Donner du travail aux ouvriers agricoles durant la mauvaise saison et effectuer des travaux de voirie afin de "désenclaver" la commune, tel est le double souci de Wallart durant ses dix ans à la tête de la municipalité d'Auxi (1830-1840).

Le 14 février 1834, il indique au sous-préfet de Saint-Pol que, pour employer les ouvriers, il a trouvé "un grand travail": le chemi de Quoeux exigeait de considérables terrassements; il était impraticable et présentait deux côtes très rapides à adoucir, par conséquent de grandes difficultés.

Il a obtenu l'accord des maires de Vaulx, Haravesnes, Quoeux et Haut-Mainil qui s'engagèrent à la caillouter (rappelons que Wallart est aussi conseiller général du canton).

Il ajoute : "j'entrepris le terrassement sans avoir pourtant auparavant calculé exactement s'il me serait possible de le terminer. Nous avons déjà parcouru plusieurs territoires et les populations des communes paraissent satisfaites de nos travaux".

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie ceux et celles qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

 

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil