d'ailleurs à des districts (ancêtres des arrondissements) différents: Auxi au district de Montreuil et Frévent au district de Saint-Pol.

En 1800, Napoléon Bonaparte, Premier Consul, réorganise les cantons: les deux cantons fusionnent et on choisit pour chef-lieu Auxi qui, à l'époque, est plus peuplée.

Mais les choses évoluent au niveau démographique: Frévent, dans la vallée de la Canche, voit s'implanter des établissements industriels et croître sa population alors qu'Auxi, dans la vallée de l'Authie, reste une bourgade essentiellement agricole.

Dès lors, Frévent n'a de cesse de demander son érection en chef-lieu de canton, soit au détriment d'Auxi, soit en créant un nouveau canton avec des communes des cantons d'Auxi, de Saint-Pol et d'Avesnes-le-Comte.

Le 18 août 1844, Léturgez, maire d'Auxi, écrit au sous-préfet de Saint-Pol qu'il a appris par "l'Abeille de la Ternoise" que Frévent demandait son érection en chef-lieu de canton. "Cela causerait, dit-il, pour Auxi-le-Château, une réduction déplorable dans la population."  

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil