Le 7 avril 1764, comparaissent devant notaire les enfants des défunts Jean Riquier et Marie Françoise Gérard:

Jacques Riquier, ménager

Pierre Riquier, majeur usant de ses droits

François Riquier, majeur coutumier

Jacques Gérard, ménager, stipulant pour et au nom de Jean-Baptiste Riquier comme son tuteur à luy établi en justice

à la réserve de Pierre Riquier qui est en condition au service d'un officier actuellement en garnison à la ville de Guise.

Ils ont fait estimer par Antoine Ricouart, charpentier demeurant au petit Ponchel, et François Gérard, charpentier à Willencourt

les catheux, bois blancs, bois maréchaussées secs et verts existants sur un petit manoir amasé à La Neuville, de 1/2 mesure 8 verges, du chef du père et appartenant de droit à Jacques Riquier l'aîné, au désir de la coutume, sauf une part égale à luy à chacun de ses cadets.

Les experts estiment les catheux à 100 livres

1/4 reste confus en sa personne

les 3 autres 1/4 (soit 75 livres) seront payés à ses frères en 3 paiements égaux à la Toussaint 1764, à la Toussaint 1765, à la Toussaint 1766).

Le 11 décembre 1764, Pierre Riquier reconnait avoir reçu de Jacques Riquier 25 livres.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Retour à l'accueil