La tourbe des marais constitue, jusqu'au milieu du XIXème siècle, le principal combustible, avec le bois. Son prix de revient peu élevé "compense" sa médiocrité comme moyen de chauffage. Chaque année, après "emparquement" par un géomètre, la tourbe est mise en adjudication pour être ensuite  répartie entre les ménages de la commune.

Le 4 août 1807, lors de sa réunion, le conseil municipal d'Auxi est alerté par le fait que Delphin Voisin et Halloy, deux adjudicataires de tourbe "se sont permis de ramasser ou de faire ramasser une "quantité de poussières ou miettes de turbe qui étaient restées sur les lieux et les y ont fait brûler".

On leur inflige une amende de 100 francs, ce qui est assez élevé puisque cela représente environ 100 journées de travail d'un ouvrier.

Le 11 août 1807, le sous-préfet de saint-Pol confirme cette amende.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 2O des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt

Retour à l'accueil