Le testament de Antoine Legris, marchand et voiturier, est rédigé le 19 juin 1747 chez Jacques François Benoist, notaire, par devant les témoins maître Adrien Effroy, procureur fiscal de la berrie et Jean-Baptiste Duriez, marchand drapier à Auxi Artois.

Legris est "en bonne santé, allant et venant à ses affaires". Il recommande son âme à Dieu et veut être inhumé dans le cimetière de la paroisse et que ses obsèques et funérailles soient faites "comme à son état appartient".

Il demande qu'il soit dit et célébré une fois son décès arrivé et pour le repos de son âme 50 messes à basse voix à la rétribution ordinaire.

 

A suivre...

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt

Retour à l'accueil