On peut noter, au passage, la grande complexité de la situation. Que survienne un désaccord et c'est le procès...en famille. De plus, il ne faut pas perdre de vue qu'à la génération suivante les liens de famille se distendent.

En ce qui concerne les enfants de sa défunte fille Marie-Marguerite Legris, femme de Antoine Cayeux, ils auront les avantages que leur mère a obtenus lors de son contrat de mariage passé chez le notaire Lemercier le 12 mai 1720.

Ils auront, en outre, la propriété de la moitié de 6 quartiers de terre faisant partie de deux mesures et demie en une pièce à Auxi Artois acquis par le couple.

A suivre...

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil