Antoine Legris donne le reste "également" entre ses 5 enfants sans aucun preciput ni prérogative d'aînesse.

Si François et (ou) Marie-Antoinette Legris viennent à décéder sans enfant légitime et sans avoir disposé de leurs biens immeubles et immeubles, que ces biens soient partagés "également" entre les autres sans preciput.

Si l'un ou l'autre veut "contredire la moindre disposition" du testament, il sera privé de tous ce que les coutumes lui permettent de disposer.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil