Article 4 : lorsqu'il y aura danger pour la salubrité publique à attendre l'expiration des 24 heures, comme, par exemple, dans le cas de putréfaction rapide ou de maladie contagieuse ou épidémique, l'inhumation pourra être permise avant l'expiration de ce délai.

 

Article 5 : il est expressément défendu de se réunir tumultueusement dans le cimeière, d'y entrer à cheval ou en voiture, de faire paître des bestiaux et d'y recueillir, sans l'autorisation de la fabrique (organisme chargé de gérer les biens de la paroisse) des herbages, fruits, branchages et même du bois mort.

 

On peut donc imaginer que si ces pratiques sont interdites, c'est qu'elles existaient. Il s'agit, précisons-le du "vieux cimetière" celui qui jouxte l'église. 

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 2O des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil