Suite de l'article du "Courrier du Pas-de-Calais" du 2 août 1878:

"Les habitants font de grands préparatifs pour orner et illuminer leurs maisons.

Aucune localité n'est mieux située que cette gracieuse petite ville, pour l'agrément du touriste et du voyageur.

Assise au fond du bassin formé par la jonction de la Canche et de la Ternoise, Hesdin était autrefois enfermée dans une ceinture de remparts et comme cachée derrière ses murs. Depuis qu'elle est ouverte, la ville d'Hesdin s'est agrandie et n'a conservé de son ancien appareil militaire que deux vastes casernes avec de superbes cours. Ces casernes sont occupées aujourd'hui par de l'infanterie et des dragons."

 

 Pour écrire cet article, j'ai consulté la série g des archives départementales du Pas-de-Calais à Arras.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil