Le 18 octobre 1853, le maire d'Auxi, Benoît Léturgez, qui vient d'ailleurs de perdre sa fille, est à l'article de la mort.

C'est donc son adjoint, Lefebvre, qui écrit au sous-préfet de Saint-Pol la lettre suivante:

"Une foire très considérable a lieu tous les ans à Auxi-le-Château le 29 de ce mois dite la Saint-Simon; l'importance de ses transactions se prolonge très avant dans la soirée.

Cette habitude établie depuis des temps très reculés porterait un préjudice à cette commune si on devait brusquement y mettre empêchement. Je vous serais obligé de vouloir bien autoriser les établissements publics à rester ouverts jusqu'à minuit.

En particulier, le dénommé Blondel, cafetier, est autorisé à débiter des boissons au bal."

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil