A l'occasion d'une simple vente, il arrive que l'on apprenne un détail intéressant sur la vie de nos ancêtres.

Ainsi, le 3 avril 1727, en présence de deux témoins, Jean Bayart l'aîné, tailleur d'habits et Charles Blaterel, ouvrier en bas au métier, tous deux d'Auxi,

Jacques Delassus et Anne Delassus, sa soeur, vendent

à François Brunel, meunier à Villeroy,

un journal de manoir à labour à Vitz.

Le prix se décompose en quatre parties comme c'est souvent le cas:

- deniers principaux : 220 livres.

- denier à Dieu : 1 sol.

- vin : 60 sols (3 livres).

-épingles : 4 livres.

Jacques Delassus, mari de Marie Antoinette Dubromel, est employé dans les fermes du roy au poste d'Auxi (douanier, en quelque sorte, puisque entre Artois et Picardie, on passe d'une province à l'autre et qu'il faut payer des taxes).

Quant à Anne Delassus si elle passe l'acte en l'absence de son mari, Pierre Lancel, c'est que celui-ci est absent sans qu'elle sache où il peut être car il est parti pour chercher du travail comme journalier (ouvrier agricole) pour sa subsistance et celle de sa famille.

A l'ère du portable, c'est une situation que l'on a évidemment du mal à imaginer!

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil