J'ai choisi ce document car il constitue un retour sur ce qui fut un grand moment de l'histoire de l'Auxiloise. Et, effectivement, comme le dit l'auteur de l'article qui paraît dans "l'Abeille de la Ternoise" du 21 octobre 1989, la Coupe de France de football permet ce genre de miracle à savoir l'émergence, même momentanée, d'un tout petit club. On voudrait rêver qu'il en soit de même, de temps entemps, dans la Société en général!

Régis Renoncourt

 

"La Coupe de France sourit souvent aux clubs audacieux, aux sans-grade, à ceux qui veulent la victoire pour s'illustrer dans un premier temps à l'échelon local, atteindre ensuite voire dépasser les limites de la région avant de "tomber" avec les honneurs sur "un gros morceau". Les Auxilois ont déjà, l'an dernier, connu pareille aventure ne s'inclinant que face à Beauvais et encore des prolongations furent-elles nécessaires!

Bis repetita en 89? Ce n'est pas improbable, après la qualification que les hommes de Dubuisson (Alain Dubuisson, employé des postes, ancien conseiller municipal, est alors entraîneur de l'équipe A) sont allés chercher en terrain adverse, à Domart, par 3 buts à 1. Le tirage au sort du 4ème tour aura lieu en mileu de semaine. Celui-ci se jouera le 29 octobre, une rencontre que les joueurs du président Gardin (Armand Gardin n'a pas besoin d'être présenté: tout le monde le connaît à Auxi et bien au-delà sans doute!) aborderont avec détermination en espérant bien être soutenue par un nombreux public.

Le reste de l'article est consacré à la relation du match où, selon le chroniqueur, "Auxi a nettement dominé la rencontre" marquant à la 18ème puis à la 40ème minute. Bien que concédant d'abord un but en 2ème mi-temps, les Auxilois confortent ensuite leur avance.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt

Retour à l'accueil