Sulpice Duboille, maire d'Auxi, écrit au préfet du Pas-de-Calais le 18 juillet 1813:

"Monsieur,

Les conseils municipaux des communes du canton d'Auxi-le-Château ayant été convoqués en vertu de votre lettre du 25 juin dernier et de la circulaire de M. le sous-préfet de Saint-Pol du 7 courant y relative, à l'effet de délibérer et donner leur avis sur la translation proposée du chef-lieu de canton en la commune de Frévent, j'ai cru qu'il était de mon devoir de vous transmettre, avec la présente, le plan concernant la situation topographique dudit canton; Auxi-le-Château, chef-lieu actuel, étant la commune la plus centrale et Frévent se trouvant placée à l'extrémité, l'intérêt général des administrés s'opposant formellement à la translation proposée. J'aime à croire, général Préfet, que la demande des habitants de Frévent sera d'autant moins accueillie que la cause de la justice vous est chère.

J'ai l'honneur d'être avec respect."

Pour comprendre:

En 1790, il y a un canton d'Auxi et un canton de Frévent. En 1800, Bonaparte se livre à une vaste réorganisation administrative et supprime près de la moitié des cantons. Les deux cantons sont réunis  avec comme chef-lieu Auxi, commune alors la plus peuplée. Pendant un siècle, Frévent tente vainement de ravir à Auxi le titre de chef-lieu ou de devenir chef-lieu en détachant quelques communes des cantons d'Auxi, de Saint-Pol et d'Avesnes-le-Comte.

La dernière tentative date de 1913. Elle est près d'aboutir mais, comme on sait, des événements bien plus graves vont alors mobiliser toutes les énergies.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi.

Régis Renoncourt

 

Retour à l'accueil