L'école ne date pas de Jules Ferry et de ses grandes lois de 1881-1882 même si, avant lui, elle n'est ni gratuite pour tous, ni laïque, ni obligatoire.

Le 5 janvier 1835, Wallart, maire d'Auxi, écrit au sous-préfet de Saint-Pol "16 instituteurs du canton d'Auxi ont formé le projet de se réunir tous les mois au chef-lieu du canton d'Auxi dans le but de se former aux meilleures méthodes d'enseignement et de les propager. Vous reconnaîtrez par le procès-verbal et le projet de réglement qui m'a été remis qu'ils ne se regarderont comme définitivement constitués que lorsque l'autorité administrative supérieure et le Recteur de l'Université auront approuvé cette réunion. Comme elle m'a paru devoir produire sous plusieurs rapports d'excellents résultats, je les ai affermis dans leur projet, j'ai même consenti à aller présider leur assemblée et,  comme je n'y étais point préparé, je leur ai lu pour discours d'ouverture une partie de celui d'un homme recommandable à des élèves de l'école normale sur la dignité d'instituteur. Si Monsieur le Préfet, sur votre avis, juge que nous devons favoriser ce nouvel établisement, comme je le présume, ayez la complaisance de me le faire connaître. Je me hâterai d'en informer les instituteurs. Si le magistrat croit devoir ajouter ou retrancher au réglement, il en est entièrement le maître; les instituteurs s'y soumettront très volontiers. Je n'enverrai rien à Monsieur le recteur de l'académie de Douai qu'après votre réponse."

Suit la formule de politesse.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil