En 1840, l'assiduité des membres du conseil municipal d'Auxi laisse probablement à désirer.

Dans la séance du 5 novembre, le maire provisoire, Pierre Dyvincourt, considère comme salutaire aux intérêts de la commune que la réunion des membres du conseil municipal soit toujours ausi complète que possible.

Il pense que, pour arriver à ce résultat, le Maire pourrait, pour les sessions extraordinaires (il y a, à l'époque, des sessions ordinaires à intervalles réguliers et des sessions extraordinaires pour un ordre du jour préci), convoquer par lettre renfermant l'indication des matières à traiter, en laissant un jour d'intervalle entre la convocation et la réunion. 

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil