La mère du général Déplanque meurt le 18 avril 1880, alors que lui-même, mis à la retraite, est revenu à Auxi où il a d'ailleurs un fils naturel, Guislain Delporte, fils de Joséphine Delporte.

Le général a toujours entretenu une correspondance avec sa mère; voici deux "morceaux choisis":

En 1859, il écrit à sa mère, au sujet d'une tante Dercourt, qu'elle est une femme bien respectable, d'un caractère rare, bien rare pour avoir passé sa vie à Auxi.

En 1864, il écrit: "Autrefois, on avait un café (le café "Victor" Wimart, près de l'hôtel de ville). Aujourd'hui, il n'y a plus que des cabarets dans lesquels on est souvent insulté. Auxi n'est qu'un village, malgré son luxe d'hôtel de ville (celui-ci, en 1864, est tout juste achevé; son prix et des défauts de construction alimentent probablement les conversations...et les critiques) et ses pittoresques trottoirs. C'est inhabitable".

A noter que, 11 ans plus tard, le général viendra quand même y habiter.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série B des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil