En ce qui concerne l'entrée que la veuve pour qu'elle profite de la salle à elle assignée, cette entrée sera par la grand porte. La veuve devra y faire un porget et une petit porte. Elle pourra aussi faire une porte à la salle du côté de la cour en refaisant une des fenêtres.

Les bâtiments qui sont assignés excédant son droit de douaire, elle paiera chaque année 30 livres à Marcotte. Claude François lui ayant légué, en qualité de légataire universelle, trois années de revenus, elle ne paiera la redevance qu'au bout des trois ans qui suivront le décès de Claude François.

Sont aussi présents Jacques Henri Joseph Laurent apothicaire à Lille au nom et comme l'un des procureurs spéciaux de demoiselle Marie Josèphe Antoinette Frémault fille majeure de libre condition, Jeanne Catherine Frémault veuve de maître Adrien Delahaye licencié en médecine et de Marie Jeanne Frémault veuve du sieur Henry Laurent marchand apothicaire à Lille fille de feu Robert Frémault et Marie Jeanne de WilLencourt cousines issues de germains de Claude François du côté maternel et légataires universels du testament de Claude François.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 4E des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil