Sous l'Ancien Régime, on plaide beaucoup et assez souvent...en famile d'autant que les décès précoces compliquent sérieusement la situation.

François Gelé, époux  de Marie Devis, est décédé avec 4 enfants: l'aîné François, principal héritier et trois filles Isabelle, Marie-Françoise et Marie-Adrienne.

Leur tuteur est leur oncle Nicolas Gelé, laboureur à Hiermont.

Il y a sans doute contestation dans la façon dont le tuteur a géré le patrimoine puisque François Gelé junior intente à son oncle, conjointement avec ses soeurs, un procès devant la berrie (seigneurie) d'Auxi, la berrie étant la plus petite juridiction.

Il n'a pas d'argent pour poursuivre l'instance et l'argent dépensé a été avancé par ses deux premières soeurs demeurant à Paris.

Le 10 juin 1724, il est décidé, devant notaire, que les sommes avancées seront prises sur la succession du père. En outre, la partie d'héritage située en Ponthieu sera partagée en 4 parts égales bien que, d'après la coutume du Ponthieu, il n'y ait qu'un seul héritier.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt. 

Retour à l'accueil