En réponse à un questionnaire, Dyvincourt, maire provisoire d'Auxi, écrit la lettre suivante au sous-préfet de Saint-Pol, le 21 janvier 1843:

"Il y a ici à l'hospice d'Auxi:

Deux vieillards hommes admis à demeure à l'hôpital par l'effet d'un legs d'environ 500 francs fait à l'hôpital par M. Bozany, curé de Saint-Wulfran.

Une femme vieille admise de la même manière.

L'hospice ne reçoit ni jeunes garçons ni jeunes filles. Les incurables ne sont pas admis. L'hôpital a 3 200 francs de revenus. Cette somme permet d'y admettre les indigents malades. On leur accorde des secours à domicile, ce qu'on accorde aussi quelquefois aux indigents qui se font traiter chez eux."

Il s'agit, bien sûr, de l'hôpital Saint-Nicolas à l'emplacement de l'actuelle salle des fêtes.

 

Pour écrire cet article, j'ai consulté les archives communales d'Auxi; je remercie celles et ceux qui ont permis et facilité l'accès à ces archives.

Régis Renoncourt.

Retour à l'accueil