Pendant la seconde guerre mondiale, l'occupant allemand se livre, sous le nom de "collaboration" à un véritable pillage de nos ressources pour soutenir son effort de guerre à l'est contre l'Union Soviétique.

Il faut donc instaurer le "rationnement" c'est-à-dire, pour les Français, l'accès limité aux biens de consommation par des cartes et des tickets, ce qui entraîne d'ailleurs un "marché noir" plus ou moins sévèrement puni.

En 1944-45, à la Libération, la situation économique de la France est telle qu'il faut maintenir le système de rationnement et ce jusqu'en 1949, ce qui entraîne encore, d'ailleurs, un "marché noir" qui se pratique beaucoup grâce au chemin de fer qui dessert encore, à l'époque, Auxi et les villages, entre notre région, productrice de denrées alimentaires et la région minière qui constitue un gros bassin de population.

Au cours de la séance du conseil municipal d'Auxi du 19 décembre 1948, le maire, Léon Vasseur, annonce que suite à une demande du Ministère de l'Intérieur de "faire des économies" on décide la suppression de l'emploi de madame Foubet Paule, le service de ravitaillement pouvant facilement être assuré par un seul employé.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil