Au milieu des années 1980, les fêtes à Auxi battent leur plein, sous l'égide du Syndicat d'initiative encouragé par la municipalité; il est vrai que les gens sont alors très motivés.

"L'Abeille de la Ternoise" du 25 mai 1985 annonce le programme de la fête baroque du samedi 25 mai.

"L'idée d'une journée baroque est déjà quelque chose de baroque en soi mais si cela permet une fois de plus aux Auxilois de faire travailler leur imagination, alors acteurs comme spectateurs n'auront pas à regretter cette manifestation originale.

Il ne s'agit pas d'une reconstitution historique mais une façon de vivre une journée à la manière des gens qui, du XVIIème au XVIIIème siècles ont manifesté, en réaction au classicisme, des goûts baroques qui devaient les étonner, toucher leurs sens, les éblouir et les emmener du style rocaille au style rococo (je ne fais ici que citer, naturellement, sans forcément avalider, Régis Renoncourt) .

Le programme:

A l'image de la journée picarde de l'an dernier, nous trouverons:

Toute la journée:

1 le marché et l'animation des rues avec des scènes de genre ( marchands, bateleurs, artistes, artisans, écrivains publics, carosses, chaises à porteur, tout cela devant créer de joyeux "embarras" et déclencher de sympathiques "duels".

2 les vitrines des commerçants à partir de dentelles ou rideaux à rajouter:

a) aux cols et poignets des corsages pour les femmes habillées long avec renfort au niveau des hanches pour l'effet robe à panier.

b) aux poignets des chemises et aux mollets pour les hommes, même s'ils sont déjà beaux.

Le soir:

un repas baroque genre buffet- spectacle sera servi au gymnase par grandes tables avec présentation triomphale des plats alternés de célèbres tableaux "plutôt natures vivantes que mortes", le tout baigné de musique à entendre, à chanter, à danser, à mimer...en un mot un régal autant pour la tête que le ventre et bien sûr du jamais vu à Auxi.

Au menu: 10 sensations gastronomiques (créees spécialement par les commerçants auxilois de l'alimentation) et agrémentées d'inoubliables divertissements: 60 F tout compris. "

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives du cercle historique.

Régis Renoncourt.

 

 

Retour à l'accueil