Il ne s'agit pas ici du chanteur populaire, décédé en 1978, mais du bailli d'Auxi, décédé en 1739.

Le bailli  est le principal officier seigneurial, autrement dit le "bras droit" du seigneur; il est d'autant plus important qu'il réside sur place alors que le seigneur est lointain et absentéiste.

Le 15 février 1740 comparaissent donc devant notaire:

- Elisabeth Boistel, veuve de claude François, demeurée en communauté avec lui.

- "Discrète personne" maître Honoré Thuillier, prêtre, curé de la paroisse de Wavans Artois, au nom et comme procureur spécial du sieur Antoine Marcotte, fermier à la ferme de Moismont, cousin germain du côté maternel de Claude François et son plus proche héritier, la procuration étant datée du 13 février 1740.

Il s'agit de régler le douaire coutumier auquel peut prétendre la veuve sur le manoir amasé de maison et autres édifices où est décédé Claude François à Auxi Artois donnant sur la rue de l'église et jouxtant l'hôpital Saint Nicolas (il s'agit donc de l'un des immeubles situés entre l'hôtel de ville et l'ancien café de la jeunesse).

 

A suivre...

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil