Le presbytère (aujourd'hui musée) a été vendu en 1790 comme Bien National. Laissé à l'abandon par ses propriétaires, il est racheté par la commune qui, en 1823, décide de le rénover.

En 1861, on décide de son agrandissement pour un devis de 6 358 fr.

Dans les considérations précédant le descriptif des travaux il est dit que le presbytère est humide, que la distribution est incommode ("il faut passer d'une pièce pour aller dans l'autre, il n'existe pas de cabinet de travail et il n'y a que deux chambres à coucher").

Le curé d'Auxi, ajoute-t-on, doyen du canton, doit recevoir les prêtres de sa juridiction et il doit recevoir l'évêque lors de ses tournées pastorales.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté la série 2O des archives départementales du Pas-de-Calais à Dainville.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil