Françoise Bacquet est veuve de Thomas Boyaval, boucher à Auxi. Elle a deux filles, Marie et Françoise Boyaval "suffisamment âgées". Elle a été, depuis le décès de son mari tutrice de ses deux filles.

Lors du décès de celui-ci, il n'a été fait aucune prisée, inventaire ou vente des biens communs.

Le 3 mars 1707, on constate, devant notaire, que ces biens sont fort médiocres à raison de la "dissipation" que la veuve a été obligée de faire pour ses besoins ou pour le contrat de mariage de son fils Thomas.

Les filles, après avoir envisagé une action en justice, décident "par bonté et amitié qu'elles ont pour leur mère" de passer un accord: la mère cède tous les meubles et effets généralement quelconques qui lui sont restés dansla communauté.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil