Au XIXème siècle, la fête du chef d'Etat, Roi ou Empereur, donne lieu à des manifestations publiques. Après 1879, la République aura l'équivalent avec le 14 juillet.

En 1841, c'est la Monarchie de Juillet et le roi Louis-Philippe.

Dans une lettre du 3 mai 1841 au sous-préfet de Saint-Pol, Dyvincourt, maire provisoire d'Auxi, relate ainsi la fête du Roi:

"J'ai l'honneur de vous rendre compte que la fête du Roi a été annoncée la veille par les tambours de la Garde Nationale, que, pour célébrer la fête il y eut messe et TE DEUM où assistait la Garde Nationale qui y a conduit et ramené les autorités ciiviles et miitaires.

Après la messe, revue de la Garde Nationale où on a fait une distribution extraordinaire de pains aux pauvres ainsi que l'avait décidé le conseil municipal.

La fête s'est terminée par un feu de joie et l'hôtel de ville a été illuminée; la Garde Nationale était assez nombreuse et, après la revue, j'ai fait fournir quelques rafraîchissements. Tout d'ailleurs s'est bien passé."

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil