Pendant des siècles, le parking en face de la poste (celle-ci a d'ailleurs plusieurs fois changé de place) a été occupé par des maisons basses, sans étages, que l'on appelait "les maisonnettes". Celles-ci sont encore bien visibles, dans leur totalité, suer le plan "napoléonien" de 1811.

Au cours du XIXème siècle, la commune rachète, pour les démolir, ces maisonnettes dès qu'elles sont mises en vente.

Ainsi, dans une lettre de Varlet, maire d'Auxi, au sous-préfet de Saint-Pol, datée du 30 juillet 1861, il est question de la démolition d'une maison place des maisonnettes pour débarrasser cette place et donner un aspect plus commode aux abords du nouveau pont et à le démarquer.

Par "nouveau pont", il faut comprendre le pont principal qui est en cours d'élargissement et de rénovation.

Le "pont neuf" sera construit 5 ans plus tard pour désengorger la circulation au centre-ville et surtout dans la perspective de la construction du chemin de fer et de la gare qui sont alors en projet (la gare est inaugurée en 1879).

Dans un courrier du même Varlet il est, le 6 mai 1863, pour la première fois question de l'établissement d'un second pont (le 3ème pont ou "pont rouge", plus excentré qu'aujourd'hui encore par rapport à l'agglomération, puisque l'usine "Aubecq" et les cités n'existent pas, a un usage essentiellemnt agricole. Il peut aussi permettre le transport des tourbes que l'on extrait des marais.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil